Critique > Astérix chez les Pictes, la critique
Critique

Astérix chez les Pictes, la critique

Franco-belge Le 24 oct 2013
18
par Sullivan
Astérix chez les Pictes, la critique

L’avis de Sullivan9

On a aimé • Un classique immédiat • L'humour qui fait mouche • Le dessin sans faute de Didier Conrad • Une licence qui fait de nouveau rêver
On a moins aimé • Peut-être trop classique • Des enjeux trop sages

Dire qu'Astérix est en position délicate depuis ses dernières itérations est un doux euphémisme. Baladé au cinéma entre pépites et vrais ratés, pas brillant en BD depuis quelques années, l'irréductible Gaulois dont son salut à une adaptation animée très attendue, par le sacro-saint Alexandre Astier. Goscinny parti depuis 37 ans, Uderzo seul maître à bord et sans génie, Astérix et Obelix s'offraient une rédemption en forme d'Odyssée sous la plûme de Jean-Yves Ferri (Le Retour à la Terre, Le Sens de la Vis) et sous les crayons d'un Didier Conrad (L'Avatar, Kid Lucky) chaud bouillant, le temps d'une expédition chez les Pictes. Expédition réussie ? "Par Toutatis, c'est pour sûr !"



Nul besoin de s'attarder sur les erreurs passées pour évoquer ce nouveau volume d'Astérix, en visite chez nos voisins Calédoniens, aussi appelés Écossais, aussi appelés Pictes. Ici, tout est neuf, sauf la façon de (bien) faire !

En effet, pour le moins érudit, ainsi que pour le moins attentif, difficile de constater le changement de style entre les deux créateurs du personnage (Pilote #1 - 1959) et leurs deux fils "adoptix". Ferri et Conrad ne se contentent toutefois pas de singer leurs ancêtres, ils les subliment, en ancrant l'humour et les références de ce récit dans un élan beaucoup plus contemporain que les précédentes tentatives de relance de la Bande Dessinée culte des éditions Albert René.



Plus encore, les auteurs osent et créent, des personnages et leurs patronymes hilarants par exemple, à partir des passages obligés de chaque aventure des irréductibles Armoricains. Ainsi, vous errez à plusieurs reprises dans cet album avec la sensation d'un terrain connu, qui sent bon le mercredi après-midi et le lait au chocolat, avant d'être rattrapé de bien belle manière par la réalité. Astérix est entre des mains compétentes, respectueuses d'un héritage diablement lourd, et son avenir s'annonce radieux tant que ce duo reste à sa tête.

Ainsi, ce que nous pensions n'être qu'une aventure parmi tant d'autres en Grande-Bretagne pour le petit blond le plus connu de l'histoire de France se transforme en épopée virile, au milieu des traditions et des légendes nordiques, toujours propices à offrir de beaux récits séquentiels. L'humour est toujours là, il est plus moderne qu'auparavant, plus référencé aussi. Le trait de Didier Conrad se paye le luxe d'être un fourmillement de détails qui sentent bon la passion, où là aussi le respect de l'œuvre originale passe avant tout.  Une réussite totale, malgré un manque d'enjeu que l'on pourra(it) regretter. La marque des bonnes premières.



Il aura fallu attendre le 35ème volume d'Asterix et sa visite chez les Pictes pour enfin retrouver ce doux parfum d'enfance avec un héros qui commençait franchement à nous manquer. Le nouveau duo Jean-Yves Ferri/Didier Conrad est né pour marcher sur les traces des géants Goscinny & Uderzo et nous le prouve de la plus belle des manières avec un album que l'on espère être le premier d'une longue série de collaboration, qui devrait remettre le Gaulois et sa bande sur les rails du succès populaire. Un immanquable, à n'en pas douter.  

Astérix chez les pictes vu par Christobee



 

Très agréable surprise que ce nouvel opus d'Asterix, j'avais de bons espoirs par le recrutement du fabuleux Ferri (auteur du Retour à la Terre et le Sens de la Vis avec Larcenet ou contributeur de Fluide Glacial), et ces espoirs ne sont pas déçus avec un scénario certes très classique, mais excellemment bien écrit, avec une profusion de mots dans les patronymes des personnages et les dialogues assez savoureux. Le dessin de Conrad, en bon métamorphe, se coule dans le modèle d'Uderzo, en restant très dynamique et vivant. On oublie enfin les affreux derniers tomes avec Uderzo en roue libre au scénario et l'on se prend a attendre avec impatience le prochain tome !

Auteurs & Mots clés
Oeuvre liée
Astérix - Astérix chez les Pictes - n°35
Astérix - Astérix chez les Pictes - n°35 Astérix - Astérix chez les Pictes - n°35 2013
les dernières news les dernières critiques
Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?