Critique > Dryades, quand les nymphes emménagent à Bruxelles
Critique

Dryades, quand les nymphes emménagent à Bruxelles

Franco-belge Le 15 mars 2018
0
par Elsa
Dryades, quand les nymphes emménagent à Bruxelles

L’avis de Elsa7

On a aimé • Une bd pleine de poésie • Des héroïnes attachantes et fantasques • Une réécriture sensible du mythe des dryades
On a moins aimé • Une narration qui va très vite • Une certaine distance avec le lecteur dans les choix de plans

L'éditeur La Boîte à Bulles ajoute à son catalogue une jeune autrice à suivre : Tiffanie Vande Ghinste et son premier album Dryades.

Morne quotidien.

Yacha est une jeune libraire d'humeur plutôt morose. Avec un colocataire toujours en vadrouille, elle se sent vraiment seule et s'ennuie. Seule la lecture et le dessin lui permettent de s'évader... Jusqu'à ce qu'elle décide de trouver une autre colocataire et fasse la connaissance de la fantasque Rudica, qui lui raconte avoir été la prisonnière d'un ogre, concocte des tisanes aux vertus presque magiques et redonne vie aux plantes les plus tristounettes. 

Ensemble, elles réinventent un quotidien joyeux et spontané, et se mettent à colorer la ville de Bruxelles en même temps que leur propre vie.

Réenchantement.

Dans la mythologie grecque, les Dryades sont des nymphes des forêts. Tiffanie Vande Ghinste s'inspire de ces créatures pour imaginer une petite histoire ancrée dans le présent. Avec humour et sensibilité, elle réenchante la ville à la manière de ses héroïnes. Si l'histoire est assez courte, avec une narration très rapide qui ne laisse pas tout à fait le temps au lecteur de faire la connaissance de Yacha et Rudica, elle n'en reste pas moins une petite aventure poétique dont la lecture fait du bien.

Il y est question d'amitié féminine, de partage, de célébration du beau, et de la manière dont chaque petit geste positif en entraine de nombreux autres. C'est un conte un peu magique, mais aussi entre les lignes une réflexion sur le féminin sacré, sur les femmes un peu sorcières dès lors qu'elles choisissent de devenir libres. C'est aussi un regard bienveillant sur la ville et ses habitants, qu'une pincée de merveilleux suffit à réveiller.

Le dessin changeant et aérien de la dessinatrice est lui aussi plein de poésie. Il donne vie à des personnages tendres et touchants. Le choix du noir et blanc peu à peu envahi par les couleurs qu'y disséminent les deux héroïnes raconte à lui seul ce réveil du vivant et de l'étonnant au beau milieu de l'ennui. On se régale particulièrement du foisonnement de plantes et des dessins fantasmagoriques de Yacha, qui couvrent d'abord du papier, puis les murs, de ses rêveries. Quelques petits regrets peut-être, des plans trop souvent en pieds qui gardent le lecteur à une certaine distance et des perspectives qui manquent parfois un peu de naturel. Les planches dévoilent cependant un potentiel narratif libre et joyeux, et une jeune autrice de talent qui nous entraine avec générosité dans son univers. On a déjà hâte de découvrir ses prochains projets.

Dryades est une jolie bande dessinée, un petit conte moderne. C'est une histoire de femmes-fées douce et positive comme une petite bulle de printemps. Un album à retrouver au prix de 16 euros chez La Boîte à Bulles.

Auteurs & Mots clés
Oeuvre liée
Dryades
Dryades Dryades 2018
les dernières news les dernières critiques
Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?