37J’aime
De l'érudition phylactale. par Cryma
< retour à la liste de posts
Faire de la philo en slip 8 - Calvinistes, Luthériens et Jansénistes
ComicsLe 15 jul 2014
0

Calvinistes, Luthériens et Jansénistes

 

Kesako ?

Il s'agit de trois grandes réformes de l’Église qui eurent lieu de manière successives entre le XVI e et le XVIIe siècle et qui conservèrent un impact primordial sur l'évolution de la pensée humaine occidentale. Ces trois mouvements d'oppositions à la doctrine en place, bien qu'ils soient religieux, engendrèrent un réel regain d'intérêt pour la pensée critique et la remise en question d'idées pré-établies, et sont aujourd'hui considérés comme des pierres angulaires de la pensée moderne en Occident.

Calvinisme ?

Le Calvinisme voit le jour vers 1536 lorsque est publié un traité de théologie de Jean Calvin prônant une réforme de la religion catholique. Il mettra en évidence, au sein de ce texte, la corruption naturelle de l'homme, la distance infinie de Dieu à l'homme ou encore le néant de l'homme face à Dieu qu'il ne peut combler que par la foi. Ce mouvement réformateur tirera son succès de l'époque, où le peuple est en proie au doute et à la peur face à la misère, aux conflits sociaux et à la fin des temps.

Luthéranisme ?

Vint ensuite le Luthéranisme, deuxième pierre à l'édifice réformateur. Cette théologie fondée sur les écrits de Martin Luther marqua son opposition en 1557 envers l’Église. Le luthéranisme est une branche du protestantisme (ceux qui protestèrent) qui est elle-même une branche du christianisme. Cette école de pensée est avant tout basée sur l'hostilité de certains croyants envers les « indulgences » que l’Église monnayait sans scrupules. L'opposant ira alors affiché ses 95 thèses condamnatrices sur la porte de l'église de Wittenberg. S'en suivront plusieurs idées audacieuses comme le fondement du rapport à Dieu sur la confiance et plus la peur ou une le droit d'une interprétation de la bible en lien avec l'époque concernée.

Jansénisme ?

Le jansénisme tire son nom de l'évêque d'Ypres, Cornelius Jansen, qui écrit un livre colossale où il conclue plusieurs siècles de débats sur l’œuvre de Saint Augustin et plus particulièrement, sur la Grâce (le pardon divin), texte publié en 1640. Se constitue alors un mouvement de pensée issu de ces écrits qui prône la Grâce enseignée par Augustin (l'absence de liberté humaine dans le salut), une certaine hostilité envers le Saint-SIège, et plus tard, la critique de l'absolutisme royal.

 


 

Luther / Wolverine : Il faut faire preuve de vertu, même si la vie ne vous le rend pas.

Martin Luther (1483)

Il n'aura de cesse de replacer Dieu et la bible comme seuls et uniques sources légitimes de la foi, remettant en question l'autorité du Pape et des institutions religieuses. Il définira d'ailleurs sa pensée par la seule autorité de ses quatre « Solae », Sola Scriptura (La bible seule est la source), Sola Gratia (La grâce est prédestinée et l'homme ne peut rien y faire), Sola Fide (la foi seule peut faire atteindre le salut), et Sola Christus (le Christ seul est homme et Dieu). Parmi ses idées les plus modernes, on trouve une critique de la vie monacale, prônant que la recherche de Dieu doit se faire à la face du monde et parmi celui-ci. Enfin, il décrira le Bien comme ancré dans la foi et non dans les actes, jugeant dés lors inutile d'être charitable, généreux ou pieux si cela n'est pas fondé sur une foi sincère et juste. Bien qu'extrêmement ancré dans la religion, on peut supposé que certaines idées de Luther ont permis une approche philosophique moderne de certains principes comme le fait de développer une pensée critique vis à vis des institutions, le choix d'un retour aux sources et d'un appui important des écrits afin de ne pas s'égarer et la liberté de trouver sa foi (son chemin) en vivant une existence épanouie (et non monacale).

 

A retenir : Luthérien, théologien, réformateur, critique, intègre.

