4J’aime
Les Cahiers du Comic Strip par John Snoopy
< retour à la liste de posts
Blondie Volume 1
ComicsLe 19 oct 2013
0

L’avis de John Snoopy

Il y a parfois des rencontres qui se font sur un coup de chance. C'est le cas avec le sujet de cette critique. Pour la petite histoire, j'ai fait l'acquisition de ce volume sur un coup de tête, profitant d'une offre très intéressante. Je dis "sur un coup de tête" car pour être franc, je n'étais pas plus intéressé que ça par le comic strip Blondie (le pitch n'avait pas fait naître une étincelle en mon fort intérieur. Etincelle qui m'aurait poussé à l'achat). Je partais donc avec un a priori plutôt négatif. Voyons de suite ce qu'il en est finalement.

Blondie est un comic strip créé car Chic Young (son vrai nom étant Murat Bernard Young). Le premier strip a été publié le 8 Septembre 1930 et est toujours en cours de publication. Pour la petite histoire, Blondie est la quatrième série de Chic Young. Il a commencé par publier The Affairs of Jane (qui fut publié pendant 5 mois entre le 31 Octobre 1921 et le 18 Mars 1922). A partir de Juillet 1922, il publia pendant 4 mois Beautiful Bab. Il enchaîna ensuite avec Dumb Dora, son premier véritable succès. L'aventure dura 6 années (de 1924 à 1930). Ce comic strip s'arrêta suite à un désaccord sur le salaire de l'auteur (le syndicate refusant la hausse de salaire demandé par l'artiste). Et quelques mois plus tard, Chic Young reviendra avec Blondie, le comic strip qui restera dans les annales comme sa plus grande réussite. Petite dernière anecdote amusante : Chic Young n'est pas le seul membre de sa famille à avoir travaillé dans le milieu du comic strip. En effet, son frère, Lyman Young, est l'auteur de Tim Tyler's Luck, comic strip plus connu en France sous le nom de Raoul et Gaston (dont je vous parlerai dans une prochaine critique).

Ce premier volume des aventures de Blondie collecte les strips parus entre le 8 Septembre 1930 et le 18 Février 1933. Il contient tous les daily strips de cette période (les sundays (dont la publication commença le 26 Octobre 1930) ne sont pas inclus (ils n'étaient pas inclus dans l'histoire de la semaine et pouvaient donc être lus indépendamment)). Blondie nous raconte le quotidien de Blondie Boodapoop, une jeune femme belle, intelligente et très simple. Elle est issue d'une famille de la classe moyenne. Elle est amoureuse de Dagwood Bumstead, le fils unique de la richissime famille Bumstead. Les deux jeunes gens s'aiment. Ils souhaitent se marier. Mais divers obstacles vont se mettre sur leur chemin. Le plus grand d'entre tous étant le refus des parents de Dagwood de les laisser se marier. Le comic strip est une sorte de vaudeville. Les amants s'aiment mais se séparent régulièrement, soit à cause des parents de Dagwood qui veulent le forcer à se marier avec une riche héritière, soit à cause de l'apparition de multiples prétendants qui vont séduire (ou pas) Blondie et/où Dagwood.

Comme je vous l'ai dit en préambule, je n'étais pas spécialement intéressé par ce comic strip au premier abord. En refermant ce premier volume, mon avis a totalement changé. J'ai adoré la lecture de ces premières années de Blondie. Nous avons à faire à un comic strip très amusant. Le point central de ce comic strip est clairement Blondie, cette jeune femme un peu ingénue et totalement sincère. Elle est intelligente. Ses répliques sont souvent cinglantes et pleines de bon sens. Physiquement, elle fait partie de la catégorie des "flapper", ces jeunes femmes typiques des années 20 (qui aiment faire la fête, à la coupe de cheveux typique, qui écoutent du jazz). Elle n'est pas vénale. Elle encourage souvent son amour dans la réussite de sa vie (par exemple, il a beau être un riche héritier, elle lui fera prendre pendant quelques temps un poste d'ouvrier à la chaîne pour qu'il prouve qu'il pourra s'occuper d'elle). Même si elle aime de tout son coeur Dagwood, elle n'est pas contre flirter gentillement, ce qui rend fou de jalousie son amoureux. L'aspect comique vient également de Dagwood, un jeune homme pas spécialement beau, pas spécialement intelligent et surtout très soumis à la volonté de ses parents. En effet, bien qu'il aime profondément sa bien aimée Blondie, il n'arrive pas à tenir tête à ses parents lorsque ces derniers l'obligent à se marier avec une fille qu'il n'aime pas. Heureusement pour lui, un événement vient toujours annuler ce mariage au dernier moment. La dernière source d'humour de ce strip est clairement les parents de Dagwood. Ils sont issus d'une ancienne lignée. Ce sont des conservateurs traditionalistes. Et ils comptent bien sur le fait que leur riche famille continue de l'être en perpétuant la tradition. Et pour cela, leur fils doit se marier avec une autre famille dont l'ascendance est prestigieuse ! La confrontation de leur vision des choses avec la réalité de l'amour que vivent Blondie et Dagwood conduit à des situations loufoques. Je pense notamment (je ne citerai que celle-là) à la folle course poursuite entre Dagwood et Blondie qui s'enfuient pour se marier et les parents Bumstead qui les pourchasse pendant plusieurs strips pour essayer de les arrêter. Ils iront même jusqu'à "engager" la police pour essayer de les arrêter. Un comic strip très amusant donc, avec un humour qui vieillit plutôt très bien.

