Critique > La Vie Hantée d'Anya, devenir copine avec une fantôme
Critique

La Vie Hantée d'Anya, devenir copine avec une fantôme

Comics Le 28 aout 2019
0
par Elsa
La Vie Hantée d'Anya, devenir copine avec une fantôme

L’avis de Elsa7

On a aimé • Des personnages attachants • L'adolescence racontée avec justesse • Une chouette histoire pour ados
On a moins aimé • Une dernière partie un peu confuse

Après le succès du génial Un été d'enfer, Rue de Sèvres réédite le premier album de Vera Brosgol sous le titre La Vie Hantée d'Anya.

Une amie très spéciale.

Anya n'est pas une ado très heureuse. Elle dépense beaucoup d'énergie pour gommer ses origines russes et ne pas être la cible de trop de moqueries dans son lycée huppé. Mais ses efforts suffisent juste à la rendre invisible, certainement pas populaire. Elle n'a qu'une copine, un peu bizarre, sèche les cours et rêve d'attirer l'attention du beau gosse du lycée.

Un jour, elle tombe dans un vieux puits abandonné et y fait la rencontre d'Emily, une fantôme, qu'elle emmène accidentellement chez elle. L'adolescente et le spectre se lient d'amitié. Mais si être copine avec une fantôme a bien des avantages... il y a aussi quelques inconvénients.

Être hantée.

En ayant lu Un été d'enfer, on devinera la part d'autobiographie dans le personnage d'Anya. Déjà dans cette histoire, l'autrice raconte la difficulté à s'intégrer, et celle de savoir vraiment qui on est quand on est une ado coincée entre deux cultures. Mais ici, l'inspiration autobiographique s'arrête à la famille d'Anya et Vera Brosgol bascule dans le fantastique, signant une bande dessinée horrifique pour ado classique mais efficace.

Être hantée... Voilà une bizarrerie bienvenue quand on se sent terriblement banale. Mais tout n'est pas si simple et Anya s'enlise progressivement dans un sacré pétrin.

À part une dernière partie peut-être un peu confuse, l'autrice montre déjà dans ce comics un grand talent narratif, avec des personnages attachants, des dialogues pleins de justesse, qui racontent avec sensibilité l'adolescence et sa confusion. Si Un été d'enfer peut séduire un lectorat autant ado qu'adulte, La vie hantée d'Anya est résolument ado, et s'adresse surtout aux 11-15 ans.

Derrière le côté horrifique récréatif, Vera Brosgol traite de nombreux sujets liés à l'adolescence et montre, sans jugement, que la popularité n'est pas une fin en soi et n'est pas une case à cocher pour être enfin heureuse. Un message forcément bienvenu pour des jeunes lecteurs qui pourraient ressentir le même vide que l'héroïne.

Côté dessin, on retrouve déjà son trait plein de vie, doux, avec des personnages très expressifs dont on ressent parfaitement les émotions. Le noir/blanc/gris fonctionne à merveille.

La vie hantée d'Anya est une chouette bd pour ado, où les tourments de l'adolescence sont bousculés par un spectre difficile à cerner.

Auteurs & Mots clés
Oeuvre liée
La Vie Hantée d'Anya
La Vie Hantée d'Anya La Vie Hantée d'Anya 2019
les dernières news les dernières critiques
Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?