Critique > Green Class tome 1 : puissant, tout simplement
Critique

Green Class tome 1 : puissant, tout simplement

Franco-belge Le 21 fev 2019
0
par LiseF
Green Class tome 1 : puissant, tout simplement

L’avis de LiseF9

On a aimé • Des personnages vraiment humains et attachants • Un cliffhanger surprenant
On a moins aimé • Un pitch de départ un peu vu et revu

Le 15 février dernier est sorti chez Le Lombard le premier tome d'une série que j'attendais depuis fort longtemps : Green Class de David Tako et Jérôme Hamon. Amoureux de The last of us, cette série est pour vous ! On y suit une bande de canadiens en classe verte aux États-Unis, qui vont se retrouver confrontés à un terrible virus transformant les gens en zombies végétaux.

L'histoire d'une classe verte qui tourne mal

L'histoire débute au coeur des marais de Louisianne. Une bande d'ados venus d'un centre social canadien, menés par leurs profs, pataugent tant bien que mal jusqu'à leur bus. Bientôt, finie la boue et les moucherons, bonjour le confort de l'avion ! Mais le sort en a décidé autrement puisque nos héros découvrent leur ville de départ vide et l'autoroute bondée. Très vite, ils apprennent qu'un terrible virus se répand comme une traînée de poudre. Quelques négociations avec la police, et ils obtiennent le droit de rentrer au Canada. Mais il y a un hic : l'un d'entre eux, Noah, a été infecté par le virus. Après discussion, les adolescents décident de rester avec leur ami, placé en quarantaine.

Une décision qui sera lourde de conséquences, puisque la zone infectée va rapidement être bouclée. Un mur immense et bien gardé est élevé, et nos héros se retrouvent coincé dans cette zone de cauchemar, côtoyant les infectés qui se révèlent de plus en plus violents, et ceux qui n'ont pas eu le temps ou les moyens de partir. Et dans ce nouveau microcosme, tous les coups sont permis...

Une bande d'ados prêts à en découdre

Cela fait bien un an que je suis l'artiste David Tako sur instagram. Ce dernier publiait réguliérement des images de Green Class sur son compte, révélant un style vraiment encourageant avec un petit côté comics. Par la suite, j'avais été un peu déçue de voir ce que ça donnait sur les premières planches : faire de l'illustration, ce n'est pas comme faire de la BD ! Mais cet instant de doute s'est évanoui quand j'ai lu la preview. On est dedans d'emblée, les personnages sont très bien construits, et la situation grimpe très vite en intensité.

On s'attache hyper rapidement à cette bande de jeunes au caractère bien trempé. Ils viennent tous d'un foyer, ils ont tous grandi sans famille (ou presque), et ce sont de vrais durs. De fait, ils sont prêts à se défendre quand on les agresse alors qu'ils essayent de trouver à manger ou quand on tente de les enrôler dans des affaires louches. Jérôme Hamon a vraiment pris le temps de travailler le caractère de chacun de ses personnages : il y a Lucas le leader très réfléchi, Linda la citadine cynique mais solide, Sato le gamin un peu dingue et téméraire... Ils ont chacun leurs qualités et leurs défauts, qui les rendent plausibles et humains, tout en leur permettant de survivre dans cet enfer.

Ce premier volume va balayer une période assez large, depuis le début de la pandémie jusqu'à quelques mois plus tard. Nous verrons la situation évoluer très vite, ne laissant pas une minute au lecteur pour s'ennuyer. Sans compter que la fin est hyper inattendue : si le pitch de base est un peu vu et revue (un virus zombie, une bande de héros coincée dans la zone contaminée), le cliffhanger renverse tout et donne énormément envie de lire la suite.

Gros coup de coeur donc pour ce premier tome de Green Class. Visuellement, David Tako assure avec un trait à mi-chemin entre le comics et le franco-belge, et un story-board hyper dynamique. Scénaristiquement, l'histoire nous tient en haleine du début à la fin. Bref, une belle trouvaille ! Le premier tome est disponible chez Le Lombard au prix de 12,45 euros.

Auteurs & Mots clés
les dernières news les dernières critiques
Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?