43J’aime
Chocolate Brain par Sullivan
< retour à la liste de posts
03 Juillet - 20 Octobre 2013 : Partie 1
GénéralLe 20 oct 2013
12

La rédac'. Baptiste joue à Trials et développe un Konami Code pour 9emeArt.fr pendant qu'Alfro et moi préparons la très lourde semaine à venir pour ARTS, alors que Bigor converse avec sa meilleure amie Marie-Jeanne. Alfro s'enquière sur la possibilité de payer une commande Speed Burger avec une seule carte bleue et Carpenter Brut nous accompagne dans une soirée qui risque, une fois de plus, de se finir aux aurores.

"Ah, c'est l'anniversaire de Snoop Dogg !"

19h50, nous sommes le Dimanche 20 Octobre et je prends peut-être conscience qu'en ce jour pluvieux, où un aquaplanning et un retour houleux au domicile familial ont failli me coûter plus cher que leur finalité, la période la plus importante de ma jeune vie vient de s'achever. 109 jours démarrés dans le flou le plus total, pour aboutir à un peu plus de clarté, acquise au prix d'efforts colossaux, dont je resterai fier jusqu'au jour où l'on me mettra six pieds dessous.

De cette veille de Comic Con Paris où notre programme n'était pas encore finalisé, où l'on devait quitter Nantes à 7h30 pour avoir monté le stand à temps à Villepinte le lendemain et où Baptiste, dans un élan de détresse amicale me demande de faire l'aller-retour Nantes-St Lô (Ah, la Normandie) de nuit, pour charger un camion de location que je ne sais pas conduire , et revenir dans la foulée à Nantes déménager ses meubles, aux alentours de 5h du matin. Bonne poire, je me lance dans ce périple qui me coûtera un point sur mon permis et une cécité après m'être fait attraper au jeu de la vitesse et du combat de regard face au radar sur l'autoroute.

"J'ai pas de quoi payer cette amende, soirée de merde, autant rentrer se faire du bien et ne pas dormir jusqu'à ce que Manu nous appelle".

Romain et Simon sont à l'appart', ils viennent de finir Deadpool : The Game, que j'ai acheté une fortune (en ce qui concerne son rapport/qualité prix en tout cas) l'après-midi même chez Addict Games pour les besoins du Stand de la Japan Expo. 7h du matin, Baptiste rentre chez lui pour dormir 1h30 et revenir faire l'état des lieux du camion en bas de la cathédrale, pendant que nous partons lourdement chargés vers Paris, son périph' et Neuilly sur Seine, où nous nous arrêterons le temps d'une courte visite chez Warner Bros avec l'ensemble de la rédac.

Il est déjà temps de repartir et l'installation à la Comic Con ne tarde pas, d'autant plus que nous retrouvons l'adorable staff de DC Planet qui partage un coin de table avec nous pour cette édition 2013. Tout le monde est motivé, et une fois de plus je réalise la chance que j'ai de travailler avec des amis que je considère aujourd'hui comme mes frères, avec qui j'ai littéralement passé chaque jour et chaque nuit depuis l'automne 2012. Toutes ces soirées sans le moindre sens à jouer à Trials, Halo : Reach, Fifa, GTA IV, WWE All Stars, jusqu'à oublier d'avoir conscience de ne faire que ça, et d'en perdre déjà quatre relations amoureuses coup sur coup, par incompatibilité d'agenda, déjà surchargé par "les bros". Bref, je vous épargne ce chapitre.

Retour à Paris : Toute la rédac' est héroïque sur le salon, Landros est une bête de somme et Manu est remonté comme jamais (les effets du mariage), pendant que Papayou et Philippe Briones rencontrent leurs fans sur un stand qui reste aujourd'hui celui dont je suis le plus fier au cours de notre jeune carrière. Cynok, JiBé et Alex Le Coq sont partout, les bros Kakao, Lenox et les autres sont avec nous, Zacharie prend de plus en plus l'apparence du prochain rédacteur de COMICSBLOG.fr dans ma tête...

"Bros before Bitches, qu'il disait".