 

Wolverine

Ce que je retiens essentiellement des écrits de Luther, c'est que l'on peut combiner religion et existence épanouie, c'est pourquoi j'ai choisis de l'associer à Wolverine. Qui mieux que Logan peut attesté que l'on peut acquérir une stabilité existentielle en se confrontant au monde, et en abolissant la vie monacale. Mais cela ne se fera pas du jour au lendemain. A son arrivée chez les X-men, Wolverine est misanthrope et solitaire, ressassent son existence malheureuse et ses douleurs internes (comme la vie monacale nous coupe du monde et nous pousse à ressasser sans cesse notre foi) et finira par s'ouvrir peu à peu jusqu'à acquérir une nouvelle stabilité en acceptant d'évoluer parmi le genre humain et finir par être aujourd'hui un directeur d'école altruiste, juste et pondéré. La condamnation que fait Luther du Bien comme quête de rédemption peut être symbolisée par l'instinct bestial que Wolverine parviendra à surmonter, usant de ses talents surhumains afin d'aider les gens, et non plus à des fins létales comme sa programmation l'exigeait, il n'use plus de ses capacités dans un but immoral (recherche du salut chez Luther) mais bien dans un désintéressement altruiste. Enfin, on peut encore associé Wolverine à Luther dans son choix de se méfier des autorités, celles-ci lui ayant fait subir nombre d'épreuves (Comme Luther jugea l'église responsable de plusieurs dérives), parmi celles-ci, nous pouvons citer l'armée en première place. En conclusion, Wolverine est un homme qui sera parvenu à s'arracher à l'autorité des institutions (condamnation de l'église chez Luther) afin de reconstruire sa propre foi, basée sur l'altruisme et le désintéressement (absence de la recherche de la Grâce), opéré par un certain retour aux sources (retour aux sources écrites chez Luther) en sa capacité à faire appel à sa nature bestiale tout en la contrôlant grâce à une vie au sein du monde et non solitaire (condamnation de la vie monacale).

 

A retenir : Réformateur (de sa propre existence), critique, intègre.

1 œuvre significative : Old Man Logan (Mark Millar)

 

 

 



 

Calvin / Hawkman : Il faut (re)trouver le moteur de notre existence, la motivation de vivre.

Jean Calvin (1509)

Dans un soucis d'enseignement, il publia un livre concis où il résuma l'ensemble de ses sermons et ses essais calvinistes, « L'institution de la religion chrétienne ». Dans ce texte fondateur, il délimite deux facteurs inhérents à la sagesse, la connaissance de Dieu et la connaissance de soi, qui ne peuvent être liés. La connaissance de Dieu ne se fait pas par l'observation de la nature mais en étudiants les textes saints, qu'il ne juge cependant pas comme autorité absolue mais comme un moteur de l'existence, comme une motivation. Dans la même mouvance, il sera un iconoclaste reconnu et condamnera toute représentation comme « idolâtrie ». Il décrira l'homme comme descendant du péché originel et par la même poussé à commettre le mal, sa seule rédemption se trouvant dans la foi. Il sera un adepte de la Grâce augustienne, expliquant que l'homme ne trouve pas son salut par ses actes mais bien de manière prédestinée par Dieu. Il critiquera, enfin, l’Église de son temps, la jugeant trop autoritaire et trop éparses dans ses doctrines, y opposant une « Église universelle ». Bien que très religieux, il y a fort à parier que les idée de Calvin ont fait leur chemin jusqu'à nous sous la forme d'une pensée davantage païenne. Nous pouvons ainsi retrouver des concepts comme le détachement de la foi et de l'individu (prémisse à la laïcité?), l'évolution du principe iconoclaste ou encore le fait de faire le bien par simple bonté et non plus par intérêt pour la rédemption, développant ainsi l'altruisme.

 

A retenir : Calviniste, théologien, réformateur, iconoclaste, altruiste.

 

Hawkman

Ce héros violent et taciturne révèle une association intéressante à la pensée calviniste. Ainsi, la distinction entre connaissance de Dieu et connaissance de soi peut être mise en parallèle avec les deux existences du héros, son existence mystique, càd la « connaissance collective » de Thanagar (la connaissance de Dieu) et son existence terrestre (via ses nombreuses réincarnations), la connaissance divine étant obtenue non plus par une doctrine propre mais bien par une motivation, un moteur à son existence (ici l'amour éternel qu'il porte à Hawkgirl), son existence terrestre ne le stoppant pas dans la recherche de son amour et du développement d'un sens de la justice (symbole du « dépassement du mal inné de l'homme » de Calvin). On peut encore voir un symbole de « l’Église universelle » de Calvin dans les nombreuses réincarnations du héros, qui, malgré la diversité de ses hôtes (forgeron allemand, cow-boy américain, inspecteur de police et enfin archéologue du XXe siècle) conservera son sens de la justice et son amour universel pour Chay-Ara (Hawkgirl), l'église devenant ici l'amour dans un absolu davantage laïc. Enfin, on peut voir dans son choix de rejoindre la JSA une preuve de son altruisme, et ce malgré de nombreux conflits et trahisons antérieurs.

