Critique > Enferme-moi si tu peux, mettre en lumière l'Art Brut
Critique

Enferme-moi si tu peux, mettre en lumière l'Art Brut

Franco-belge Le 02 mai 2019
0
par Elsa
Enferme-moi si tu peux, mettre en lumière l'Art Brut

L’avis de Elsa9

On a aimé • Le dessin tendre et poétique • Le récit passionnant • Les dialogues pleins de malices
On a moins aimé • Des biographies qui pourront sembler un peu courtes aux amateurs du genre

Dans Art Brut il y a le mot "art", pourtant cette dénomination regroupe ce que le milieu artistique n'a longtemps pas accepté comme tel...

Incroyables destinées...

Dans Enferme-moi si tu peux chez Casterman, le très doué duo Pandolfo/Risbjerg nous raconte le destin de six talents hors du commun et tisse entre les lignes une réflexion sur la normalité et sur ceux dont on attendait qu'ils restent dans le rang.

Augustin Lesage, Made Gill, Le Facteur Cheval, Aloïse, Marjan Gruswski, Judith Scott. Six noms pour autant de personnalités à l'oeuvre fascinante, qui ont chacun marqué à leur manière l'Histoire de l'art. Les auteurs nous racontent leurs vies, les entremêlent les unes aux autres en les ressuscitant avec facétie, et livrent une des bandes dessinées les plus réjouissantes de ce printemps.

... et indéniables talents.

Enferme-moi si tu peux est une bande dessinée passionnante, très touchante, débordante d'humanité, dont les savoureux dialogues sont parsemés de réflexions pleines d'esprits. La biographie en bande dessinée n'est pas toujours un exercice facile et le choix d'en raconter six à la suite pourrait souffrir d'un effet catalogue. Mais ici, il n'en est rien. Avec malice, les auteurs glissent ça et là des réflexions qu'ils prêtent à cette réunion d'artistes pour mieux nous montrer comme chacun d'eux a échappé à sa condition, à une inéluctable destinée. Il y a les ouvriers, les "petites gens" qui n'ont pas d'autre avenir que l'usine ou les champs, il y a les femmes, qu'on voudrait enfermer chez elles à des tâches sans reconnaissance, il y a ceux et celles qui sortent de la norme et qu'on appelle fous. Et tout s'entremêle ici dans un joyeux récit.

Quel bel hommage à l'Art Brut que cette bande dessinée élégante et drôle, qui met en lumière ceux que le milieu de l'Art a rangé dans un coin. Les auteurs s'amusent aussi à brouiller les pistes, jouant habilement des limites entre biographes et conteurs. Qui saura jamais ce qu'entendaient vraiment ceux qui affirmaient suivre les ordres d'une voix dans leur tête ? Leur talent est bel et bien là. Tout autant que perdure la richesse de ces oeuvres éclectiques et fascinantes.

Qu'est-ce que l'art sinon l'évasion, l'imagination, la création, le lâcher prise, les histoires que l'on raconte ? Les héros que l'on découvre ici ont eu des destinés douloureuses, tragiques, dramatiques. Les auteurs ne nous en cachent rien mais illuminent l'ensemble par leur justesse, leur humanité, la sincère admiration avec laquelle ils mettent en scène ces artistes trop peu reconnus.

Graphiquement, le trait de Terkel Risbjerg est toujours aussi élégant et léger, tendre et poétique, et sert à merveille le récit, donnant vie à ces artistes devenus personnages. La mise en couleurs, un peu passée, est toute aussi délicate. Le pari d'entremêler le récit et les oeuvres des six artistes est réussi, et Enferme-moi si tu peux parvient à nous plonger dans l'univers de chacun dans des planches inventives et superbe. On referme l'ouvrage avec une seule envie : en savoir plus sur ces six artistes, et peut-être filer à Lausanne pour y découvrir la Collection de l'Art Brut, dont le fondateur signe la préface de cette bande dessinée géniale.

Beau, passionnant et drôle, Enferme-moi si tu peux est une nouvelle réussite du duo derrière Le roi des Scarabées ou La Lionne. Une très belle découverte pour tous les amateurs d'Art et d'Histoire.

Auteurs & Mots clés
Oeuvre liée
Enferme-moi si tu peux
Enferme-moi si tu peux Enferme-moi si tu peux 2019
les dernières news les dernières critiques
Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?