Critique > All-New Hawkeye - Tome 1, la critique
Critique

All-New Hawkeye - Tome 1, la critique

Comics Le 12 fev 2016
4
par Sullivan
All-New Hawkeye - Tome 1, la critique

L’avis de Sullivan8

On a aimé • Le parfait prolongement de Matt Fraction • Ramon Perez a liberté d'étaler son talent • Une origin story bienvenue pour Hawkeye
On a moins aimé • Une conclusion amenée par les besoins des events Marvel

Particulièrement prolifique chez DC Comics, Marvel et en indé', Jeff Lemire est également l'un des auteurs les plus lucides à propos des possibilités qu'offre la révolution artistique Image Comics. Pourtant, à contrario de certains de ses collègues tiraillés entre deux modèles économiques qui se complètent tant que l'on est prêt à sacrifier du temps et quelques ambitions, Jeff Lemire met un point d'honneur à être davantage qu'un prête-nom pour la Maison des idées, qui lui confie avec Hawkeye la lourde reponsabilité de succéder à l'un de ses cousins, et l'excellent run de Matt Fraction

Lire aussi : Descender - Tome 1, la critique 

Toujours enclin à l'idée de traiter l'enfance à toutes les sauces possibles et inimaginables, Jeff Lemire fait ici coup double grâce à la narration toute particulière de sa mini-série, qui nous transpose tour à tour dans l'enfance de Clint Barton, puis dans son présent accompagné de Kate Bishop, avec qui l'acher se lance en quête de trois enfants victimes d'expériences insupportables des mains de l'HYDRA. Passionné par l'idée de transmission et de mentorat, l'auteur jongle parfaitement avec ses deux temporalités dans les premiers chapitres, pour mieux les fusionner par la suite. 

Parfaitement conscient aussi du fait que c'est l'aspect "vie de tous les jours" qui fait le sel d'Hawkeye depuis son volume précédent, le scénariste prend la responsabilité de faire évoluer sa relation avec l'ex-membre des Young Avengers, Kate se posant en miroir de Barney, frère de Clint avec qui il a grandi lors de ses jeunes années au sein d'un cirque itinérant loin d'être exempt de tous reproches. C'est d'ailleurs dans cette progression et cette accélération hâletante de ces deux histoires parallèles que l'album trouve sa principale qualité, lui qui se dévore en one-shot sans la moindre difficulté, jusqu'à un cliffhanger qui annonce un changement radical pour la mini-série suivante, liée à Secret Wars et ses nombreux remous. 

Protéiforme, Ramon Perez l'est plus que beaucoup d'artistes de l'industrie américaine. Et s'il n'avait toujours pu le prouver lors de piges alimentaires pour les besoins de quelques numéros Marvel ça et là, le dessinateur trouve ici chaussure à son pied, lui qui à l'instar de David Aja semble parfaitement casté pour mettre en images le script de son excellent scénariste.

Jongleant entre un style qui sent l'aquarelle encore fraîche pour raconter le passé d'Hawkeye et un trait beaucoup plus proche de David Aja pour mieux succéder aux travaux de Fraction et du dessinateur espagnol, l'artiste ne pèche ni dans un secteur ni dans l'autre, et offre un visage presque indé' à ce qui reste une production Marvel sur l'un de ses Vengeurs phare. Comme Panini le rappelle dans sa préface, "le titre est conçu pour un public plus sophistiqué qu'à l'accoutumée".  Et puisque l'on parle d'édition, notons le petit prix de 13€ pour une histoire que vous garderez toujours dans votre bibliothèque, un bon rapport qualité / euros comme on les aime. 

Dans la droite lignée de Matt Fraction et pourtant parfaitement calibré dans les thèmes qu'aborde régulièrement Jeff Lemire, All-New Hawkeye est une origin story aussi précieuse que sa belle réflexion miroir sur l'enfance et l'accomplissement. Un petit immanquable de la collection 100% Marvel, qui affiche définitivement de belles couleurs depuis son passage en albums cartonnés.

Auteurs & Mots clés
les dernières news les dernières critiques
Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?