Critique > Bouffon, la critique
Critique

Bouffon, la critique

Franco-belge Le 15 sept
1
par Elsa
Bouffon, la critique

L’avis de Elsa9

On a aimé • Une fable à la fois cruelle et lumineuse • Des auteurs remplis de tendresse pour leurs personnages • Un dessin qui évoque par moment les gravures moyen-âgeuses
On a moins aimé • Avertissement : ce récit est assez dur

Après le marquant Les Folies Bergères, Zidrou et Francis Porcel récidivent avec Bouffon.

Quand le laid s'éprend de la belle.

C'est l'histoire d'un garçon né dans un cachot, et qui y grandit au milieu des malheureux qui y croupissaient, emprisonnés à vie aux gré des humeurs du Comte d'Astrat. Un enfant qui, comme s'il n'était pas suffisamment puni, souffrait d'une malformation au visage qui le rendait repoussant. 

Le jour où il le rencontra, le comte, qui l'hébergeait sans le savoir dans ses sous-sol, le trouva fort amusant, et l'offrit à sa fille comme bouffon, pour la consoler d'avoir perdu sa chienne. C'est ainsi que le garçon rencontra Livia, aussi belle qu'il était laid.

"Laissez-moi vous conter l'histoire d'un baiser."

Zidrou, conteur un peu magicien qui s'amuse avec nos coeurs et nos tripes, racontant avec l'air de ne pas y toucher des histoires où s'entremêlent la douleur et le sublime, a encore frappé. Bouffon est un conte cruel, parfois particulièrement dur, où l'innocence joyeuse d'un petit garçon qui rêvait de voir des oiseaux, se frotte à la réalité, à la bêtise et à la cruauté humaine.

Il y a toujours cette justesse dans les mots du scénariste, qui choisit souvent, presque toujours, des thèmes délicats, sombres, difficiles. Et puis il les raconte, avec une langue pleine de malice, de poésie, de tendresse. S'il n'est pas avare en coups du sort, en drames et en déception pour jalonner la vie de ses personnages, il n'en aime pas moins tendrement chacun de ses héros, et Bouffon en est une nouvelle preuve. Jolie fable au thème tristement éternel, Bouffon est une histoire d'amour tragique, drame invisible aux yeux de ceux qui croient tout posséder.

Pour servir ce récit, le trait réaliste et doux de Francis Porcel semble une évidence. Il croque un héros aussi étrange qu'attendrissant, dans un monde où la vie est dure pour ceux que le destin n'a pas su gâter, et où la couleur et la lumière n'appartiennent qu'aux puissants, qui ne remarquent même pas la beauté de ce qui les entourent, n'ont nulle conscience de leur chance. Les décors sont soignés, la gestuelle des personnages et la mise en scène des cases évoquent les gravures moyen-âgeuses, accentuant cette impression de lire un récit ancien.

Dargaud a de plus choisi de particulièrement soigner l'ouvrage, notamment avec sa couverture luxueuse. Ces détails augmentent encore le plaisir de tenir ce livre entre ses mains.

Les one-shot signés Zidrou se suivent sans se ressembler. Francis Porcel démontre une nouvelle fois son talent pour nous faire ressentir, à chaque case, des émotions irrepressibles. Bouffon est une nouvelle pépite, une fable cruelle, un récit assez dur, qui nous invite pourtant, entre chacune de ses lignes, à célébrer le beau, l'amour et la vie.

Auteurs & Mots clés
Oeuvre liée
Bouffon
Bouffon Bouffon 2015
les dernières news les dernières critiques
Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?