Critique > Et Tu Connaîtras l'Univers et les Dieux, la critique
Critique

Et Tu Connaîtras l'Univers et les Dieux, la critique

Franco-belge Le 26 avr 2015
0
par Republ33k
Et Tu Connaîtras l'Univers et les Dieux, la critique

L’avis de Republ33k5

On a aimé • Une expérience à part • Une palette de couleur maîtrisée • De belles réflexions
On a moins aimé • Bien trop perché • Des images déroutantes • Quel message en retenir ?

Des bandes-dessinnées complètement barrées, le petit monde du franco-belge n'en manque vraiment pas. Mais très peu d'entre elles parviennent à dépasser leur condition d'ovni pour nous amener à réfléchir ou même à rêver.  Sorti il y a presque un an désormais, Et Tu Connaîtras l'Univers et les Dieux est incontestablement le parfait cas d'école de ce genre à part, tiraillé entre des ambitions saines et un une trop grande envie d'art moderne.

Tout commence avec l'apparition de plusieurs personnages, Ablavar, Zantek, Blorax est un certain "conseiller", qui semblent discuter tranquillement au plein cœur du vide spatial. Forcément, on se demande d'emblée quels peuvent bien être les héros de notre histoire, et plusieurs réponses sont possibles. Forces de la nature personnifiées, grands anciens, divinités en tous genres, concepts ayant pris vie : à vous de voir, à vous de choisir avec les formes et les idées qui vous seront présentées.

Et puisqu'on parle de formes, on remarque très vite les petites manies du canadien Jesse Jacobs, passionné par les visuels impossibles : Plutôt que de casser les codes de la narration séquentielle, il va les utiliser à son avantage pour peu à peu envoûter son lecteur avec une approche classique, mais où chaque case est pleine à craquer d'objets géométriques, qu'il soient communs (les rond, les carrés) ou paradoxaux. On note également des créatures aussi étranges que dérengeantes et une utilisation des couleurs assez improbable mais maîtrisée. Un traitement qui ne fait pas dans la demi-mesure et qui devrait provoquer deux effets :

Le premier serait de refermer le livre après le trop plein de folie ingéré. Il faut dire que l'album ne s'attaque ni plus ni moins qu'aux mystères se cachant derrière la création (au sens biblique) la vie, la mort ou le langage, entre autres. Et plus on tourne les pages, plus l'auteur nous laisse des choix, comme pour s'affranchir progressivement des enjeux de son histoire. Il est alors nécessaire de prendre le relai, avec nos envies, nos idées, tout simpelment, et tout le monde n'est pas prêt à reléver le défi en s'attaquant à la lecture d'une bande-dessinée.

Le second effet, c'est forcément la curiosité. Avec son introduction complèment hallucinée et ses titres de chapitres volontairement grandiloquents, Et Tu Connaîtras l'Univers et les Dieux a de grandes chandes de piquer votre imagination. Pour peu que vous continuez la lecture, vous découvrirez alors une seconde partie plus dialoguée, dans lesquels les mystères susnommés sont expliqués de la plus incroyable des manières - les dinosaures n'avaient pas la peau assez douce pour notre trio de personnages, pour ne citer qu'un exemple.

Malheureusement, Jesse Jacobs n'y pas de main morte avec les sujets qu'il veut aborder, et même avec plus grande compassion envers l'auteur, son histoire et son approche résolumment barrée, on finit par être, au choix, perdu parmi ou simplement lassé par les multiples irrévérences de l'album. Un peu comme quand vous rentrez dans un musée d'art moderne dans les meilleurs dispositions : vous finirez toujours par tomber devant quelque chose d'assez étrange pour vous faire relativiser le reste.

Mais même en tombant dans les travers propres à son genre, Et Tu Connaîtras l'Univers et les dieux, ne devient pas pour autant inintéressant. On continue de réfléchir, de sourire, de grimacer, et surtout, de se poser de très nombreuses questions. Preuve est faite que même dans un traitement jusqu'au-boutiste, les mystères de l'univers n'en sont pas moins passionnants. Il faudra cependant avoir le cerveau bien accorché pour pleinement apprécier cette expérience de lecture totalement unique. Dans le cas contraire, on risque d'en vouloir à l'art moderne pour les années à venir ! A reserver aux initiés qui n'ont pas peur de déchiffrer les images et les métaphores, donc.

Auteurs & Mots clés
les dernières news les dernières critiques
Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?