Critique > Du Sang sur les Mains, la critique
Critique

Du Sang sur les Mains, la critique

Comics Le 19 jan 2018
0
par Republ33k
Du Sang sur les Mains, la critique

L’avis de Republ33k9

On a aimé • Des crimes improbables • Une réflexion sur l'art séquentiel • Des personnages fascinants
On a moins aimé • Le style ne plaira pas à tout le monde • La forme est difficile à appréhender

J'aurais bien commencé cette nouvelle chronique en disant qu'un vent de créativité dingue soufflait sur le Canada. Mais il se trouve que malgré son trait rappelant celui de Jeff Lemire - qui a laissé quelques mots sur la dust jacket de cet album - et les réflexions contenues dans cet ouvrage, Matt Kindt est bel et bien américain. Pourtant, sa dernière création à paraître sur le sol français, Du Sang sur Les Mains, n'a rien à envier à la folie créative du scénariste canadien le plus influent de l'industrie des comics books.

Comment présenter cet album ? Ma foi, on ne va pas vous le cacher, Du Sang sur Les Mains est un ouvrage expérimental. Centré sur des enquêtes mettant en scène des crimes inhabituels comme des vols de panneaux de signalisation ou le découpage d'œuvre d'art, le récit prend la forme d'une bonne histoire de détective, avant de brouiller nos perspectives lorsque la vie du dit policier est illustrée sous la forme de planches de BD, mais telles qu'on les trouverait sur l'établi de Matt Kindt. Le tout, complété par des entretiens à l'aveugle - les cases sont noires - entre ce bon détective, nommé Gould, et un criminel plutôt savant.

Ne vous laissez pas avoir par l'ambiance polar et les personnages de prime abord très communs de cet album donc, car l'auteur et scénariste joue sur vos perceptions pour mieux vous surprendre, voire, vous déboussoler. En jouant avec la composition, le découpage et la narration, Matt Kindt passe petit à petit d'auteur à essayiste, et nous propose une véritable exploration des forces de l'art séquentiel.

Si vous aimez décortiquer les planches et leur fonctionnement comme le ferait un metteur en scène enregistrant son commentaire audio, Du Sang sur les Mains est donc un must. On pourrait presque le considérer d'abord comme une étude du neuvième art, et seulement ensuite comme un polar. Sauf que. Comme on le savait depuis ses titres dans le monde de Valiant (édité en France par Bliss Comics), Matt Kindt est un dialoguiste de talent et il n'a aucun mal à nous faire apprécier même le plus détestable de ses personnages.

Son style graphique ne conviendra pas à tous, c'est certain, mais son trait assez organique et mouvant donne au titre une ambiance assez folle, qui accentue le caractère loufoque des crimes présentés par l'intrigue, jusqu'à créer un vrai sentiment de malaise. Dans le sens positif du terme - si une telle chose existe - puisque l'effet est immédiat sur le lecteur, qui ne manquera pas de se questionner sur le concept de crime, la nature des criminels ou l'efficacité de la justice, autant de termes savemment distillés par Kindt dans cet album, qui malgré son côté expérimental, ne perd jamais sa pertinence.

En ce sens, on pourrait voir du Sang sur les Mains comme la rencontre de la série télévisée Mindhunter de David Fincher, et la réflexion globale d'un auteur de bande dessinée sur un média qui le fascine depuis toujours. Un mélange apparemment improbable mais qui fera mouche chez tous les lecteurs, et surtout les plus expérimentés, ou simplement ceux qui aiment décortiquer le neuvième art.

Puisque c'est notre cas, on ne saurait que trop vous recommander l'édition française de cette petite pépite, sorti chez First Second en 2013, sous le titre de Red Handed. D'autant que Monsieur Toussaint Louverture fait honneur à l'ouvrage original dans une fabricaiton aux petits oignons. Non content d'être un excellent polar et une exploration assez brillante, Du Sang sur les Mains est un objet des plus agréables, qui embellira forcément vos étagères.

On ne peut pas le conseiller à tout le monde, mais Du Sang sur les Mains n'en reste pas moins un OVNI fascinant. À la croisée des chemins entre un essai sur la bande dessinée et sa narration, le polar le plus pur et un renversement des codes du genre, la création de Matt Kindt est aussi personnelle que bluffante. L'album est disponible au prix de 24,50 euros.

Auteurs & Mots clés
les dernières news les dernières critiques
Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?