Critique > Sex Criminals - Tome 3, la critique
Critique

Sex Criminals - Tome 3, la critique

Comics Le 11 jul 2016
4
par Republ33k
Sex Criminals - Tome 3, la critique

L’avis de Republ33k9

On a aimé • Le retour d'un certain enthousiasme • Les gags imparables • L'aspect méta maîtrisé • Le progressisme • L'édition française
On a moins aimé • Les auteurs auraient-ils recours à la solution de facilité ?

A l'heure où la libido commence à dégouliner sous l'effet de la chaleur et des vacances, Glénat Comics nous offre un troisième tome pour son titre phare, le Sex Criminals de Matt Fraction et Chip Zdarsky, qui renoue avec l'énergie de ses débuts dans ce nouvel album haut en couleurs.

Après un lancement sur les chapeaux de roues dans un premier tome des plus charmeurs, la série Sex Criminals était en effet tombée dans un certain spleen, une noirceur qui mettait à nu les doutes de son auteur Matt Fraction, quant à la vie à deux et les relations amoureuses. Conscient, dès les premières pages, de ce détour qui - sans être inintéressant, entendons-nous bien - avait surpris plus d'un lecteur, le scénariste revient marcher dans les pas de ses premiers numéros pour ce nouvel arc, mieux construit, plus drôle, et toujours aussi progressiste.

On aura donc le sourire dès l'ouverture du bouquin, qui a toujours cette capacité, rare, de nous faire exploser de rire, quelque soit l'endroit ou le moment où vous osez l'ouvrir. Il faut dire que Glénat Comics a ici le bon goût d'offrir une préface exclusive à l'édition française et (à peine tenue) par les deux auteurs, qui se lâchent avant même que l'intrigue ne démarre. Remis sur les rails d'un certain enthousiasme - oserait-on le terme optimisme ? - le lecteur et la série profitent de réjouissances en tous genre, impeccablement servies par Fraction et Zdarsky.

Du côté du scénariste, ce sont toujours les dialogues qui font mouche, avec leurs trente gags par phylactère et leurs double-sens assez bien rendus par la traduction. Et chez Zdarsky, c'est cette discrète mais tangible maîtrise de la séquencialité qui impressionne, tant elle sublime les meilleurs gags de la série, qui verse toujours plus dans le méta, à des degrés complètement dingues, d'ailleurs : on pense notamment à un commentaire méta sur une scène méta du premier tome, pour vous donner un ordre d'idée !

Et si les lecteurs de la série ont appris à adorer ces couches d'humour, on ne peut s'empêcher de penser que les deux lurons font parfois le choix de la facilité, et optant pour un assaut sur le quatrième mur dès qu'une scène est un petit peu difficile à écrire ou à mettre en scène. Dommage, mais en même temps, cette approche nous permet aussi d'en apprendre plus sur le quotidien d'un auteur de comics, et ses angoisses.

Des thèmes qui se marrient assez bien avec la toile de fond de ce troisième tome, qui s'interroge sur ce qu'est le "monstrueux" et ceux qui ont le pouvoir de coller ce genre d'étiquettes. C'est dans cette réflexion que réside d'ailleurs le progressisme toujours aussi pédagoqique que drôle de ce troisième tome, qui à l'aide de nouveaux personnages très attachants, nous permet de réfléchir à tout un tas de sujets de société passionnants, et pourtant parfois considérés comme tabou.

Moralité, ce troisième tome est une sincère réussite. Brillant comme les deux premiers, mais dans une approche encore différente, cet album nous propose un lot de nouveautés et d'humour qui étaient il y a encore quelques mois inédits pour la série Sex Criminals, qui s'impose définitivement comme l'un des titres phares de la "révolution Image Comics", dont l'effort de guerre est ici parfaitement soutenu par Glénat Comics.

Auteurs & Mots clés
les dernières news les dernières critiques
Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?