23J’aime
Sugar, spice, Chemical X and everything nice. par Elsa
< retour à la liste de posts
Fairest tome 2
ComicsLe 03 fev 2015
4

L’avis de Elsa7

Il y a peu, je vous parlais de Cendrillon, l'agent secret du Royaume de Fables qui s'est vu offrir un spin-off. Le deuxième opus de Fairest, autre spin-off de la série qui met en scène différents personnages féminins, paru en juin dernier, offrait lui le premier rôle à une autre princesse particulièrement douée pour la baston : Raiponce. Attachez vos ceintures, cette fois-ci on part au Japon.

Quand le passé vient frapper à la porte.

Au Royaume de Fables il y a ceux qui ressemblent à des humains et ont donc le droit de vivre parmi les communs, et puis les autres, parqués bon gré mal gré à la Ferme. Entre les deux il y a Raiponce, à l'apparence humaine mais qui doit quand même vivre cachée la majeure partie du temps à cause du rythme vertigineux auquel pousse ses cheveux. 

Recluse dans ses luxueux appartements, elle est attaquée par des centaines de petites grues en origami qui pulvérisent ses vitres, pourtant protégées par la puissance magique des sorcières qui habitent l'immeuble. Ces petites créatures de papier ont un message pour Raiponce : un fantôme de son passé à très envie de la revoir, et pour l'attirer dans ses filets, deux mots "Tes enfants". Elle part aussitôt pour le Japon, pour en finir avec des histoires qui lui pourrissent l'existence depuis bien trop longtemps.

La princesse et les yokai.

Cet épisode de Fairest rappelle beaucoup le spin-off Cendrillon, évoqué plus haut. Deux princesses blondes vouées à attendre dans les récits originels, deviennent des héroïnes déterminées, douées pour se battre, qui ont transformé les multiples drames qui ont jalonnée leur vie en une force sans pareille. Les récits s'articulent un peu de la même manière. Pas d'énorme surprise dans la construction donc, mais une efficacité indéniable. Ca explose dans tous les sens et on en redemande.

L'originalité réside plutôt dans le contexte. Si Cendrillon flirte avec les récits d'espionnage à l'anglaise, transformant Cinderella en James Bond chaussé de vair, Lauren Beukes, la scénariste à laquelle Willingham s'est associé pour cet épisode, a choisi de lâcher Raiponce en plein folklore japonais. Un choix surprenant, d'autant plus génial que le monde des contes asiatiques n'avait jusque là pas vraiment eu sa place dans l'univers de Fables. Et les auteurs s'en donnent à coeur joie, mixant récits traditionnels, yokai, et cinéma horrifique japonais. Un cocktail parfaitement dosé où un habile jeu de flashbacks mêle le présent à l'Histoire japonaise, où l'on croise avec plaisir Kappa, Kistune.... et autres fantômes de femme au fond d'un puit. Etonnamment, la princesse occidentale trouve parfaitement sa place dans cet univers, et Lauren Beukes tisse un récit plein de drames, de mensonges, d'espoir aussi.

Graphiquement, le dessin souffre d'un encrage qui rend l'ensemble un peu statique, et de perspectives pas toujours heureuses. Mais les planches chargées -mais très lisibles- et la foule de personnages fantastiques issus du folklore japonais, sont un tel plaisir qu'on arrive la plupart du temps à faire abstraction des défauts. Les pages sont très colorées, et les décors nous entrainent à un rythme haletant d'une ambiance à une autre, participant encore au côté ultra dynamique de l'histoire. Conte moderne, enquête, romance, récit horrifique, scènes d'action, tout s'enchaine et se mélange. A nouveau, et bien plus que dans le premier volume de Fairest, on retrouve les ingrédients qui font la saveur si particulière de Fables, tout en ayant sous les yeux un one-shot à l'identité bien marquée.

Ce Fairest tome 2 mêle habilement les genres, transformant la sage Raiponce, enfermée dans sa tour, en une combattante pleine de secrets et de surprises. Bel hommage à la culture japonaise, ce récit se dévore, faisant presque oublier le dessin et ses perspectives parfois aléatoires. Deux bonus des plus plaisants : une seconde histoire, bien plus courte et à suivre, mettant en scène une dryade, et une postface de Lauren Beukes évoquant ses sources et inspirations pour cette histoire, entre contes traditionnels et animes bourrés d'action. 

Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?