Critique > Brane Zéro Tome 1, la critique
Critique

Brane Zéro Tome 1, la critique

Franco-belge Le 12 fev 2015
0
par Republ33k
Brane Zéro Tome 1, la critique

L’avis de Republ33k8

On a aimé • L'univers passionnant • La beauté des références • L'utilisation de la couleur • Le découpage des planches
On a moins aimé • Quelques faiblesses dans le dessin • A quand la suite ?

Disponible depuis la fin d'année dernière dans toutes les bonnes librairies, le premier tome de Brane Zéro est enfin passé entre nos petites mains. Et le moins qu'on puisse dire, c'est qu'on regrette d'avoir loupé la sortie de cet album plutôt incroyable, écrit, dessiné et colorisé par Mathieu Thonon sorti chez Akileos.

Comme la plupart des grandes histoires de S.F, Brane Zéro ne perd pas de temps à faire de l'exposition. On rentre directement dans cette histoire, et le fait d'être un peu désorientés par cet univers étrange ne fait qu'augmenter notre envie de passer les pages, histoire d'en savoir plus. En l'occurrence, on aimerait bien savoir ce qui se cache derrière le destin de Henri, un jeune homme qui semble avoir bricolé un engin lui permettant de voyager dans les différentes réalités parallèles, aussi appelées branes.

Vous l'aurez compris, cet album va nous enmener vers des cieux bien connus, celui du voyage entre des univers parallèles. Mais si le terrain est familier, le décor l'est beaucoup moins. On se retrouve vite prisonniers d'une sorte de bulle où la couleur est réduite au minimum, une ville en ruine dans laquelle rôdent des survivants et des monstres bleus étranges, les Muppets. Avec ce plateau inquiétant en guise de contexte, Mathieu Thonon nous immerge dans une intrigue assez folle, où on apprend à perdre nos repères. L'ambiance est unique, et suivre le jeune Henri et son grand-père dans cette ville abandonnée devient rapidement addictif.

Il faut dire que l'auteur lie l'utile (la construction de son univers) à l'agréable avec des références parfaitement saines, que semblent être Otomo, Moebius et peut-être Bilal. Ajoutez à cela une certaine science du découpage et de l'utilisation des pages blanches et autres doubles pages, et vous obtenez une narration aussi appréciable que spectaculaire. L'utilisation des couleurs est elle aussi remarquable, même si on ne connaît encore ni le sens ni l'utilité de ces touches colorées au milieu d'un album majoritairement en noir et blanc. Les fans de Sin City y verront sans doute une référence à Frank Miller et ses emphases faîtes de jaune, de rouge ou de bleu. Seul bémol de l'aspect graphique de Brane Zero, certains visages ratés ou forcés par leurs expressions.

Du reste, l'univers se laisse découvrir avec une certaine souplesse, sans jamais forcer la réflexion ou sombrer dans l'exposition, même si quelques dialogues sont un peu en deçà du niveau général de l'album. Ca n'empêche pas le lecteur d'être complètement pris dans cette spirale de science-fiction qui semble complexe et prometteuse. Il faudra cependant attendre le tome 2, prévu pour mai 2015, pour obtenir de plus amples explications.

Savant mélange des sciences-fictions de notre monde, Brane Zéro est une histoire haletante et pleines de promesses. Si tout n'est pas parfait, la capacité de l'album à digérer de grandes influences et à mettre en scène l'action de manière dynamique nous fait vite oublier les petit défauts de ce premier tome, qui dans l'ensemble, est une sublime plongée dans un univers original et passionant. A mettre entre les mains de tous les fans de S.F.

Auteurs & Mots clés
les dernières news les dernières critiques
Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?