4J’aime
Les Cahiers du Comic Strip par John Snoopy
< retour à la liste de posts
De Lariflette à Janique Aimée
Franco-belgeLe 23 oct 2013
1

Pour cette nouvelle rubrique, je voulais parler d'un ouvrage que je trouve important pour le patrimoine BD de la France. Il s'agit de l'Encyclopédie "De Lariflette à Janique Aimée", ouvrage collectif chapeauté par Alain Beyrand. Vous vous demandez pourquoi ce livre est-il si important à mes yeux ? Nous allons y venir... maintenant.

 

De Lariflette à Janique Aimée est une encyclopédie du comic strip français. C'est une étude sur ce genre couvrant la période 1946-1975. A travers une méthode rigoureuse, Alain Beyrand et ses collègues nous proposent un tour d'horizon assez complet sur le comic strip français d'après guerre. Je dis assez complet car ils se sont fixés des contraintes qui paraissent logiques (par exemple, ils ont écarté des titres ne pouvant être illustrés dans l'encyclopédie, ils ont écarté ce qui ne rentrait pas dans leur définition du comic strip...). Ce travail de titan a pris près de cinq ans (le livre a été publié en 1995).

 

Cette étude nous propose un aperçu du comic strip en France. Les auteurs ont repéré quatre périodes : entre 1946 et 1950, de 1951 à 1959 et de 1960 à 1969 et enfin le début des années 70. La première était une période de tests, d'expérimentations sur ce genre. Les années 50 sont clairement l'explosion du genre avec une multiplication des bandes et des titres. Les années 60 sont en quelque sorte l'âge d'or du comic strip français, période où les artistes maîtrisent le mieux ce médium. La toute dernière période est le déclin du genre et sa quasi-disparition.

 

A côté de cette analyse empirique, les auteurs nous proposent également une analyse du genre en lui-même, à savoir quel type comic strip était présent dans les journaux ? Et là, je dois avouer avoir été très surpris par les genres populaires. En effet, il y a des différences notables entre le comic strip français et le comic strip venant d'autres horizons (je pense notamment aux bandes créées aux Etats-Unis et en Angleterre). Bien évidemment, on retrouve du comic strip humoristique à base de gags en une bande (de trois ou quatre cases) et du comic strip d'aventure en une bande. Ensuite, nous pouvons mentionné les strips verticaux. On a également des strips en une planche (mais celles-ci étaient plutôt publiées en semaine le mercredi (jour de repos pour les enfants) au lieu du dimanche). On retrouve ensuite beaucoup de "roman-strip", ces adaptations de roman en comic strip (avec du texte en dessous de la case). Enfin, on peut aussi parler des "bandes parallèles", ces strips ayant également du texte sous les cases mais cette fois-ci le texte est en un bloc (contrairement au roman strip ou on a un paragraphe sous chaque case). Bien évidemment, l'étude vous proposera un aperçu plus complet et plus précis. Ceci n'est qu'un résumé sommaire du contenu de ce livre. Toujours est-il qu'il est très intéressant de voir que le "roman-strip" était très populaire chez les lecteurs. Peut-on y voir un certain attachement des français à leur littérature ? Serait-ce encore un témoignage de l'exception culturelle française ? Je n'en sais rien. Mais ce fait m'a amusé.

 

Cette encyclopédie nous propose donc une étude sérieuse et passionnante sur un genre très méconnu en France. Et c'est bien dommage. Car en parcourant le livre, on se rend compte qu'on passe à côté d'oeuvres potentiellement fascinantes ! Je vous proposerai en fin d'article un petit aperçu de ce qu'on peut découvrir dans ce livre. Mais auparavant, j'aimerai revenir sur un point souligné par l'étude. Alain Beyrand et ses collègues alertent en effet le lecteur sur la très probable disparition de tous ces trésors. A cause d'une sauvegarde lamentable (ou plutôt non sauvegarde) de ces strips, il est quasiment impossible aujourd'hui d'avoir des collections de strips de cette période dans un état correct. Au pire, les BD sont perdues, ou ont été mises à la poubelle. Elles n'ont pas été sauvegardées car pour une raison que je ne comprends pas, ce genre a été pas mal dénigré à partir de la fin des années 60 (ceci est probablement lié à l'explosion de la BD publiée en planche avec histoire à suivre et l'apparition croissante des BD reliées). Si elles ne sont pas perdues, ces BD sont parfois sauvegardées par les bibliothèques et ou journaux de l'époque soit dans des archives soit sur microfilm. Finalement, on ne peut vraiment faire confiance qu'au lecteur de l'époque, qui a découpé jour après jour ses bandes préférées et les a stockées avec amour pour espérer retrouver certains strips.

 

Je trouve ça vraiment scandaleux et honteux qu'un pays comme la France, soit disant un grand pays de Bande Dessinée, n'ait pas été capable de faire un travail de sauvegarde d'une partie de son patrimoine culturel. C'est pour moi incompréhensible qu'on n'ait pas été capable de faire comme aux Etats-Unis ou en Angleterre pour protéger ces bandes de presse. Il y a de multiples raisons soulignées par l'étude, mais ça me dépasse. Finalement, les auteurs de cette encyclopédie étaient peut être trop en avance sur leur temps. Si l'âge d'or de la reproduction de comic strips que nous vivons actuellement avait commencé il y a vingt ans, peut être que le travail de sauvegarde aurait été plus efficace. Je me demande si aujourd'hui, avec les techniques informatiques que nous avons à disposition, il serait possible de faire un travail de restauration digne de ce nom.

 

De Lariflette à Janique Aimée est donc pour moi une lecture indispensable pour tout amateur de comic strip (et même pour tout amateur de Bande Dessinée). Si vous êtes intéressés par ce livre, il est commandable sur le site de Pressibus, l'éditeur qui a publié l'encyclopédie (vous trouverez le bon de commande ici).

 

Pour finir, je vous propose un petit aperçu des strips que j'aurais aimé découvrir. Je ne citerai pas tout car il y a vraiment beaucoup de strips que j'aurais aimé lire. Mais voici un panel assez représentatif.

NB : Voici les caractéristiques techniques du livre : format à l'italienne (8.5x23 cm), softcover, 960 pages en noir et blanc, papier fin type papier journal).

Suite à l'étude, vous trouverez l'encyclopédie à proprement parlé avec un classement par auteur. Chaque auteur a le droit à une petite biographie puis quelques exemples de strips qu'il a créé.

Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?
Les Cahiers du Comic Strip par John Snoopy

Sur le blog Les Cahiers du Comic Strip (lescahiersducomicstrip.blogspot.fr/), vous pouvez retrouver mon amour pour cette niche de la Bande Dessinée Mondiale.

 

Dans le but de faire découvrir à encore plus de monde cet aspect de la bande dessinée, je vous proposerai sur 9ème Art les critiques de mes lectures. Bien évidemment, pour les anciennes critiques, il faudra aller sur mon blog. Pour les nouvelles, elles seront publiées sur mon blog et ici-même.

 

En espérant que cela vous donne envie de découvrir un peu plus ce monde merveilleux.

Bonne lecture.

Depuis le 19 Oct 2013
Autres publications abonnements Pas d'abonnements.