Critique > Je suis Black Panther : à la rencontre de T'Challa
Critique

Je suis Black Panther : à la rencontre de T'Challa

Comics Le 14 fev
1
Je suis Black Panther : à la rencontre de T'Challa

L’avis de Arno Kikoo7

On a aimé • Un casting all-star de créatifs • Un tour plutôt complet du personnage • L'emphase sur la relation amoureuse avec Tornade • Les fiches d'accompagnement
On a moins aimé • L'absence de numéros inédits • Une petite impression de catalogue par moments

Avec la sortie du film Black Panther sur grand écran, difficile pour Panini Comics de ne pas profiter de l'évènement pour mettre en lumière le personnage (et on ne les blâmera pas, chaque éditeur profitant des occasions apportées par le cinéma) au travers de multiples ouvrages. Forcément, avec l'embarras du choix, on peut se tourner vers les anthologies. Le format a l'avantage, s'il est bien fait, de présenter les traits d'un personnage dans un éventail assez large pour donner à la fois l'envie de poursuivre d'autres lectures, et satisfaire le simple curieux de passage. L'objectif est-il rempli avec Je suis Black Panther ? Réponse tout de suite.

Qu'on se le dise, il est difficile de réinventer la formule des anthologies, et Je suis Black Panther ne compte pas changer la donne. Panini nous propose donc une sélection de numéros publiés au fil des années, depuis la première apparition du personnage dans le titre Fantastic Four jusqu'au premier numéro de sa plus récente série régulière, écrite par Ta-Nehisi Coates. Le casting des auteurs et artistes est prestigieux à tout point de vue : Stan Lee et Jack Kirby, co-créateurs du personnage, sont forcément de la partie, et l'on retrouve une galerie composés de scénaristes très talentueux tels que Roy ThomasChris ClaremontChristopher Priest ou Jason Arron. La partie artistique n'est également pas en reste avec des dessins qui témoignent là aussi, comme c'est souvent le cas dans ce format, de la traversée des époques du personnage au gré de l'évolution des styles et techniques de dessin.

Le choix des récits démontre là aussi d'une certaine cohérence éditoriale, dans une démarche qu'on qualifiera de classique et efficace. Le but est de montrer à peu près tous les aspects du personnage, car Black Panther a cette caractéristique d'avoir des intérêts multiples. Non content d'avoir été le premier super-héros noir (et africain) dans les comics mainstreamT'Challa de son vrai nom ne porte pas qu'un costume, mais occupe aussi un statut politique important - il est le roi d'une nation africaine hyper développée, le Wakanda - et doit alors mener une autre forme de double-vie. Celle de son statut de super-héros amené à combattre avec les Avengers, et celle de souverain de sa nation, dont il doit également protéger les intérêts, et le peuple. Mais comme il ne peut se dédoubler, c'est cette dualité que l'on observe au fil des aventures, qui prennent place sur le sol wakandais ou aux Etats-Unis.

Là où Je suis Black Panther se montre également intéressante par rapport à l'historique du personnage, c'est dans l'importance accordée à sa relation avec Tornade (Storm), de son vrai nom Ororo Munroe, une mutante qui deviendra quelques temps la femme de T'Challa, et dont la relation aujourd'hui terminée n'en reste pas moins iconique, et exploitée au fil des grands évènements éditoriaux de Marvel. On se plaît donc à découvrir une de leurs rencontre, orchestrée par Chris Claremont et John Byrne, passée inaperçue à l'époque de sa publication, mais qui aura un impact sur tout le reste du déroulé - que l'on découvre dans la seconde partie de Je suis Black Panther.

C'est d'ailleurs dans cette seconde moitié que les lecteurs pourront retrouver le chapitre "See Wakanda and Die", excellent récit à côté de l'event Secret Invasion, qui met au mieux les capacités de Black Panther (d'un point de vue guerrier et technologique) avec sa relation avec Tornade. Au chapitre des relatives déceptions, on pourra par contre regretter le manque de numéros inédits qu'une telle anthologie aurait pu apporter (bien entendu, il aurait fallu que ça soit cohérent avec le reste des numéros choisis, et ce n'est pas toujours évident). Maus aussi l'impression à quelques endroits d'avoir un échantillonnage de premiers chapitres de titres publiés au même moment par Panini. Mais c'est un peu ça aussi le but d'une anthologie. Soulignons dès lors les pages explicatives et détaillées qui entrecoupent les différents chapitres, qui, à quelques petites étourderies près, accompagnent la lecture pour que, une fois le livre terminé, on a l'impression que T'Challa nous a livré (presque) tous ses secrets.

L'objectif est donc atteint avec l'anthologie Je suis Black Panther. De façon classique mais efficace, l'ouvrage propose des morceaux d'histoire du personnage pertinents qui permettent d'aborder les multiples facettes du personnage. Avec une emphase sur la relation de T'Challa et Tornade qui est plutôt bien vue et pour le coup, marque la scission avec la version proposée sur grand écran. Si vous souhaitez découvrir Black Panther, ce livre pourra servir de point d'accroche, avant d'aller explorer d'autres récits complets. L'album est disponible dès aujourd'hui au prix de 25 euros.

Auteurs & Mots clés
les dernières news les dernières critiques
Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?