3J’aime
All I hear is humming par Milo
< retour à la liste de posts
Review : Les Sentiers des Astres T1 : Manesh (Stefan Platteau)
GénéralLe 11 aout 2016
0

L’avis de Milo10

Titre : Les Sentiers des Astres T1 - Manesh
Auteur : Stefan Platteau
Editeur : Les Moutons électriques
Nombre de pages : 460

Quatrième de couverture :
Quelque part dans la nordique forêt du Vyanthryr, les gabarres du capitaine Rana remontent le fleuve vers les sources sacrées où réside le Roi-diseur, l’oracle dont le savoir pourrait inverser le cours de la guerre civile. À bord, une poignée de guerriers prêts à tout pour sauver leur patrie. Mais qui, parmi eux, connaît vraiment le dessein du capitaine ? Même le Barde, son homme de confiance, n’a pas exploré tous les replis de son âme. Et lorsque les bateliers recueillent un moribond qui dérive au fil de l’eau, à des milles et des milles de toute civilisation, de nouvelles questions surgissent. Qui est Le Bâtard ? Que faisait-il dans la forêt ? Est-il un danger potentiel, ou au contraire le formidable allié qui pourrait sauver l’expédition de l’anéantissement pur et simple ?

À lire absolument si on aime :
- Les récits plutôt lents, qui louvoient et prennent leur temps
- Les histoires dans l'histoire
- Les inspirations aussi bien hindoues que nordiques

À éviter si on cherche :
- De l'action à tout-va
- Une intrigue linéaire sans ambiguités
- Un tome indépendant

L'avis du critique :

Un bien merveilleux périple que voilà.
C'est dense, touffu, comme les gigantesques forêts boréales au nord du Vyanthryr. Ça serpente, sinue et coule comme les eaux du fleuve que les gabarres remontent.
La narration se fait lente, en récits imbriqués à deux voix, s'attardant sur les paysages sauvages, l'atmosphère magique, la mythologie et mystique qui règnent encore à certains endroits sur cette terre, comme pour mieux nous envoûter.
L'univers mélange inspirations nordiques, hindoues, européennes de manière harmonieuse et originale, dépaysante et en même temps un brin familière.
Les personnages, en tout cas concernant les principaux, s'avèrent emplis de mystères et de secrets, peu à peu dévoilés pour Manesh, bien gardés mine de rien pour le Barde alors que la narration est à la première personne, ou pour Shakti et sa fille dont on se doute qu'elles prendront de l'importance par la suite. J'ai donc hâte de lire le second tome où on devrait en apprendre plus. J'aurais même aimé en découvrir plus sur certains personnages secondaires, tant ils sont esquissés de façon intéressantes.
La quatrième de couverture évoque Robin Hobb, et il y a du vrai dedans, dans le passé de Manesh. Robert Holdstock est également cité, et là encore il y a du vrai, dans la magie, les mythes et créatures que recèlent des pans de forêts. On retrouve également un véritable côté naturaliste et contemplatif, avec ces descriptions magnifiques de paysages souvent parcourus par d'autres que les hommes, ou sauvages ou à l'abandon. La nature domine, est prépondérante.
L'écriture travaillée mais fluide se fait sensuelle/sensorielle, fait appel à tous les sens, et souvent d'une grande poésie. Le récit s'avère immersif, prenant, et réserve son lot de scènes proprement saisissantes.

A croire que, comme son Barde, Stefan Platteau maîtrise la magie du Vrai-Dire. Un Envoûtement.


Le petit plus moins du livre :
Les Moutons Electriques ont encore sorti un très bon livre, servi en un bel objet, mais contenant de nombreuses coquilles typographiques, qui ne gênent certes pas la lecture. Mais c'est dommage qu'avec une telle lecture l'ensemble ne soit pas parfait jusqu'au bout.

Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?