Critique > Babyteeth : craignez les pleurs du bébé démoniaque !
Critique

Babyteeth : craignez les pleurs du bébé démoniaque !

Comics Le 02 sept
3
par Sylvain.C
Babyteeth : craignez les pleurs du bébé démoniaque !

L’avis de Sylvain.C8

On a aimé • Bon pitch • Narration maîtrisée à base de flash-backs • La chaleur de la famille Ritter • Un raton-laveur violet démoniaque
On a moins aimé • Trop de foreshadowing • Quelques faiblesses dans le dessin

Sortie après sortie, Snorgleux poursuit son travail d’éditeur. Après des titres comme Jimmy’s Bastards ou Animosity  – que la rédaction avait apprécié – l’heure de la rentrée a sonné et c’est notamment Babyteeth qui est en charge de faire grandir le catalogue. Sans grande surprise, on reste dans la ligne éditoriale mature tenue jusqu’ici et nous voilà de nouveau face à un titre que l’on ne recommandera pas vraiment à vos jeunes neveux et nièces.

Moi, Sadie R., seize ans, célibataire, mère de l’antéchrist

À seize ans et enceinte de neuf mois, la vie de Sadie Ritter est en passe de prendre un tournant assez sévère. Si elle ne souhaite pas confronter le père de son futur fils, elle peut au moins compter sur le soutien indéfectible de sa sœur et de son père. Ces appuis dans la vie de tous les jours ne seront pas de trop, car après un accouchement difficile, la jeune mère va découvrir que son petit Clark (oui, comme Superman) est en fait l’antéchrist et que son arrivée sur Terre risque de provoquer tout un tas de catastrophes.

Extrait de Babyteeth tome 1

Le pitch proposé par Donny Cates (God Country, Redneck) est assez séduisant et laisse la porte ouverte à de nombreuses péripéties. Dès ce premier numéro, à peine Sadie a-t-elle le temps de se demander comment nourrir un nourrisson assoiffé de sang que Clark est traqué par une tueuse à gage engagée par une organisation secrète.

L’histoire débute un an après l’accouchement, lorsque Sadie prend son téléphone en main pour enregistrer un message vidéo à destination de son fils. La narration se fait ensuite tout en flash-back et l’auteur ne se prive pas teaser les événements à venir au point où cela en devient presque frustrant. En effet, ce premier volume reprend les cinq premières issues du comics Babyteeth. Cinq chapitres, cela se lit très vite, si vite qu'on aurait presque un sentiment de trop peu. Les bases sont là, les antagonistes introduits, les personnages principaux sont attachants et on aimerait déjà savoir de quoi sera fait l’avenir de Sadie et Clark.

Extrait de Babyteeth tome 1

 

If You Want Blood (You've Got It)

Du côté du dessin, Garry Brown (The Massive, Catwoman) s’en tire bien malgré quelques planches inquiétantes dans le premier chapitre. C’est dans les environnement lumineux et lors des scènes les plus dynamiques que le trait du dessinateur commence à faiblir. Heureusement, l’histoire n’hésite pas à passer sous silence certaines scènes d’action et à venir accentuer les moments du quotidien. Chaque planche où Clark commence à pleurer est un pic d’adrénaline pour les personnes et pour le lecteur. De plus, dès le deuxième chapitre, Babyteeth fait la part belle aux environnement nocturnes, bien plus maitrisés. À ce propos, on peut saluer la performance de Mark Englert, à la colorisation, pour sa maîtrise des éclairages.

Extrait de Babyteeth tome 1

Malgré une toile de fond que l’on devine trash dès la couverture, Babyteeth est finalement une histoire assez douce. De la même façon qu’il n’est pas possible de résumer la série Buffy contre les Vampires au combat d’une jeune femme face à des créatures démoniaques, Babyteeth raconte bien plus que la venue au monde de l’antéchrist en s’attardant sur l’histoire d’amour difficile entre une mère et son fils. Les scènes musclées y sont présentes, mais elles ne prennent jamais le dessus sur les moments développant les difficultés qu’une jeune mère devant élever seule un enfant et soulignant l’importance de la famille dans les situations les plus délicates.

Au-delà d’une bonne base que l’on ne serait pas étonné de voir adapté en série TV dans les années à venir, on retient surtout de Babyteeth sa jolie galerie de personnage. Le très jeune Clark aux pouvoirs insoupçonnés, un raton-laveur sorti du portail de l’enfer, Sadie qui gère la situation tant bien que mal en étant aidée par une adorable figure paternelle et une sœur aussi aimante qu’instable. Autant de protagonistes déjà attachants que l'on a hâte de voir évoluer. Babyteeth est disponible chez Snorgleux au prix de 16,50 euros.

Auteurs & Mots clés
les dernières news les dernières critiques
Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?