Bref, nous sommes le 8 juillet au matin, un de ces Lundi que l'on déteste, encore plus après 4 jours à n'avoir dormi que huit heures en tout et pour tout, huit heures sacrifiées à deux nuits blanches chez Gary, dont une soirée mémorable où de la bière était servie à tout le monde dans un arrosoir, où Charles meurt en photo, où nous étions trente dans un appartement de Bastille immense. Alex Le Coq torse nu dans la rue, Gameblog, Pix'N Love, GeekMeMore, Jérémy et j'en passe sont tous là, même Baptiste est sur Paris ces deux soirs après un concert de Snoop Dogg décevant au Zenith, où Big Snoop nous snobe après 45 minutes d'un show intense mais définitivement trop court. Il est temps de repartir et le bilan de la Comic Con France est mitigé : je me fais qualifier de mysogine sur Melty, je suis déçu de la conférence sur le féminisme, les agendas trop plein d'apéros empêchent JB de bosser correctement et je suis aux abonnés absents sur le stand. Et pourtant, tant de belles rencontres une fois de plus. Elliott et son adorable maman, des dizaines de lecteurs tous plus gentils et prêts à nous soutenir que jamais, Davy et Carole qui nous donnent des coups de mains pour des quotidiennes que l'on peine à remplir, que JB monte jusqu'à s'endormir sur son MacBook à 7h du matin alors que nous buvions des bières, avant de rempiler pendant une journée entière. Des interviews sautent et je ne suis pas là pour rattraper le coup. 3 jours de fatigue nous font reposer uniquement sur nos nerfs et les esprits s'agacent. Et pourtant, encore une fois que de belles rencontres. Julien Mokrani, protégé d'Alexandre Aja et réalisateur de l'adaptation des Sentinelles de Xavier Dorison ; Elsa, seule belle rencontre du RER B ;les organisateurs du festival ; les charmantes prétendantes des sessions de tarés de GeekMeMore ; AHL sur le stand des potes de Pix ; Sebastien Mirc, dont je vous reparlerai de toute façon bientôt et que je considère comme un modèle absolu, Frantz et sa bonne humeur...

Ces beaux moments me soulagent pour un retour à Nantes où Manu s'endort dans Paris intra-muros au volant et où, seul autre détenteur du papier rose, je suis obligé de le relayer. Un combat contre moi-même qui durera 5h, puisque nous passerons une heure derrière un accident colossal (heureusement sans victime) sur l'A11. 2 Canettes de Redbull, 2 cafés, Bruno Mars et Daft Punk en boucle sur les seules radios que l'on parvient à capter, Alfro qui lutte pour m'aider à rester éveillé en discutant des films à venir cet automne et du mercato Parisien, Simon, Romain et Manu qui sont dans les bras de Morphée sans songer au fait que ma seule préoccupation pendant ces cinq longues heures était de ramener tout le monde en vie et à bon port.

14h, retour à Nantes, le soleil cogne sur ce 8 Juillet et nous vidons la voiture ressemblant à ces doux dingues qui font le tour du monde en vélo sur leur monture qui prend la forme d'un éléphant à grand renfort de tentes et de matelas.

14h30, retour à la réalité, il faut aller à la boutique, que je n'arrive plus à aimer et dont je rêve parfois de fuir, malgré toute la chance que j'ai de faire ce métier formidable. Très tôt, mes clients préférés reviennent et je me surprend à m'apercevoir qu'ils m'ont vraiment manqué, et avec qui je discute passionnément pendant des heures de la Comic Con Paris tout en lisant les nouveautés qui viennent d'arriver. Je lis surtout Rockyrama et je jalouse le talent et les couilles de ces mecs-là.

18h, prise de conscience. Les conditions imposées par les investisseurs en matière de ligne éditoriale ne sont plus acceptables, je ne peux pas être ce jeune de 24 ans un peu naïf qui devient salarié d'une boîte qu'il a créé mais qu'il ne possède pas, dont le salaire est gelé, où un choix de vie (quitter Nantes pour Paris) est engagé, où Clément, Florent, Baptiste et la rédaction actuelle ne peuvent plus travailler, après une décision arbitraire de deux businessmen pourtant talentueux et sympathiques.

19h, bureaux de Sparkk. Le moral n'est pas au plus haut mais je retrouve Clément, qui doit être mon remontant le plus efficace ici au boulot, et avec qui je passe une nuit de travail sur 9emeArt, malgré le côté désormais nébuleux du projet et le fait que la décision est prise : Il faut quitter les investisseurs et trouver un nouveau business model en 2 mois, au risque d'être chômeur et dans le pétrin le plus total en Septembre. J'ai la chair de poule, j'ai besoin du soutien de ma mère le temps d'un déjeuner au Café Cult, comme tous les mardi,la seule routine que j'accepte. J'ai toujours une amende, j'ai toujours pas dormi.

Prochaine étape : la nuit de l'E3 en live chez Gameblog, la nuit du Tracteur avec Max, les soirées BirGirPall, Pacific Rim, les pépins de santé, aussi bien les miens que ceux d'ARTS, et encore quelques lignes de Bullshit personnel. Prenez ça comme mon exorcisme idiot.

Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?
Chocolate Brain par Sullivan

Le troisième oeil de Warren Ellis veille sur moi. 

Depuis le 16 Oct 2013
Autres publications abonnements Pas d'abonnements.