Critique > Kanopé, la critique
Critique

Kanopé, la critique

Franco-belge Le 07 avr 2014
0
par Elsa
Kanopé, la critique

L’avis de Elsa7

On a aimé • L'univers très riche • La beauté du dessin • La mise en scène efficace
On a moins aimé • On reste un peu sur sa faim

La première bande dessinée d'un auteur, d'autant plus quand il s'occupe à la fois du scénario et du dessin, c'est un peu comme une première rencontre amicale. On ouvre la première page sans repère, sans souvenirs déjà ancrés, sans avoir la moindre idée des thématiques qui lui seront chères, ou de sa manière de raconter les histoires.

C'est le cas pour Kanopé, première bd de Louise Joor. Un one-shot d'anticipation de 128 pages, fraichement paru chez Delcourt.

Amazonie, 2137.



Kanopé prend place dans une centaine d'année. Les excès des humains ont conduit à la disparition de la faune et de la flore partout sur la planète, ou presque. Subsiste l'Amazonie, interdite d'accès depuis un accident nucléaire. Dans la forêt, la végétation est luxuriante, et les différentes espèces animales cohabitent en harmonie, à ceci près qu'on y croise perroquets à deux têtes, singes difformes et puma géant.

Jean vient du monde extérieur, et atterrit dans la forêt parce qu'il n'a plus d'autre échappatoire. Ce qu'il fuit est suffisamment dangereux pour qu'il affronte ces lieux hostiles, même s'il est terrorisé. Il fait rapidement la connaissance de Kanopé, une jeune femme solitaire dont il s'est approprié la cabane. À ses côtés, il va aller de découvertes en découvertes, bousculer ses sens et remettre tout ce en quoi il croyait en question.

Un mélange savamment dosé.

Avec Kanopé, Louise Joor nous plonge dans un univers à la fois crédible, presque familier, et en même temps fascinant. Les récits d'aventures au milieu de la végétation se mêlent à la science fiction, parmi les influences que l'on devine. Et l'ensemble est vraiment bien dosé. L'une de ses plus grandes réussites, c'est la manière dont elle évoque les modifications provoquées sur les habitants de la forêt par la catastrophe nucléaire. Les animaux sont tous un peu étranges, mais l'accent n'est jamais mis dessus, comme si ces difformités étaient simplement dans l'ordre des choses. Cela apporte une richesse et une originalité subtile à la bd.

L'histoire aussi mêle les genres, entre anticipation et romance, d'une manière naturelle et bien menée. Le récit est d'ailleurs très bien construit d'un bout à l'autre, rythmé et prenant. Les personnages sont intéressants, le duo de héros fonctionne bien, et l'auteure s'autorise de nombreux passages muets qui apportent une sensation de calme à la lecture.

Paradoxalement, c'est peut-être sa richesse que l'on pourra reprocher à Kanopé. Car Louise Joor a construit une forêt que l'on aimerait visiter bien plus longtemps, mais développe également des thématiques qui mériteraient peut-être d'être plus approfondies. Le format one-shot à ses avantages, mais on regrettera parfois que certains éléments de l'intrigue, ou de l'univers, ne soient qu'abordés alors qu'ils auraient sans doute apporté une densité supplémentaire au récit.

Kanopé révèle aussi une dessinatrice talentueuse, et on prend un énorme plaisir à visiter son Amazonie luxuriante, à admirer les créatures qui la peuplent. Ses personnages, peut-être un peu plus simples que les décors finement ouvragés, sont en tout cas plein d'énergie et d'expressivité.

Pour un premier essai, Kanopé est une réussite. One-shot bien construit, à l'univers beau et captivant, ce titre se lit avec beaucoup de plaisir. Ses qualités sont aussi son petit défaut, puisqu'on reste presque sur sa faim, avec l'envie d'en savoir plus sur cette Amazonie sauvage, mais aussi sur le monde extérieur, qui semble tout aussi passionnant.

- Le blog de Louise Joor

- La page facebook de Kanopé

Auteurs & Mots clés
Oeuvre liée
Kanopé
Kanopé Kanopé 2014
les dernières news les dernières critiques
Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?