Critique > Stand Still Stay Silent : plongez dans un monde post-apocalyptique mâtiné de mythologie nordique
Critique

Stand Still Stay Silent : plongez dans un monde post-apocalyptique mâtiné de mythologie nordique

Comics Le 23 oct
1
par LiseF
Stand Still Stay Silent : plongez dans un monde post-apocalyptique mâtiné de mythologie nordique

L’avis de LiseF8

On a aimé • Un dessin vraiment stylé • Un monde mystérieux et original • Des annexes passionnantes
On a moins aimé • Un début mollasson • Parfois difficile à comprendre dans la mise en page • Le texte des bulles est trop petit

En 2013, l'autrice Minna Sundberg débutait sur internet Stand Still Stay Silent, un webcomic post-apocalytique en peinture nummérique. Cinq ans plus tard, l'histoire arrive chez Akileos, traduite en français et imprimée en version papier ! Un album que pour ma part j'attendais avec impatience, emballée par le style graphique incroyable de l'autrice. Finalement, c'est compliqué de mettre une note : certains albums ne vont pas parvenir à nous captiver, sans avoir de défauts notables. Ici, c'est plutôt le contraire : je vois plein de trucs qui ne vont pas, mais je suis totalement fan quand même.

90 ans après la pandémie

Tout commence en Norvège, en pleine tempête. Un groupe de jeunes gens discute tranquillement dans un café de la dernière actualité en date : une maladie appelée la rouille se répand assez rapidement, et cause chez les malades de drôles de plaques. Le ton est léger, les vannes fusent. La menace semble mineure. Les jours passent et peu à peu, les pays nordiques ferment leurs frontières. Certains habitants décident de se retrancher chez eux, d'autres de porter des masques, d'autres au contraire sont convaincus que tout ça va s'arranger. Ces derniers ont tort : ainsi commence la pandémie qui causera la fin du monde, du moins tel qu'on le connaît...

Ça, c'était le prologue. L'histoire proprement dite se déroule 90 ans plus tard, alors que le virus a finalement eu raison de pratiquement toute l'humanité. En fermant leurs frontières, plusieurs pays nordiques ont réussi à survivre au virus : l'Islande, la Norvège, le Danemark, la Suède et la Finlande tentent de se reconstruire. En-dehors de ces terres, tout le reste s'appelle le Monde silencieux. Mort, ce territoire est le lieu de vie des bêtes maléfiques et des terribles trolls. Si une partie de la population restante est immunisée, beaucoup doivent encore porter un masque et se protéger. De fait, le risque de retour d'une pandémie n'est jamais bien loin.

Nous suivons Lalli et Tuuri, deux jeunes finlandais et Emil, un Suédois, embarqués dans une formidable aventure. En compagnie d'une équipe de combattants, ils vont s'enfoncer dans le monde silencieux pour essayer d'en savoir plus sur ce qui s'y cache... Et récupérer des livres, qui aujourd'hui valent une fortune. L'occasion pour eux (et pour nous) de mieux comprendre ce qu'il s'est passé il y a 90 ans, et quelles sont ces bêtes qui rôdent au-dehors...

Un album imparfait, mais captivant

Quand un auteur publie une BD chez un éditeur, ce dernier intervient souvent directement dans le processus de création, demandant parfois d'ajouter une page, de clarifier une scène, de changer un dialogue... Avec sa connaissance du lectorat, l'éditeur peut ainsi anticiper ce qui va coincer. C'est un peu le soucis avec Stand Still Stay Silent : l'éditeur a récupéré un matériau terminé, et difficilement modifiable. Minna Sundberg a débuté son histoire toute seule, et s'est améliorée avec le temps. De fait, la lecture du début du volume est assez complexe : on nous présente trop de personnages, la narration séquentielle n'est pas toujours maîtrisée... Ce qui nous fait tenir, c'est surtout cette peinture numérique, tout simplement sublime.

En avancant dans le récit l'histoire devient plus claire et tranquillement s'installe un mystère... Le prologue se déroulait dans un monde semblable au nôtre. Alors pourquoi ce futur post-apocalyptique est-il peuplé de trolls, de bêtes maléfiques et même de mages ? En même temps que les personnages de l'histoire, on en découvre un peu plus sur le Monde silencieux. Et c'est là tout le talent de Minna Sundberg : avec un ton léger et des anecdotes amusantes sur la maladresse de ses personnages, elle nous décrit un monde empli de cruauté où des milliards d'êtres humains sont morts dans de troubles circonstances.

Ce qui m'a particulièrement plu, c'est la façon dont elle a intégré les mythologies nordiques dans son histoire. Le récit se déroule dans le futur, pourtant les protagonistes se vouent à des croyances anciennes. L'univers de Stand Still Stay Silent est vraiment original, et détaillé grâce à toutes les annexes conçues par l'autrice : des cartes, des bestiaires, des lexiques, toujours magnifiquement mises en page et qui apportent beaucoup à l'histoire. Même si j'ai eu du mal à rentrer dedans au début, l'ouvrage m'a ensuite captivée, et j'attends maintenant le second tome avec impatience. Surtout que l'action va croissante et le mystère est de plus en plus fascinant, au fur et à mesure qu'avance l'exploration de nos héros.

Pas de doute, Stand Still Stay Silent est un album imparfait. Mais un album que je rangerais avec précaution dans ma bibliothèque, et une série que je suivrais avidement. Je vous conseille fortement de vous accrocher sur la première partie, et vous découvrirez ainsi une histoire épique, mystérieuse, sublimée par un dessin magnifique. Il y aurait encore beaucoup de choses à dire sur cet ouvrage et rassurez-vous, on vous réserve d'autres contenus à ce sujet sur 9emeArt. En attendant vous pouvez lire la preview par ici, et l'album est disponible au prix de 29 euros.

Auteurs & Mots clés
les dernières news les dernières critiques
Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?