En plus d'être un comic strip très amusant, j'ai aimé ce comic strip pour son côté "critique sociale" (volontaire ou pas). En effet, deux visions s'opposent dans ces strips : d'un côté, nous avons deux jeunes gens qui ne pensent qu'à s'aimer, se moquant des origines des uns et des autres. Et de l'autre côté, nous avons la classe des riches, qui veulent rester entre riches, qui dénigrent les pauvres, les gens "normaux". On pourrait presque parler de racisme contre les pauvres (si pauvre devait être une race) de la part de cette classe aisée. Ils ont un regard vraiment méprisant sur ces gens qui n'ont pas des millions sur leur compte en banque. Ils pensent avoir tous les droits sur ces gens (par exemple, les parents Bumstead tenteront d'acheter Blondie pour que celle-ci quitte la ville). De son côté, Blondie, la jeune femme issue d'une famille moyenne, se moque de la richesse de son bien aimé. J'ai d'ailleurs trouvé très intéressant qu'elle conseille à Dagwood de prendre un travail pour comprendre ce que c'est que de gagner sa vie. J'ai trouvé très intéressant également quand elle encourage son amoureux à aller à l'université pour qu'il puisse réussir dans la vie. On a donc à faire à deux visions que tout oppose. Le point culminant étant atteint lorsque le mariage entre Dagwood et Blondie va finalement avoir lieu, ce qui aura pour conséquence pour le jeune homme de se voir déshériter. En lisant le contenu éditorial de ce volume, il était intéressant de lire que des centaines de lecteurs ont été choqué de l'obstination des parents de Dagwood de refuser à leur fils de se marier, même lorsque celui-ci entama une grève de la faim. La situation économique de l'époque (pour rappel nous étions en plein dans les conséquences de la crise de 1929) a forcément eu son effet sur les lecteurs et leur façon de voir les choses. Mais j'ai aimé lire que beaucoup de gens trouvaient scandaleux le comportement de cette famille conservatrice.

Visuellement, c'est très réussi. Le style de Chic Young est agréable à l'oeil. On reconnaît immédiatement le style de dessin des années 20. Les personnages sont facilement reconnaissables. Il y a un côté chic dans les habits des personnages. On retrouve en Blondie tous les traits de la jeune femme des années 20 (des traits similaires à une Polly (de Polly and Her Pals), de Tillie (de Tillie the Toiler), mais aussi des créations précédentes de Chic Young). Blondie est habillée à la mode et de manière très élégante. Je dois dire que c'est un aspect que j'ai beaucoup aimé dans ce strip (la mode). C'est un témoignage intéressant du style vestimentaire de l'époque. Je suis très client de cet aspect visuel.

IDW Publishing nous propose, une nouvelle fois (j'ai l'impression de radoter), une édition admirable. Hardcover. Format à l'italienne. Les strips sont parfaitement reproduits. En guise de contenu éditorial, nous avons le droit à un très bon article signé Brian Walker intitulé "A Match Made in the Comics", article qui nous propose de découvrir le parcours de Chic Young ainsi que les histoires autour du comic strip Blondie (les débuts difficiles, les réactions des gens...). Vous pourrez notamment découvrir l'excellente campagne publicitaire réalisée par le syndicate auprès des journaux pour les convaincre de souscrire à ce comic strip. C'était tout simplement brillant. En plus, vous pourrez admirer un certain nombre d'illustrations sur le comic strip, des pubs mais aussi quelques illustrations sur les précédentes créations de Chic Young. Une fois de plus, l'éditeur ne s'est pas moqué de nous sur les bonus.

Le comic strip Blondie s'avère donc être une excellente surprise. Je n'en attendais pas grand chose. Et j'en ressors conquis. J'ai vraiment adoré cette lecture très amusante. Je serais donc forcément au rendez-vous pour la suite de ces aventures.

 

Intérêt Global : /5

Qualité de l'édition : /5

 

Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?
Les Cahiers du Comic Strip par John Snoopy

Sur le blog Les Cahiers du Comic Strip (lescahiersducomicstrip.blogspot.fr/), vous pouvez retrouver mon amour pour cette niche de la Bande Dessinée Mondiale.

 

Dans le but de faire découvrir à encore plus de monde cet aspect de la bande dessinée, je vous proposerai sur 9ème Art les critiques de mes lectures. Bien évidemment, pour les anciennes critiques, il faudra aller sur mon blog. Pour les nouvelles, elles seront publiées sur mon blog et ici-même.

 

En espérant que cela vous donne envie de découvrir un peu plus ce monde merveilleux.

Bonne lecture.

Depuis le 19 Oct 2013
Autres publications abonnements Pas d'abonnements.