Critique > Pile ou Face - Cavale au Bout du Monde, la critique
Critique

Pile ou Face - Cavale au Bout du Monde, la critique

Comics Le 23 sept 2016
0
par Republ33k
Pile ou Face - Cavale au Bout du Monde, la critique

L’avis de Republ33k7

On a aimé • L'aventure avec un grand "A" • Le dynamisme des planches • Une métaphore sur l'identité • La richesse des thèmes
On a moins aimé • Une exposition beaucoup trop lourde • Certaines cases très confuses

Autrice de bande-dessinée plutôt connue du côté de la scène indépendante américaine, Hope Larson, qui scénarise actuellement Batgirl pour DC Comics, arrive en France ce mois-ci chez Rue de Sèvres, qui s'est fait éditeur de Pile ou Face, une histoire placée sous le signe de l'aventure, qu'elle orchestre avec la dessinatrice New-Yorkaise Rebacca Mock.

Ce roman graphique nous raconte l'histoire de deux jumeaux Cléopâtre et Alexandre, livrés à eux-mêmes suite à la disparition de leur père adoptif. Pour survivre, les frères et sœurs décident de rejoindre un gang comme il en existe de nombreux dans l'Amérique des années 1860, faute de mieux, jusqu'au jour ou une plus belle occasion se présente à eux : un rentier ayant perdu ses deux fils jumeaux de vue leur demande de le retrouver via des petites annonces dans la presse. Ni une, ni deux, Cléôpatre se coupe les cheveux et nos deux lurons partent à l'aventure, prêts à tout pour se faire passer pour les enfants du riche desespéré.

Si on vous raconte tout ça, c'est bien parce que l'approche de Hope Larson a un sens métaphorique évident. En effet, derrière ses apparences de simple et jolie BD jeunesse, Pile ou Face cache une jolie réflexion sur la perte de repères et la confusion de l'adolescence, qui s'exprimera à travers les déguisements de Cléopâtre ou encore via la présence deux deux autres jumaux bien décidés à répondre, eux aussi, à l'offre de notre cher rentier. S'en suit des situations assez folles, très divertissantes, et ma foi pas dénuées d'un joli sens caché qui fera assurément réfléchir les jeunes lecteurs sur leur propre identité.

Mais outre ses métaphores, le titre vaut pour son approche assez pure de l'aventure. Du choix des décors à la composition des planches en passant par les protagonistes impliqués, comme des gangs ou des pirates, tout nous rappelle les histoires qui nous fascinaient quand nous étions plus jeunes, et qui continuent de nous divertir ou de nous inspirer aujourd'hui. En ce sens, l'album est une pure réussite, tant son équipe créative parvient à mettre à la portée de nos têtes blondes un sens de l'aventure tout simplement addictif.

Cette réussite passe d'ailleurs beaucoup par les planches de Rebecca Mock, très à l'aise dans la narration séquentielle et très douée quand il s'agit de nous offrir de vrais petits moments de bravoure. Si quelques erreurs sont à noter, ça et là, notamment dans des cases un peu moins remplies ou des planches plus confuses, l'ensemble s'avère très plaisant pour l'œil. Le seul vrai bémol viendra donc de l'exposition du titre.

Conçu comme un dyptique, ce Pile ou Face oublie en effet, parfois, qu'il est destiné à un public plus jeune ou plus dissipé, et on doit bien le dire, même les adultes finissent par s'ennuyer quand Larson nous attaque avec de sacrées doses d'informations ou des dialogues prétextes, qui viennent nuancer notre avis sur le bouquin. Heureusement, on se rattrapera avec tous les thèmes habituels d'une belle BD jeunesse, comme l'amitié, ici assez bien traitée par l'autrice !

Malgré des défauts de narration assez classiques - et donc pas si rédhibitoires puisque nous y sommes malheureusement habitués - Pile ou Face propose une vraie aventure avec un grand "A" à tous les lecteurs, des plus jeunes au plus âgés, qui profiteront de planches dynamiques et d'une ambiance toute légère.

Auteurs & Mots clés
Oeuvre liée
Pile ou Face - Tome 1
Pile ou Face - Tome 1 Pile ou Face - Tome 1 2016
les dernières news les dernières critiques
Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?