 

A retenir : Théiste, réformateur, altruiste.

1 œuvre significative : Blakest Night (Geoff Johns)

 

 

 



 

Arnauld / Magik : Il faut retrouver le lien metaphysique qui nous lie à notre créateur.

Antoine Arnauld (1612)

Bien que connu pour être un Janséniste convaincu, sa pensée ne se limitait aucunement à la théologie et son œuvre philosophique reste aujourd'hui extrêmement intéressante. Sa philosophie ne consistait pas tant à développer de nouvelles idées mais bien à étudier et critiquer les écrits des autres penseurs (Aristote, Descartes, Leibniz, Malebranche). Il remettra en cause la théorie de Descartes sur l'âme en expliquant que l'âme n'existe pas « uniquement parce qu'elle pense » car elle ne pensait pas au moment de sa conception. Il critiquera également le besoin d'attribuer une cause à l'existence divine, arguant que tout effet possède une cause, et donc que Dieu doit être la cause de lui même, ce qui est impossible. Il critiquera enfin le doute prôné par Descartes, le jugeant antinomique à la foi et donc comme un danger. Toutefois, bien que très critique de l’œuvre cartésienne, il continuera à la considérer comme valable, prônant lui-même l'autonomie de la raison et sa capacité à atteindre la vérité sans recourir aux textes sacrés. Il mettra en évidence la complexité de la philosophie de Malebranche à propos des sens et de l'âme et de leurs perceptions singulières des corps visibles et intelligibles. Cette dichotomie entre théologie et métaphysique refera surface lorsque Malebranche tentera d'exclure les miracles de la doctrine religieuse, chose que Arnauld condamnera à force d'argumentations soignées. En conclusion, ce philosophe, bien qu'ouvert d'esprit, peut sembler aujourd'hui quelque peu conservateur à une époque où nombres de penseurs s'éloignaient peu à peu de la religion afin de mieux individualiser leurs idées.

 

A retenir : janséniste, conservateur, théiste, critique, dialecticien, altruiste.

 

Magik

Il y a deux facteurs déterminants qui lient l'héroïne au philosophe, d'abord l'acceptation du mysticisme (dans la reconnaissance des miracles chez le janséniste, dans la capacité de parcourir les limbes chez Magik), ensuite dans l'absence du doute nécessaire au cheminement existentielle (Arnauld refuse le doute qu'il met en opposition à sa foi, Magik réfute le doute à travers l'amour sans faille que son frère lui porte). Là où le philosophe portera sa réflexion sur la complexité de définir l'âme (critiquant ses confrères sur le sujet, les jugeant en désaccord avec la vérité), Magik expérimentera la complexité même de l'âme et de l'identité (Elle sera tour à tour mutante, fantôme, être démoniaque, manifestation temporelle). Malgré tout, le philosophe continuera à défendre l'autonomie de la raison, comme Illyana parviendra à conserver son autonomie morale vis à vis de Bélasco (entité des limbes qui n'aura de cesse de tenter de la corrompre), revenant sans cesse à un statut de justicière vertueuse et altruiste. Enfin, on peut caractériser Magik de « conservatrice » non pas par le manque d'évolution de sa pensée, mais bien, à l'instar de Arnauld, par l'acceptation du mysticisme et de l'absence de causes à certains événements, ne cherchant pas tant à les comprendre que d'en faire un usage raisonné.

 

A retenir : Théiste, altruiste, conservatrice.

1 œuvre à retenir : Uncanny Avengers (Brian Michael Bendis)

 

 

 


 

Pascal / Black Panther : Il faut rester humble face à la vie et tenter d'atteindre la Grâce.

