Critique > The Wicked + The Divine, la critique
Critique

The Wicked + The Divine, la critique

Comics Le 28 oct
3
par Sullivan
The Wicked + The Divine, la critique

L’avis de Sullivan9

On a aimé • GIllen x McKelvie forment un duo majeur des Comics • Accessible et pourtant d'une richesse infinie • Beau à s'en damner
On a moins aimé • A déconseiller aux lecteurs qui ne supportent pas la culture Rock

Les liens entre les Comics et la musique sont aussi nombreux que c'est permis, en témoignent la belle rétrospective concoctée par Strafeur sur les rapports entretenus par la culture Rock / Metal et la BD américaine, l'expo' Rock en Seine magnifiée par les artistes Urban Comics ou la belle histoire qui unit Pink Floyd et Doctor Strange pour ne prendre que les exemples les plus récents. Pourtant, cette relation d'une richesse insondable n'empêche pas The Wicked + The Divine, véritable phénomène d'édition en V.O, d'échapper à tous les poncifs du genre, grâce à une histoire en forme d'OVNI total concoctée par le trio responsable de Phonogram, Kieron GillenJamie McKelvie (dessin) et Matt Wilson (couleurs).

• Écouter aussi : Le replay de la conférence Phonogram x #WicDiv de la Comic Con Paris

Passionné par la mythologie et la musique, Kieron Gillen souhaitait faire de celle qu'on appelle #WicDiv la preuve que la musique est une forme de magie. Invoquant un casting de personnages rappelant à la fois des icones de la musique (de David Bowie à Kanye West en passant par Rihanna et les Vengaboys) par leur design mais aussi des divinités majeures de différentes mythologies par leurs noms (Sekhmet, Baal, Minerve), le scénariste nous plonge dans le quotidien de Laura, jeune héroïne qui mène une vie plutôt normale, jusqu'à ce qu'elle se retrouve plongée au milieu d'un panthéon de jeunes stars destinées à mourir dans les deux ans à venir, comme tous les 90 ans, lorsque douze dieux se réincarnent dans le corps de jeunes adultes.

Véritacle orgie de concepts tous plus barrés les uns que les autres, The Wicked + The Divine étonne surtout par la fluidité de son récit, bardé de mystères (certains ne sont toujours pas résolus au quatrième tome, qui vient de sortir au USA) et de réflexions profondes sur le rapport à l'art sous toutes ses formes, magnifiées par la symbiose entre trois artistes qui ont appris à se connaître depuis leur première collaboration en 2006. Ajoutez à cela une enquête sur des incidents violents qui émaillent la vie de douze dieux tous en quête de quelque chose de différent, et vous obtenez en plus une vision passionnante du passage à l'âge adulte, à la folie de l'underground et à la starification. 

Accompagné par un Jamie McKelvie plus en forme que jamais (oubliez ses travaux précédents, la barre est ici placée beaucoup trop haut) et dont la puissance évocatrice n'a d'égal que le génie de son découpage, en passant par sa façon de jouer avec les codes des plus grandes stars de la musique pour mieux magnifier ses personnages, le scénariste pour compter sur le soin apporté par son équipe artistique, puisque Matt Wilson, coloriste de génie, va jusqu'à utiliser le concept de synésthésie pour mieux appuyer les sentiments qui s'emparent de tous les lecteurs qui ont la chance de régulièrement se rendre à des concerts. C'est un travail d'orfèvre qui ne pouvait trouver place que chez Image Comics, terreau des plus belles expérimentations, qui vont bien plus loin "qu'un titre qui se trouve entre Bowie et Batman", croyez-moi. 

Il est également de bon ton de souligner le soin avec lequel Glénat Comics propulse son titre en libraire, fort d'une édition collector augmentée en taille et en bonus, tandis que l'édition classique contient, elle, déjà suffisamment de bonus pour vous rassasier jusqu'au très attendu Tome 2. De quoi justifier le prix de vente de 17€50 d'un titre qui fait pourtant partie de la collection des premiers numéros Image à 10$, dans une version ô combien plus chiche en suppléments. 

OVNI parmi les OVNIs, The Wicked + The Divine est à n'en pas douter la sensation indé' de cette fin d'année. Hyper générationnel et érudit dans son rapport à la musique, à la mythologie et à l'adolescence, le titre confirme que Gillen et McKelvie sont devenus, à grands renforts de parutions régulières, un duo majeur de l'industrie, complètement à part et pourtant absolument incontournable. Ce qui se fait de mieux en "comic-book from UK" ces temps-ci, tout simplement. 

Auteurs & Mots clés
Oeuvre liée
The Wicked + The Divine - tome 1
The Wicked + The Divine - tome 1 The Wicked + The Divine - tome 1 2016
les dernières news les dernières critiques
Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?