Critique > Mystery Society, la critique
Critique

Mystery Society, la critique

Comics Le 09 juin 2016
0
par Republ33k
Mystery Society, la critique

L’avis de Republ33k7

On a aimé • Une ambiance assez chouette • Des personnages attachants • les dessins de Staple
On a moins aimé • Un titre qui s'arrête trop tôt • Quelques raccourcis dans l'intrigue • Les enjeux sont limités

Ce mois-ci, Jungle s'étend du côté des comics, avec une nouvelle collection entièrement tournée vers les bande-dessinées américaines. Et après l'excellent Airboy, c'est au tour de la série Mystery Society, d'abord publiée chez IDW, de faire son apparition sur le marché français.

Créé par Steve Niles et Ashley Wood et dessiné par Fiona Staples, que le public connaît pour les superbes dessins de Saga, Mystery Society est un titre à mi-chemin entre les super-héros et le fantastique, qui nous propose de plonger dans le quotidien loufoque de Nick Hammond et Anastasia Collins, un couple passionné par les légendes et les phénomènes paranormaux.

Depuis l'ouverture de leur librairie spécialement consacrée à ces sujets, ils ont bien grandi et ont décidé de mettre une fortune commune dans l'élaboration d'une équipe façon La Ligue des Gentlemen Extraordinaires. Et la comparaison avec cette œuvre devient évidente au fil des chapitres de cet album, qui seront remplis de personnages hauts en couleurs, comme Verne, un cyborg Steampunk qui profite du génie du cerveau de l'auteur Nantais.

Des protagonistes particulièrement attachants qui vont nous permettre de pardonner les raccourcis scénaristiques et les twists légers dont l'œuvre regorge. Non pas que l'écriture de Steve Niles soit mauvaise, bien au contraire, mais simplement, on sent que l'auteur n'a (vraiment) pas envie de se prendre au sérieux. Il traite donc tout - ou presque - par-dessus la jambe, et avec un sens de l'humour qui fait mouche.

La lecture s'avère donc extrêmement plaisante, aussi drôle que rythmée, mais on ressent assez vite le revers de la médaille : une certaine absence d'enjeux et de dramatisation qui empêche Mystery Society de nous impliquer à 100% dans son histoire.

À défaut, l'univers reste très plaisant, et la dessinatrice Fiona Staples n'est pas pour rien dans ce constat. Son trait hyper-léger, ses planches aérées et ses concepts immédiatement accrocheurs font de Mistery Society une lecture très agréable pour les yeux. Le talent de l'artiste est assurément l'un des points forts de l'œuvre, et nous ferait presque oublier qu'elle s'achève là où elle commençait seulement. En effet, si le récit est complet, il se termine sur une fin si ouverte qu'on regrette d'apprendre qu'IDW, et par extension Jungle, ne proposera jamais de suite. Tant pis.

Si vous aimez le trait de la dessinatrice Fiona Staples, Mystery Society vaut assurément le coup d'œil. D'autant plus que la création de Steve Niles s'avère aussi rafraîchissante que divertissante, malgré un manque d'enjeux certain et une fin qui fait mal au cœur. Un comic book drôle et léger, donc parfait pour l'été, en somme.

Auteurs & Mots clés
les dernières news les dernières critiques
Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?