Critique > Walking Dead - Tome 24, la critique
Critique

Walking Dead - Tome 24, la critique

Comics Le 19 nov 2015
1
par Sullivan
Walking Dead - Tome 24, la critique

L’avis de Sullivan9

On a aimé • Le début de la fin d'une longue saga • Un propos brillant de la part de l'auteur • Gaudiano fait beaucoup de bien à Charlie Adlard
On a moins aimé • Une suite qui se fait pressante malgré les sorties rapprochées

Très en forme depuis de nombreux tomes maintenant, Robert Kirkman semble avoir retrouvé la foi avec Walking Dead, particulièrement grâce au personnage de Negan, ses conséquences et l'ellipse majeure faite en ouverture du 22ème tome de la série.

Bien installé dans le futur des survivants, où pèsent plus que jamais des menaces venues de l'intérieur et de l'opposition des valeurs humaines, l'auteur continue de tisser bon nombres d'histoires appelées à converger dans un 25ème tome que l'on attend déjà de pied ferme. 

Toujours en pleine refléxion sur le rôle de meneur au travers du personnage de Rick, Kirkman prend un malin plaisir à émanciper Carl (parti à la recherche de sa belle sans le consentement de papa Grimes), en même temps qu'il développe les valeurs morales des différents groupes qui viennent se greffer et/ou tourner autour de la civilisation créée par Rick et les siens. 

Car c'est bien là le sujet de Walking Dead depuis l'épisode Negan : recréer une civilisation. Fondée sur des valeurs humaines, la prise de décisions difficiles (comme laisser en vie un tortionnaire avéré qui joue au repenti et qui, à n'en pas douter, fomente déjà un futur en sa faveur), l'organisation horizontale et tout ce qui pourrait faire du "monde libre" ce qu'il prétend vraiment être, débarassé des intérêts personnels et de la concentration des puissances. Idyllique donc, pour qui voudrait avoir une chance de repeupler le monde parti en cendres depuis que les Zombies y ont fait leur apparition. 

Pourtant, comme tout grand homme sûr de son projet, Rick va devoir faire avec l'existence de pensées dissidentes, au sein et en dehors de son royaume, lui à qui la couronne va bien mais pèse inéxorablement sur le quotidien. Comme aurait-pu le dire le plombier du quartier : plus la tuyauterie est grande, plus il y a de chances de fuites. 

Opposé frontalement à une mutinerie idéologique, au départ de son fils et à la menace d'extrémistes terroristes dont les valeurs sont aux antipodes de celles qui font une république (tiens tiens), Rick va devoir plus que jamais porter ses bijoux jusqu'en territoire ennemi pour discuter avec le visage de l'atrocité. Celle qui manipule les masses faibles d'esprit à grands renforts de discours idéologique pronant la force et la puissance, sortant de la bouche de malades mentaux en manque de repères. Loin du gouverneur et de Negan et de leurs vagues sectes ultra-violentes, aux ambitions bien moins grandes que celle d'un chef de guerre déterminé. Ajoutez une couche d'amour sincère à ça, et vous obtenez un sacré sac de noeud pour celui qui compte tenir sa communauté soudée par la pensée. 

Violemment juste dans son discours très froid, Kirkman peut plus que jamais compter sur le renfort d'un Stefano Gaudiano qui redonne vie à Charlie Adlard, en perte de vitesse sur les derniers tomes réalisés sur l'Italien. Brillant de détails et de clair / obscur, celui qui est un peu plus qu'un encreur dynamise chaque page de la série par sa patience et son soin, en tout en renforçant l'aspect ultra-détaillé des énormes cases caractéristiques du dessinateur Britannique. 

Ajoutons, encore une fois, l'effort d'édition de Delcourt, qui propose désormais de manière systématique les couvertures des numéros V.O en couleur, du côté de bonus. 

Très lourd de sens grâce au temps qu'il prend pour finement développer son propos, Walking Dead - Tome 24 (Opportunités) est votre dernière respiration avant le furieux 25ème tome de la série, qui devrait nous présenter un nombre de menaces inédit à gérer pour Rick et ses vaillants survivants. L'occasion de vérifier si, dans la tête de Robert Kirkman, le monde libre et civilisé peut réellement perdurer face à la violence exacerbée de fanatiques déterminés. Brillant, et à la hauteur des meilleurs tomes d'une série qui s'est définitivement retrouvée. 

Auteurs & Mots clés
les dernières news les dernières critiques
Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?