Blaise Pascal (1623)

Il sera l'un des tout grand scientifiques de son temps (en témoigne ses textes fondateurs sur la méthode scientifique et l'invention de la Pascaline) mais subira une expérience mystique qui le poussera à se consacrer davantage à la philosophie et la religion toute une partie de sa vie. Il développera ainsi un argumentaire pro-janséniste en usant d'un miracle avéré survenu dans sa propre famille (la fistule lacrymale dite incurable de sa nièce) et sera souvent cité par les jansénistes et les catholiques afin de replacer les manifestations divines comme valables dans l'époque moderne. Son œuvre la plus connue reste « Les pensées », accumulation de textes non publiés avant sa mort qui abordent la foi chrétienne sous une optique logique, renvoyant dés lors davantage au scepticisme qu'à la piété. Pascal y présente ainsi plusieurs paradoxes philosophiques comme l'infini et le néant, la foi et la raison, l'âme et la matière, la mort et la vie ainsi que le sens et la vanité, paradoxes auxquels il n'apportera aucunes conclusions réelles, laissant le doute, l'humilité et la grâce s'exprimer (ce qui deviendra ce qu'on appelle aujourd'hui « le pari de Pascal » qui consiste à choisir la foi plutôt que l'athéisme dans un raisonnement basé sur la raison et la logique, car, à choisir, il vaut mieux croire à tort que refuser de croire et d'en payer le prix).

 

A retenir : Scientifique, mystique, théiste, logique, raisonnable, judicieux.

 

Black Panther

Pascal était le philosophe des paradoxes, T'challa est un super héros dans la même veine. Comment ne pas voir le lien qui unit le penseur au justicier quand on remarque qu'ils sont tous deux de grands scientifiques (Le wakanda étant un royaume d'Afrique technologiquement avancé) conservant une humilité devant l'aspect mystique de l'existence (les miracles chez Pascal, l'héritage culturel de l'Afrique au Wakanda). De plus, les deux hommes n'auront de cesse d'user de la logique et du raisonnement afin de répondre aux grandes problématiques de l'existence (davantage ancrées dans la diplomatie chez Black Panther), T'challa faisant le choix d'ouvrir ses frontières aux Quatre Fantastiques afin de vaincre Klaw, choix raisonnable bien qu'en opposition avec la doctrine de sa patrie. Enfin, le pari de Pascal peut trouver une transposition contemporaine chez T'challa qui, comme Pascal (qui avait choisi la foi car il n'avait rien a y perdre), choisira toujours les solutions les moins restrictives pour son peuple, choisissant d'étudier à l'étranger afin de parfaire son érudition, acceptant de siéger aux nations unies afin de défendre les intérêt du Wakanda, ouvrant ses frontière afin de mieux développer les recherches scientifiques de son pays, ou encore en faisant le choix de rejoindre les Illuminati, un groupe de justiciers à l'intellect puissant devant souvent faire de véritables choix cartésiens. Ainsi, nous pouvons voir en T'challa un homme qui a choisi de s'ouvrir au monde, jugeant que cela plus d'avantages que d'inconvénients aux siens, comme le philosophe avait choisi Dieu pour ses avantages après avoir peser le pour et le contre.

 

A retenir : Scientifique, mystique, logique, raisonnable, judicieux.

1 œuvre significative : New Avengers (Jonathan Hickman)

 

 

 



 

Luther / Wolverine

Sommes-nous tous égaux face à la religion ?

Qu'est-ce que le bien ? Est-il un processus ou une finalité ?

La spiritualité est-elle affaire privée ?

Est-ce notre foi ou nos actes qui nous définissent ?

 

Calvin / Hawkman

Connaître Dieu signifie-t-il connaître tout ?

Peut-on se connaître sois-même ?

Quel est le moteur de l'existence ? Qu'est-ce qui nous fait vivre ?

Qu'est-ce qui définit l'amour ? L'amour existe-t-il ?

 

Arnauld / Magik

La foi s'oppose-t-elle à la rationalité ?

Qu'est-ce que l'âme ? Chaque homme possède-t-il une âme ?

La religion est-elle apprentissage ou intuition ?

Que signifie faire le bon choix ? Qu'est-ce qui définit un bon choix ?

 

Pascal / Black Panther

Le miracle est-il religieux ?

L'existence est-elle affaire de paradoxe ?

La foi est-elle un choix ou une nature ?

L'homme est-il définit par l'existence ?

Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?
De l'érudition phylactale. par Cryma

Blog d'analyses et de découvertes bédéhesques qui se veut simple, pragmatique et accessible.
La Bande dessinée y est décortiquée sous toutes ses coutures, mise en lien avec d'autres domaines comme la philosophie, l'art ou la littérature.
Enfin, ce blog se veut une porte d'entrée vers des oeuvres qui méritent le détour, quelle qu'en soit la raison. 

Un blog pour aller plus loin.
Un blog pour découvrir plus.
Un blog pour se cultiver, et dans les bulles, s'aventurer.

Depuis le 20 Oct 2013
Autres publications abonnements Pas d'abonnements.