Critique > ÉtunwAn, la critique
Critique

ÉtunwAn, la critique

Franco-belge Le 21 juin 2016
0
par Elsa
ÉtunwAn, la critique

L’avis de Elsa8

On a aimé • La poésie • L'émotion • Le portrait de la tribu Oglagla • Une réflexion sur l'art
On a moins aimé • Une manière de raconter qui peut déstabiliser

Nouvelle bande dessinée du talentueux Thierry Murat, ÉtunwAn prend place aux Etats-Unis, au XIXème siècle. 

Un sens à sa vie.

Joseph Wallace vit avec sa femme et ses deux enfants à Pittsburgh. Photographe, il gagne confortablement sa vie en tirant le portrait de la bourgeoisie locale. Pourtant, sans être bien certain des raisons qui l'y poussent, il s'engage en 1837 pour une expédition dans les Montagnes Rocheuses afin d'explorer des zones qui ne sont pas encore colonisées et les cartographier.

Au côté d'une équipe de scientifique, il va découvrir des paysages incroyables mais surtout rencontrer des amérindiens et prendre conscience du drame qui est en train de se produire. Au fur et à mesure que le gouvernement américain étend son territoire, il détruit tout sur son passage, massacrant des animaux mais aussi les natifs qui dérangent leurs projets. Joseph Wallace trouve alors un sens, aussi insensé soit-il, à a sa vie : il doit photographier les Indiens Sioux Oglalas avant qu'ils ne disparaissent, qu'il reste d'eux une trace dans l'Histoire des Etats-Unis.

Raconter plus que montrer.

ÉtunwAn, qui signifie Celui-Qui-Regarde, et qui sera le nom donné par les Indiens à Joseph Wallace, est une bande dessinée comme un carnet de bord qui retrace la vie du photographe du début de la première expédition à la fin de ses jours. Thierry Murat a une manière bien particulière de raconter des histoires, créant, plus que des planches de bandes dessinées classiques, un carnet riche et fourni où texte et images se répondent, aussi puissantes l'unes que l'autre. Le résultat pourrait être froid, il est au contraire intime et puissant.

Graphiquement, les images sont comme des photographies qui marquent des scènes, des instants. Le résultat est assez figé, et cela peut être un peu perturbant de prime abord. Pourtant, très vite, cette manière de dire prend tout son sens. Avec une économie de gestes, de décors, d'explications, l'auteur raconte toute une histoire à travers ses moments les plus forts, même quand il s'agit d'un regard vers le lointain ou d'un dialogue immobile. Il y a là un vrai talent d'observateur,et de conteur, pour capter les moments qui disent tout le reste. À la manière de Joseph Wallace qui cherche à raconter plus qu'à montrer à travers ses oeuvres, Thierry Murat lui aussi raconte en quelques traits, fixant des instants pour l'éternité. La colorisation, ocre, sépia, grise ou bleue, sert les ambiances avec simplicité, du soleil écrasant à la nuit propice aux réflexions profondes.

L'histoire est une fiction mais richement documentée. On sent chez l'auteur la volonté, comme chez son héros, de rendre hommage avec pudeur et sensibilité à la tribu Oglagla, à ces hommes et à ces femmes qui vivaient paisiblement avant d'être massacrés pour quelques bouts de terre. Avec une distance respectueuse et parfois à travers l'objectif de son héros, il nous montre ce peuple et son quotidien. Le drame et la violence qui suivront ne nous sont pas montrés, juste évoqués dans des discussions, mais les erreurs du héros, qui malgré sa bonne volonté agit en homme blanc, et certaines discussions, montrent que le drame a lieu à bien des niveaux.

Derrière le contexte, ÉtunwAn est aussi une réflexion sur l'art et sur le sens que l'on doit donner à sa vie. Joseph Wallace gagnait très bien sa vie en réalisant de portraits de commande mais prit finalement tous les risques pour réaliser ce qui lui semblait juste. Un besoin obsédant, viscéral, qui lui apporta bien plus de tourments que de satisfaction. Entre les lignes et avec beaucoup d'intelligence, l'auteur nous pousse à réfléchir à ces choix que l'on fait. Il n'y a jamais une seule bonne réponse.

Si cette bande dessinées est profonde, nécessaire et touchante, elle est en plus un vrai plaisir à lire. Le texte est particulièrement beau et plein de poésie. En mettant le héros en narrateur, à travers les pensées et les questionnements qu'il couche par écrit, on voyage avec lui à la fois dans les Montagnes Rocheuses et au coeur même des émotions qui le travsersent.

ÉtunwAn est une bande dessinée qui peut sembler surprenante pour qui ne connait pas le travail de Thierry Murat. Carnet de bord d'une vie, rempli de réflexions intimes, de douleurs et d'instants magnifiques, il dresse à travers le travail de son héros le portrait d'un peuple injustement massacré.

Auteurs & Mots clés
Oeuvre liée
EtunwAn
EtunwAn EtunwAn 2016
les dernières news les dernières critiques
Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?