Critique > Justice League Anthologie, la critique
Critique

Justice League Anthologie, la critique

Comics Le 15 nov
2
Justice League Anthologie, la critique

L’avis de Arno Kikoo8

On a aimé • La cohérence éditoriale • Toute la diversité du concept Justice League • Parfaite porte d'entrée
On a moins aimé • Le petit côté "renvoi catalogue" (surtout sur la fin)

Au jour de la sortie du film de Zack Snyder, il aurait été impensable de ne pas faire un retour sur l'anthologie Justice League sortie en fin de mois dernier chez Urban Comics. L'album s'adresse justement aux quelques lecteurs qui voudraient s'essayer aux comics de l'équipe de super-héros de DC Comics, et à ceux qui ont déjà mis les pieds dans le plat mais qui ont soif de connaissances. Et même pour les plus aguerris, l'ouvrage se posera comme un bon rappel de ce qui fait l'essence de la Justice League, au delà de la simple réunion de personnes à super-pouvoirs.

Une anthologie forte en valeurs

L'idée de condenser plus de 70 ans d'histoires en un seul recueil pose forcément problème quant aux choix des morceaux sélectionnés, et à ce que l'on souhaite montrer du personnage (ou en l'occurrence, de l'équipe) concerné. Il serait facile de choisir un ensemble de singles spectaculaires, qui opposeraient BatmanSuperman et consorts aux plus grandes menaces, ou de choisir simplement un numéro par grande période éditoriale de DC Comics. Le travail effectué par Urban Comics se montre donc très solide puisqu'il appuie ses choix de numéros par des concepts très forts qui transparaissent durant toute la lecture.

On y retrouve l'idée que la Justice League n'a pas toujours été portée par les plus grandes figures super-héroïques de DC, et que c'était même l'inverse, le titre d'équipe permettant de mettre en lumière de nombreux personnages secondaires qui n'avaient pas droit au luxe d'une publication dédiée. De fait, le casting de l'équipe joue de sa malléabilité,  et sa composition sera revue plusieurs fois, ce qui est une belle démonstration de sa richesse pour le lecteur arrivant - ou celui qui n'en connaît que l'incarnation depuis 2011, qui témoigne au final d'une certaine pauvreté dans sa composition. Le changement d'équipe se fait par des étapes de transition qui véhiculent aussi les concepts d'héritage et de continuité, très forts chez l'éditeur à deux lettres, et qui se retrouvent dans les numéros choisis.

 

Aussi, l'anthologie Justice League montre les différences de ses incarnations, par plusieurs épisodes "de recrutement" qui ont marqué l'Histoire de l'équipe, et par les différences de ton qu'on peut retrouver en fonction de ces compositions. Il y a l'entraide presque naïve qui caractérise la formation de la Justice League lors du Silver Age, l'envie de renouveau qui précède la période Justice League Detroit ou l'ambiance hilarante et quasi-parodique de Justice League International. On voit donc qu'Urban essaie de toucher à tout en faisant état des multiples déclinaisons qui peuvent émerger d'un concept somme toute assez simple. Petit bonus non négligeable : le Martian Manhunter a droit à une très belle exposition dans tout l'album (alors qu'on l'a un peu tristement mis de côté depuis la Renaissance), l'équipe ayant été très touchée par ses arrivées et départs de l'équipe. 

Une cohérence éditoriale en béton

Mais ce qui fait aussi la force des numéros choisis, c'est aussi qu'ils proposent de véritables instants forts de son Histoire, auxquels ils se font souvent écho. On conseillera d'ailleurs de lire l'ouvrage de façon classique (du début à la fin : n'allez pas piocher des histoires au hasard) puisque les numéros de seconde moitié font souvent référence à des évènements que vous aurez justement lus quelques pages auparavant. Le rappel historique atteignant une apothéose dans le JLA #0 de 2006, véritable sacrement de l'histoire qui risque bien de vous nouer la gorge si vous êtes attachés à la Justice League en tant qu'idée (et que vous n'aviez jamais découvert cette histoire précédemment). Même dans les numéros les plus récents proposés (on va au Titans Annual #1 publié cette année, et qui a l'avantage de renvoyer aux plublications Rebirth de l'éditeur), le choix s'est porté sur des notions de passage de flambeau, d'opposition d'équipes par le dialogue, tout en renvoyant aux grosses scènes d'action période Renaissance

On pourrait peut-être reprocher de ne pas trouver, juste pour la postérité, un exemple de ce qu'était la première Justice Society of America - mais comme il l'est signalé dans la préface, au départ, les héros n'étaient jamais vraiment réunis (et on vous a même fait un dossier explicatif là dessus, bande de petits curieux). Ce qui permet d'embrayer sur l'excellence des pages qui accompagnent les numéros présentés, et qui permettent de reposer les contextes de publication de chaque numéros, en se rapportant aux époques concernées. Les grands évènements de l'histoire de DC permettent de voir comment les auteurs et artistes se sont succédés sur la Justice League, ce qui permet d'apprécier encore mieux le travail qu'on découvre par après.

En résulte toujours, avec ce type de format, une impression de présentoir/catalogue par moments - et forcément, puisque Urban a tout intérêt à vous amener à lire ses autres productions, mais on ressent malgré tout un travail sérieux derrière. Et la seule présence de certains numéros (outre le JLA mentionné avant, le revamp de JLI est un véritable bijou) pourrait vous faire passer le cap de l'acquisition. En tous les cas, on referme l'album avec un certain sentiment de satisfaction, avec l'impression d'en connaître assez pour appréhender plus sereinement d'autres titres Justice League, et cette envie d'en découvrir plus parmi les dizaines d'histoires incontournables à découvrir. 

On se doute bien qu'une telle anthologie doit faire des choix (et donc des renoncements) pour les numéros qui y figurent dedans. Mais en se positionnant sur des évènements marquants qui ont permis à la Justice League de connaître une multitude de variations, que ce soit dans sa composition ou sa tonalité, et en choisissant des numéros qui se font écho qu'Urban accomplit un travail très solide. Un très beau panel d'échantillons de ce qui fait la superbe de cette équipe de super-héros, soutenu par un éditorial sérieux qui donne envie d'en lire plus. Un argument qui pèse s'il vous vient l'idée de découvrir l'histoire de la Justice League, ou de la présenter à vos amis plus ou moins profanes. 

Auteurs & Mots clés
les dernières news les dernières critiques
Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?