Critique > Bob Morane renaissance - tome 1, la critique
Critique

Bob Morane renaissance - tome 1, la critique

Franco-belge Le 16 nov
0
par Republ33k
Bob Morane renaissance - tome 1, la critique

L’avis de Republ33k8

On a aimé • Un personnage dépoussiéré • Des thématiques intéressantes • Les dessins d'Armand
On a moins aimé • Des éléments trop fantasques • Quelques rebondissements légers

Les héros cultes qui reviennent sur le devant de la scène après des années d'absence, on en connaît plein. En revanche, ceux qui parviennent à s'imposer une nouvelle fois auprès du public sont bien moins nombreux. C'est donc avec une certaine appréhension que nous attendions le retour de Bob Morane, le plus français des héros belges (à moins que ce ne soit l'inverse), dans un premier tome labellisé "renaissance" et intitulé Les Terres Rares.

Ne gardons pas notre verdict secret plus longtemps, cette réinterprétation du personnage de Bob Morane est une franche réussite. Avant tout parce que la contextualisation proposée par Luc Brunschwig et Aurélien Ducoudray est pertinente. Actualisant le mythe en le propulsant en 2012, notre lieutenant Morane est ici un jeune soldat français qui va briser les conventions internationales pour protéger une famille sur le sol d'un Nigéria en guerre. Rejeté par l'armée,  le héros du grand public et de la presse trouve une second carrière dans le privé. Et si ses capacités martiales sont un plus, c'est bien pour sa vivicité d'esprit que ses employeurs le recrutent.

Vous l'aurez compris à la lecture de mon synopsis improvisé, c'est un Bob Morane aux frontières du privé et du public, écartelé entre la loi et la morale, que nous découvrons dans cet album. Une réinterprétation finalement évidente du personnage de Henri Vernes, et qui ne triche pas. Plus d'un artiste s'est cassé les dents sur la modernisation d'un héros culte, mais ici, Brunschwig et Ducoudray s'en tirent avec les honneurs, en nous proposant un personnage fidèle à son aura, mais sincèrement actuel. Mieux, le duo de scénaristes dépoussièrent notre personnage principal sans céder aux sirènes de l'américanisation, avec une histoire qui s'ouvre sur un contexte très français, avant de s'intertionaliser sans heurts ou trop de clichés.

Le scénario n'est pas parfait pour autant, puisqu'il semble hésiter à utiliser les éléments les plus fantasques de son intrigue. En l'occurrence, l'album est placé sous le signe du transhumanisme, avec des "casques" qui permettent d'apprendre plus vite, notamment. Mais ce n'est là qu'une des idées, plus directement inspirées de la science-fiction ou du moins de l'anticipation, qui se retrouvent dans un album plutôt réaliste. Et si on comprendra le besoin, pour les auteurs, d'épouser la globalité du mythe et de s'ouvrir une bulle de créativité, ces éléments plus fantasques ne sont pas toujours bien utilisés dans les pages de ce premier album, qui peut, sur ce point seulement, paraître un peu grossier. Un mal pour un bien, puisqu'on imagine que les futures aventures de ce Bob Morane profiteront pleinement de cette ouverture vers la science-fiction dans quelques mois.

En attendant, ses différentes inventions, si elles sont toujours le reflet de technologies existentes, ont parfois tendance à artificialiser le récit, ou à rendre ses enjeux moins poignants. Mais même cette distance ne saurait nous faire oublier l'essentiel : ce Bob Morane est un écho assez extraordinaire de la situation géopolotique et sociale du moment. Un parrallélisme dont on se serait bien passé, mais qui joue forcément en faveur des auteurs, qui ont su faire leurs des thèmes très actuels, pour mieux soutenir leur histoire et la modernisation du personnage.

Bob Morane gagne ainsi en complexité, de même que les personnages réccurents de sa mythologie, assez bien intégrées dans cette histoire, qui n'a rien à envier à un Tom Clancy bien nerveux. Sur le plan du spectacle, d'ailleurs, cet album doit énormément aux talents de Dimitri Armand. Nourri par la culture comics et celle du manga, l'auteur, qui a plus tard découvert le monde du Franco-Belge, met toutes ses influences au service de l'histoire et de ses rebondissements, dans des planches très dynamiques. Sont trait est efficace, et quelques trouvailles, dont l'utilisation de couvertures de presse en pleine page, fonctionnent très bien. La modernisation de notre Bob national passe donc aussi par les dessins, et malgré quelques cases moins inspirées que d'autres, on s'en réjouit.

Exercice casse-gueule au possible, la modernisation d'un personnage bien connu trouve avec ce premier tome de Bob Morane un excellent élève. Porté par un scénario bien construit et très (trop ?) actuel signé Brunschwig et Ducoudray, cette histoire fait bon usage des talents de Dimitri Armand pour un héros qui n'a rien perdu de sa superbe, et qui devrait plaire à plusieurs générations de lecteurs. A suivre chez Le Lombard.

Auteurs & Mots clés
les dernières news les dernières critiques
Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?