Critique > Wonder Woman : Terre Un - Tome 1, la critique
Critique

Wonder Woman : Terre Un - Tome 1, la critique

Comics Le 08 juin 2017
5
par Republ33k
Wonder Woman : Terre Un - Tome 1, la critique

L’avis de Republ33k9

On a aimé • Idéal pour s'initier • Un bel hommage à Wonder Woman et ses créateurs • Des planches magnifiques • Des couleurs rayonnantes
On a moins aimé • Les compositions pas toujours très lisibles

Réponse de DC à feu l'univers Ultimate de Marvel, la gamme Terre-Un propose aux lecteurs débutants une porte d'entrée idéale vers les mondes de l'éditeur au deux lettres et aux fans les plus chevronés des relectures savoureuses de leurs personnages préférés. Et Wonder Woman ne déroge pas à la règle, à en croire le premier tome de ses aventures vierges de continuité, désormais disponible chez Urban Comics.

Longtemps restée au stade d'arlésienne, cette histoire qui réunit le scénariste Grant Morrison et le dessinateur Yanick Paquette aura eu le temps de mûrir. Et quelque part, ce n'est pas plus mal, car non seulement, le titre se tient très bien seul, mais il a aussi le mérite d'égaler voire de dépasser les meilleurs albums de Terre-Un, dont ceux consacrés à Batman.

Il faut dire que Grant Morrison est un admirateur à peine secret du personnage de Wonder Woman, et qu'il met toute sa passion au service du récit, qui est d'abord un hommage à l'héroïne et ses créateurs, monsieur William Moulton Marston et son amour du bondage en tête. 

Mais l'album transcende bien évidemment l'hommage pour s'imposer comme l'une des meilleures histoires de Wonder Woman qui soient, alors qu'elle reste pourtant très classique. En effet, il est une nouvelle fois d'un pilote qui s'échoue sur les plages de Themyscira, mais au passage, Grant Morrison en profite pour réinventer et / ou affirmer la mythologie des amazones.

D'ailleurs, le mot mythologie a ici un double sens, puisque les planches de Paquette et l'intrigue sont évidemment inspirées des mythes gréco-romains. Mais on pourrait également évoquer la technologie, les lieux et les personnages qui entourent Wonder Woman, ici dépoussiérés d'une main de maître. L'architecture et l'ingénierie amazones sont un vrai plaisir pour les yeux par exemple, et permettent au lecteur de s'immérger dans l'univers pourant un rien loufoque de l'héroïne.

Ajoutez à cela une vraie modernité dans le propos, qui se développe avec subtilité dans les dialogues de Morrison ou les choix de Yanick Paquette, et vous obtenez un album qui restera sans doute dans l'histoire de l'héroïne. D'autant qu'il ne manque ni d'humour ni de couleurs - ici signées Nathan Fairbairn - qui rendent la lecture encore plus agréable. Seul petit bémol si on devait en relever un : les compositions très originales de Paquette. Impressionnantes et justifiées dans un premier temps, elles finissent par ne plus servir la narration, quand elles n'alourdissent pas des planches parfois bavardes. Rien de rédhibitoire, toutefois.

Si les albums "Terre-Un" offrent une superbe introduction à l'univers DC aux curieux, les aventures de Wonder Woman dans cette gamme vont bien au-delà d'une simple relecture accessible à tous. En remettant à plat les différentes facettes du personnage tout en intégrant les valeurs de son créateur au sous-texte, Morrison nous offre l'une des meilleures versions de Wonder Woman qui soient, et Yanick Paquette l'accompagne de tout son génie visuel. Un must en somme, surtout à l'heure où Diana triomphe dans les salles obscures.

Auteurs & Mots clés
les dernières news les dernières critiques
Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?