Critique > Batman Rebirth - Tome 1, la critique
Critique

Batman Rebirth - Tome 1, la critique

Comics Le 14 juin
6
par AlexLeCoq
Batman Rebirth - Tome 1, la critique

L’avis de AlexLeCoq7

On a aimé • Une bonne introduction • des ajouts intéressants • Bruce Wayne en avant
On a moins aimé • Le dessin pas toujours convaincant • le nouveau format d'Urban Comics qui pourra faire pester

Après un très long run de Batman qui s'est prolongé sur une cinquantaine de numéros débutés lors des New 52 (ou Renaissance en France), Scott Snyder a rendu les armes pour définitivement confier le destin de Batman à Tom King et David Finch qui ont eu la lourde tâche de montrer la voie au héros alors que les événements de DC Universe Rebirth #1 ont emmené l'univers dans une toute nouvelle direction et le retour à l'héritage du long passé de l'éditeur. Et avec l'arrivée de DC Rebirth en France, Urban Comics ne pouvait pas passer à côté du titre sur le Chevalier Noir  pour sa première salve de titres.

Évidemment, Batman est un personnage majeur de l'univers de la Distinguée Concurrence et prendre la charge de sa série principale n'est pas l'exercice le plus facile, notamment lorsqu'on passe après un Scott Snyder qui a autant divisé - il était parfois génial, parfois décevant. Tom King se décide pourtant, avec ce premier tome, à préparer une transition tranquille vers un arc plus global centré non pas sur le Chevalier Noir mais celui qui se cache sous son masque, Bruce Wayne. Pour ne pas renier le run de son prédécesseur, le scénariste américain y fait référence ça et là tout en déclinant l'histoire sur son propre terrain. Et pour s'approprier Batman, il faut évidemment s'intéresser à l'entité qui est l'ombre du héros et la raison principale de son combat : Gotham City.

En effet, Tom King réussit avec brio à remettre la ville maudite au centre du débat et pose même la question de l'intérêt véritable de Batman dans son évolution. Le Chevalier Noir a t-il vraiment contribué à sa prospérité relative ou est-ce lui qui la condamne, par sa simple présence, à une lutte interminable contre le crime ? Il est vrai que ce questionnement n'est pas une nouveauté dans la mythologie du héros mais King réussit à l'aborder d'une manière totalement inédite en introduisant deux nouveaux personnages : Claire et Hank Clover. Les deux sont les enfants idéologiques de Batman, pour des raions que je vous laisserai le soin de découvrir, et ont tous les deux ont décidé de contribuer le combat du héros sous les costumes de Gotham et Gotham Girl. Tom King n'a d'ailleurs pas donné les nom de la ville aux deux personnages pour rien puisqu'ils représentent deux faces d'une même pièce : la colère et la peur. La colère et la peur qui font de Gotham la ville qu'elle est. C'est ainsi que l'auteur réussit à peindre un portrait de la métropole tout en poussant Bruce Wayne à se questionner sur sa psyché, notamment, mais aussi sur l'obsession du héros pour la transmission de ses valeurs morales et de son combat.

Cette approche est donc totalement passionnante, d'autant plus qu'elle est distillée dans une intrigue assez efficace qui mêlera plusieurs ennemis de l'univers de Batman. Il faut cependant avouer que l'on sent l'auteur en phase de rodage tout au long de ce premier arc, puisque le tout manque parfois d'un peu de rythme et de fluidité dans l'écriture.

Côté graphique, c'est David Finch qui assure la majeure partie du tome et il faut avouer que le style du dessinateur est un peu la partie la moins convaincante de ce Batman Rebirth - Tome 1. Évidemment, l'auteur fait un travail efficace mais son trait semble de moins en moins inspiré alors que l'arc avance. Heureusement, les événements présentés ne lui demandent pas d'être grandiloquent dans sa mise en page mais on sent clairement une différence entre les quelques fulgurences de son premier numéro et le dernier, qui reste assez classique. D'autant plus que l'encrage de Matt Banning et les couleurs de Jordie Bellaire rendent parfois le tout un peu indigeste, en rajoutant une double dose sombre à des cases parfois lourdes. On remarque d'ailleurs que ces défauts sautent aux yeux face aux numéros dessinés respectivement par Mikel Janin et Ivan Reis, aux styles totalement différents et beaucoup plus aérés dans le découpage et le dessin.

Un dernier mot tout de même sur l'édition d'Urban Comics puisque l'éditeur a décidé de changer le format de ces tomes reliés avec DC Rebirth, maintenant un poil plus grand. Un choix qui se révèle finalement plus agréable pour la lecture avec des planches forcément plus importantes mais qui pourra faire pester les collectionneurs qui verront leur bibliothèque Urban un poil boulversée par l'arrivée de ce nouveau format. On pourra d'ailleurs signaler la même chose sur les kiosques de l'éditeur, désormais plus imposants.

Au final, ce Batman Rebirth - Tome 1 est une très bonne pioche. Sans arriver à la cheville des débuts de Scott Snyder sur le personnage, Tom King réussit tout de même à s'emparer de Batman pour finalement se focaliser sur son alter-ego, celui qui est caché sous le masque, Bruce Wayne. Il apporte même à la mythologie du personnage en ajoutant deux personnages assez intéressants qui permettent de creuser dans la psyché du personnage qui sera visiblement amené à vivre quelques changements majeurs dans sa vie...

Auteurs & Mots clés
les dernières news les dernières critiques
Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?