Critique > Garçon manqué, la critique
Critique

Garçon manqué, la critique

Comics Le 10 nov
1
par Elsa
Garçon manqué, la critique

L’avis de Elsa8

On a aimé • Le récit rythmé et plein d'humour • Un regard intime sur la quête d'identité • Un sujet difficile traité avec légèreté
On a moins aimé • Ce titre reste une expérience personnelle dont il ne faudra pas tirer de généralités

Publiée pour la première fois en 2005 avec Tu m'aimeras encore si je fais pipi au lit ?Liz Prince alterne ensuite livres publiés dans le circuit classique et en auto-édition, avec notamment une apparition dans la bande dessinée tirée de la série Adventure Time. Elle revient cette fois-ci avec Garçon manqué, un récit autobiographique plein d'humour.

Liz Prince, garçon manqué.

Dès qu'elle a été en mesure de savoir dire non, la petite Liz n'a plus voulu enfiler une robe. Ses parents n'y voyaient pas d'inconvénients alors ils ne l'ont pas forcée. Pas plus qu'ils ne voyaient d'inconvénients à ce qu'elle rêve d'être Luke Skywalker, joue à Sos Fantôme et adore les comics. C'est plutôt en se frottant au monde extérieur que Liz a senti qu'il y avait comme un 'problème'.

Liz est une fille, oui. Mais elle est différente de la définition du mot fille qu'ont la plupart des gens en tête. Pourtant elle n'est pas un garçon non plus. Alors qui est-elle ? Confrontée constamment à sa propre différence, Liz grandit en essayant de se comprendre, à tâtons, tout en apprenant aussi à accepter l'inévitable : même si cela lui parait inconcevable, de fille elle va devenir une femme.

Les petites cases.

Avec beaucoup d'humour, Liz Prince revient sur la manière dont, toute sa vie, elle s'est heurtée à la question du genre. Ne pas se retrouver dans la 'norme', tout en se sentant parfaitement normal n'est pas quelque chose de simple. L'auteure revient sur des étapes marquantes, les personnes qui ont compté dans sa vie, lui ont permis de devenir celle qu'elle est aujourd'hui et de se sentir bien dans ses baskets.

Le récit est chronologique et découpé en périodes, rythmé par ses déménagements et ses changements d'école. Il démarre au moment où la Liz de deux ans commence à imposer ses choix, puis on la suit jusque dans le courant de son adolescence. Le sujet est délicat, parce qu'il pourrait facilement basculer vers une critique des 'filles-filles'. Mais si la petite Liz a parfois rejeté massivement les filles qui agissaient comme une partie de la société exigent que les filles agissent, non pas par mépris mais simplement par incompréhension, l'adulte qu'elle est devenue a largement pris du recul sur tout ça, en comprenant qu'elle avait sa place parmi les femmes, au même titre que les autres. Elle fait aussi preuve de beaucoup d'auto-dérision, pointant ses propres erreurs sans s'accabler, et rendant plus légère une enfance et une adolescence qui ont pourtant été assez difficiles, faites de rejets, de moqueries et de petites trahisons.

Liz raconte ses relations avec sa famille, ses amis, ces profs pas toujours très tolérants, ou maladroits, ses petites déceptions et grands traumatismes, ses passions, ses relations avec les garçons, sa difficulté à pratiquer le baseball parce qu'elle est la seulle fille de l'équipe, les personnes qui ont croisé sa route et qui l'ont vu comme un être humain aussi intéressant que les autres, plutôt que de la cataloguer comme 'bizarre'. Elle aborde aussi avec simplicité et justesse son rapport à son corps, particulièrement compliqué parce que ses complexes venaient autant du regard des autres, un malheureux classique de l'adolescence, que de sa propre difficulté à se projeter dans un corps de femme en devenir.

Son trait est léger, joyeux, plutôt naïf. Il colle parfaitement à la période racontée mais aussi au sujet, permettant de rendre le propos plus léger, même quand les épisodes abordés sont douloureux. On sent que Liz Prince, comme elle le raconte d'ailleurs, a grandi en se nourrissant de comics indépendants et de fanzines. En voyant ses planches on pense notamment au travail de Max de Radiguès, qui traite d'ailleurs souvent, lui aussi, de l'adolescence et de ses petites et grandes douleurs.

Garçon Manqué est un témoignage drôle, touchant et intéressant sur la difficulté de ne pas rentrer dans les cases. Quête d'identité et réflexion sur le genre, en plus d'être un très agréable moment de lecture, cette bd est un exemple concret de ceux que les grands amateurs de petites cases cloisonnées pour les hommes et pour les femmes voudraient ignorer. Liz Prince est un être humain, une fille, une jeune femme désormais, mais aussi un garçon manqué. Et ça n'est pas une maladie.

Auteurs & Mots clés
Oeuvre liée
Garçon Manqué
Garçon Manqué Garçon Manqué 2014
les dernières news les dernières critiques
Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?