43J’aime
Chocolate Brain par Sullivan
< retour à la liste de posts
Playlist
GénéralLe 14 nov 2013
5

17h33, la rédac. Alfro et Alex bossent leurs articles, la journée se passe à merveille et nous venons de poser les bases de deux semaines spéciales absolument DANTESQUES sur 9emeArt pour Janvier 2014 et les 30 ans d'une série au delà du culte. J'ai hâte de pouvoir mettre les mains dans le cambouis. 

J'avais promis de parler de SoFoot, de Rockyrama pour mon prochain billet, ou encore de reprendre la trop longue histoire de mon étrange été, mais l'arrivée d'une autre saison m'a poussé ces derniers jours à me plonger plus que jamais dans la musique. Si l'on écoute de la musique plus de 10h par jour au boulot, en essayant d'échanger autour de nouveautés ou de (re)découvertes sur YouTube, ce n'est que récemment que je me suis enfin accordé le droit de faire quelque chose que je ne fais (malheureusement) plus à cause de nos emplois du temps malsains : m'allonger pour écouter un album.

Au délà de l'extrait d'expérience transcendentale que peut provoquer le dernier album de Mac Miller (puisque c'est de lui qu'il s'agit) tard la nuit après une soirée bien chargée, j'ai surtout redécouvert un repos de l'esprit que je croyais disparu. C'est l'impulsion qui m'a donné envie de foncer tête baissée dans la Musique (avec un grand M) ces derniers jours. Je fais partie de ces illuminés qui pensent qu'elle peut changer la totalité de votre humeur ou de votre journée selon l'ordre dans laquelle vous la jouez, l'état dans lequel vous y jetez une oreille, les gens avec qui vous partagez de vrais moments sincères de spectacle pour les esgourdes et j'en passe. 

Écouter Dream Koala du matin au soir a fait dire à Alex qu'il n'avait plus aucun repère dans sa journée et dans l'écoulement du temps, découvrir de vieilles compos de Perturbator m'a boosté comme une dose de caféine en intraveineuse, écouter David Bowie avec Alfro lui a délié la langue et l'a laissé s'échapper dans de longues tirades rêveuses... Bref, je ne fais qu'énoncer des banalités en ce qui concerne la passion de la musique, mais en revenir à cette écoute un peu candide de ce qu'un artiste a à apporter quelque soit son obédiance devrait peut-être reprendre le pas sur la consommation (j'insiste sur le terme) de musique à l'heure actuelle. 

Se nourrir de toutes les richesses qu'offrent des styles aux antipodes les uns des autres pour mieux modeler sa journée et son humeur, passer de Lamb of God à Pink Floyd en évoquant aussi bien Meshuggah que Carpathian. Puis donner sa chance au carré magique Mac Miller x Wiz Khalifa x A$AP Rocky x Kendrick Lamar (et leurs crews respectifs), avant de réhabiliter le trop sous-estimé Nekfeu aux yeux des sceptiques que nous avons pu être. Toutes ces autres petites choses de la vie qui font que la culture reste la plus belle des portes vers le libre arbitre, la connaissance de soi et le besoin insatiable de découvrir. Et puisque la musique est empirique, voici une playlist on-ne-peut-plus diverse des sons qui m'ont fait avancer ces derniers jours, en compagnie de mes deux collègues patients : 

Le vrai clip est sorti ce matin, réalisé par Asia Argento, et il a une esthétique incroyable. Comme tout ce que fait A$AP, finalement. 

Parce que c'est à mes yeux le meilleur groupe de Hardcore né (et mort) dans les années 2000, et que voir qu'un tel son peut rester underground me force à me poser beaucoup de questions sur l'industrie de la musique extrême. (Reformez-vous, putain.)



Parce qu'il n'y est pour rien, mais Dream Koala a accompagné un petit coup de foudre dans ma vie ces derniers jours, et que sa musique me transporte de toute façon dans d'autres endroits à chaque fois, matin ou soir. Je regrette ce jour où je l'ai croisé en caleçon chez Nic-Nic et où je ne savais rien de son génie musical. Ce mec est incroyable.

Parce que c'est à mes yeux le meilleur morceau de Perturbator, même s'il est très différent du reste de sa disco'. Et Perturbator, c'est le mec qui se permet d'être un génie underground, une belle personne au quotidien, et qui choisit de travailler sur des projets comme Hotline Miami. Ce mec. 

Parce que mes jeunes années de Metalleux me hanteront toujours et que Flo sera toujours là pour me ramener sur la voie des cheveux longs et des barbes qui puent, voilà l'un des meilleurs lives de l'un des meilleurs groupes de Metal de ces 20 dernières années. Les seuls héritiers de Pantera, même si personne n'ose se hasarder à une comparaison aussi périlleuse dans le monde trop obtu des guitares saturées. 

La bande son des soirées où je regarde Alfro vagabonder sur AdopteUnMec.com. Tension homosexuelle au maximum. 

Qu'on ne vienne plus me dire que la perfection est inatteignable après Pink Floyd

Je ne me lasserai jamais de Kendrick Lamar, et la contamination est arrivée jusque chez Sparkk et même Baptiste est tombé amoureux du flow du meilleur artiste Hip-Hop actuel en live deux fois cet été, au Pukkelpop et au Stade de France. Si Eminem en est le Dieu, voilà un bien beau prophète. Ecoutez Section.80.

Vous connaissez tous Mac Miller, pas besoin de vous choisir un morceau en particulier. Surtout qu'il n'y a rien de plus dangeureux à faire avec lui, l'anguille du Hip-Hop. Ce mec est plus jeune que moi, il a déjà sorti plus d'une centaine de morceaux, fait du Jazz, du hip-hop pour Kids, du Hip-Hop pour kids bien équipés en marie-jeanne, s'est créé un univers entier, et le tout en indépendant. Quand on sait qu'il a plusieurs centaines de morceaux jamais diffusés et une science du freestyle et du cool inégalée, qu'il joue de tous les instruments et qu'il compose presque toute la journée, on se dit qu'il a encore de belles années devant lui pour révolutionner tout un pan de la musique. Sauf si la Codéine l'endort avant.

Si cet enchaînement ridicule entre "deux rappeurs blancs de moins de 25 ans" semble peu délicat, les deux hommes ont bien des points communs, au delà du fait qu'ils vivent chacun du hip-hop sur des continents différents, ce qui a l'air de les aider avec la gent féminine si l'on suit leurs aventures au quotidien (je savais qu'il fallait écrire sur Dragon Ball pour faire du hip-hop, pas des dossiers). Véritable produit de sa génération, Nekfeu est la voix de beaucoup de kids nés entre 85 et 95, nourris au Club Dorothée, au Cacolac, à la PS2 et issus de milieux modestes. Mais ce n'est pas tout, puisqu'il est avant un lyriciste hors pair à la technique impeccable. On pourra lui reprocher d'avoir percé avec le moins intéressant de ses projets, lui qui brille dans l'Entourage avec Deen Burbigo et Jazzy Bazz... 

Les vrais savent. 

Je crois que je ne comprendrai JAMAIS Drake. Et j'avais envie de finir cette première chronique par une bonne touche d'humour. 

Cheers !

Bonus-Tracks : 

Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?
Chocolate Brain par Sullivan

Le troisième oeil de Warren Ellis veille sur moi. 

Depuis le 16 Oct 2013
Autres publications abonnements Pas d'abonnements.