Critique > Artemisia, la critique
Critique

Artemisia, la critique

Franco-belge Le 16 aout
0
par Elsa
Artemisia, la critique

L’avis de Elsa8

On a aimé • Une biographie passionnante • Un récit engagé • Une émotion puissante
On a moins aimé • Des passages très durs qui mériterait peut-être un avertissement de l'éditeur

Une très belle biographie d'artiste parait aujourd'hui chez Delcourt : Artemisia.

Bousculer les règles.

Fille du peintre romain Orazio Gentileschi, Artemisia se révèle incroyablement talentueuse dès son plus jeune âge. Malheureusement pour elle, de l'avis de tous au XVIIème siècle,  la peinture est une affaire d'homme. Les femmes ne peuvent entrer à l'Académie, ni même acheter du matériel ou signer leurs tableaux. Pourtant, en secret, son père lui apprend la peinture. Et il sera bien impossible de tenir au silence un tel talent.

Une biographie vivante et puissante.

Nathalie Ferlut et Tamia Baudouin tissent la biographie d'une artiste qui, par la force de son caractère et de son talent, a su bousculer les lignes d'un triste ordre établi. Le décor de cette bande dessinée, c'est l'Italie du XVIIème siècle, dans ses ruelles mais surtout dans les ateliers de ses peintres. On y croise des grands noms, qui sont surtout des hommes qui voudraient tous voir Artemisia rester à sa place.

Mais ce n'est pas qu'une histoire de peinture, Artemisia est le récit de vie d'une femme. Une histoire vraie, richement documentée, passionnante mais aussi absolument tragique. Artemisia était douée, riche d'un caractère impétueux, elle était aussi très belle. Les deux autrices derrière cette bd ne nous cachent rien des épreuves qui ont jalonné sa vie, rendant la reconnaissance qu'elle est parvenue à obtenir encore plus impressionnante. Plus d'un homme a voulu la briser, mais elle s'est toujours relevée.

C'est un ouvrage intelligent et féministe qui, par ce cheminement de vie s'interroge aussi sur la condition des femmes à cette époque. Nathalie Ferlut et Tamia Baudouin évitent sans encombre tous les défauts qu'on l'on croise trop souvent dans les biographies en bd. Artemisia est un récit très bien construit, très riche en détail, en anecdotes comme en évènements marquants. Joliment écrit, il se dévore de la première à la dernière page. Mais c'est aussi une histoire habitée par son héroïne, presque vivante malgré sa prison de papier. Artemisia rugit, souffre, se bat et on s'attache à elle pendant toute son histoire. C'est sa fille qui, agacée par les secrets de sa mère, recompose enfin le puzzle de sa vie grâce à leur dame de compagnie. 

Le dessin de Tamia Baudouin est délicat, vibrant, il raconte à lui seul le mélange de force et de fragilité qui émane de cette artiste incroyable. La colorisation un peu simple atténue quelque peu l'énergie, les détails du dessin, mais avec ses ambiances aux teintes un peu passées, on plonge tout de suite dans l'Italie du XVIIème. Les personnages semblent évoluer comme sur une scène de théatre, transmettant les émotions, la violence, la douceur aussi, dans un jeu d'équilibriste très réussi. Artemisia est une bande dessinée qui contient certains passages très durs qui la réserve à un public averti. Cette violence fait partie de la vie d'Artemisia comme des pages de ce livre. Mais ce n'est qu'une facette de l'ensemble, à l'image de son héroïne.

 Artemisia est une bande dessinée riche, complexe, passionnante, émouvante, qui rend honneur à une artiste incroyable.

Auteurs & Mots clés
Oeuvre liée
Artemisia
Artemisia Artemisia 2017
les dernières news les dernières critiques
Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?