3J’aime
All I hear is humming par Milo
< retour à la liste de posts
Review : Royaume de Vent et de Colères (Jean-Laurent Del Socorro)
GénéralLe 22 jul 2015
3

L’avis de Milo9

Titre : Royaume de vent et de colères (one-shot)
Auteur : Jean-Laurent Del Socorro
Éditeur : ActuSF
Nombre de pages : 283

Quatrième de couverture :
1596. Deux ans avant l'édit de Nantes qui met fin aux guerres de Religion, Marseille la catholique s'oppose à Henri IV, l'ancien protestant. Une rébellion, une indépendance que ne peut tolérer le roi.
À La Roue de Fortune se croisent des passés que l’on cherche à fuir et des avenirs incertains : un chevalier usé et reconverti, une vieille femme qui dirige la guilde des assassins, un couple de magiciens amoureux et en fuite, et la patronne, ancienne mercenaire qui s’essaie à un métier sans arme.
Les pions sont en place.
Le mistral se lève.
La pièce peut commencer.

À lire absolument si on aime :
- La Fantasy historique
- Un roman centré avant tout sur les personnages
- Des personnages creusés et attachants

À éviter si on cherche :
- Un contexte historique et géographique plus important que les personnages
- Des chapitres longs, une multitude d'intrigues ou un roman linéaire
- Une Fantasy et une magie très présentes


L'avis du critique :
Construit en chapitres extrêmement courts (2-3 pages seulement en général), amenant un certain rythme à toujours vouloir lire un chapitre de plus, le roman se dévore quasi d'une traite. Alternant les points de vue à la 1ère personne, on rentre de plein pied dans l'intimité des personnages, et chacun se révèle bien distinct des autres et attachant à sa façon. Chaque lecteur a ou aura, je pense, son narrateur préféré.
Le roman est découpé en trois parties : la première d'exposition, où l'on rencontre chacun des personnages auxquels on accroche immédiatement, où tout se met en place; une seconde faite de flashbacks épars où l'on voit comment chacun en est arrivé là où il est en début de roman, chaque parcours de vie des personnages, ceux-ci gagnant encore plus en profondeur; et enfin la dernière de résolution(s).
Si le cadre historique et géographique est présent et donne un certain caché à l’œuvre, apparaissant toujours en fil rouge, ce sont bien les petites histoires humaines dans l'Histoire qui intéressent l'auteur et passionnent le lecteur, où ces destinées se croisent et finissent par se mêler au sort de Marseille. Toujours touchant, parfois terrible, Jean-Laurent Del Socorro manie l'émotion, les interrogations personnelles (aussi bien sur la famille, la rédemption, une certaine forme de féminisme, les choix et les conséquences qui en découlent) avec justesse et une très belle plume.
La Fantasy, présente uniquement par sa magie, assez terrible dans l'exploitation que les hommes en font, s'intègre parfaitement à l'histoire/Histoire, tout en restant cependant suffisamment en retrait pour ne pas dénoter et laisser le devant de la scène avant tout à l'humain.
Sans grandes frasques épiques ou envolées lyriques, l'action a aussi sa place, même si c'est avant tout les quêtes intérieures des personnages, leurs questionnements, leurs réflexions qui priment.

Un roman court mais puissant, où chaque personnage nous habitera encore même après avoir refermé le livre, et que l'on souhaite revoir dans d'autres textes de l'auteur.

Le petit plus du livre :
Une nouvelle fort réussie et très touchante centrée sur un personnage secondaire, ainsi qu'un interview de l'auteur en bonus en fin de roman.

Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?