Critique > The Fix : suivez un duo désopilant de flics ripoux
Critique

The Fix : suivez un duo désopilant de flics ripoux

Comics Le 28 mai 2018
4
par LiseF
The Fix : suivez un duo désopilant de flics ripoux

L’avis de LiseF8

On a aimé • Un humour qui fait mouche • Un scénario accrocheur
On a moins aimé • Le dessin sert bien l'histoire mais n'est pas transcendant

Le 18 mai dernier sortait The Fix, de Nick Spencer et Steve Lieber chez Urban Comics. Le titre a été publié aux États-Unis chez Image et pour être honnête, ça faisait un moment que je n'avais pas autant ri en lisant un comic book.

Dans The Fix, on suit l'histoire de Roy et Mac, deux policiers ripoux qui s'en mettent plein les poches. Au demeurant la situation semble plutôt cool, mais quand on transgresse les lois, on finit forcément par avoir affaire à plus pourri que soi. Et des pourris, Roy et Mac vont en rencontrer plus d'un...

Flic le jour, bandit la nuit

On a tous un jour envié les méchants dans les films : ils ont souvent une classe folle, ils se contrefichent des règles et ils sont libres, loin des diktats imposés par la société. Mais les vrais veinard, ce ne sont pas eux : ce sont les flics qui finiront forcément par les coffrer ou encore mieux, leur mettre une balle dans la tête. C'est exactement ce que s'est dit Roy, le jour où enfant, il a vu des braqueurs de banque se faire défoncer par un policier. Policier qui par la suite, a récupéré un joli pot de vin de la part du banquier et s'est tapé la mère du gamin...

Roy a compris le truc : pour se faire un max de tunes, pas besoin de travailler d'arrache-pied dans un bureau. Il suffit d'être flic et malfrat à la fois ! Avec son ami et collègue Mac, il multiplie les combines pour gagner du fric sans se fatiguer.

Laissez votre morale à l'entrée et essuyez-vous les pieds

Vous l'aurez compris, The Fix surf sur des stéréotypes vus et revus dans les séries, les films, les romans... Alors où se situe son originalité ? En fait, ce comic book conserve un ton volontairement décalé et affreusement drôle. Le scénariste Nick Spencer a la faculté de vous faire rire d'un type qui raconte comment il a avalé son propre sperme, ou d'un chien détecteur de malfrats.

Et tout est dans la finesse : si l'histoire du buveur de sperme vous a rebutés, rassurez-vous : The Fix n'est pas hyper graphique. En fait, tout est dans le comique de situation. Mon personnage préféré par exemple est un chef de gang sanguinaire passionné de nourriture bio et de yoga du rire. Si ça ce n'est pas décalé, je ne sais pas ce qu'il vous faut.

Si le dessin ne m'a pas transcendée bien qu'il soit efficace, c'est dans son écriture que The Fix est une vraie pépite. Ce premier tome se dévore comme une bonne série télé : on a nos personnages préférés, nos répliques cultes, on entendrait presque les protagonistes se balancer des vannes.

Pas de doute, ce premier tome de The Fix est une vraie réussite. C'est drôle et prenant, et ça se consomme sans modération. Il s'agit là d'une simple entrée en matière qui nous présente les personnages, mais tout ça annonce du très bon pour le second tome. Le premier volume est disponible chez Urban Comics au prix de lancement de 10 euros.

Auteurs & Mots clés
les dernières news les dernières critiques
Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?