Critique > La croisade des innocents : rejoignez une épopée folle et désespérée
Critique

La croisade des innocents : rejoignez une épopée folle et désespérée

Franco-belge Le 11 dec
0
par LiseF
La croisade des innocents : rejoignez une épopée folle et désespérée

L’avis de LiseF8

On a aimé • Une direction artistique sombre et fascinante • Une psychologie des personnages très bien pensée
On a moins aimé • Des longueurs sur certains passages

Le 17 octobre dernier sortait La Croisade des Innocents de Chloé Cruchaudet chez Soleil. Je l'avoue, ça fait loin (presque deux mois) mais quand la pile à lire s'agrandit, certains albums passent à la trappe. Et bon sang, j'aurais été bien peu inspirée d'oublier de lire cet album. Tant scénaristiquement que graphiquement, il m'a retourné les tripes et dans le bon sens du terme.

Un quête guidée par le désespoir

Dans un univers médiéval on suit Colas, un petit garçon turbulent qui vit avec sa petite soeur et ses parents dans une ferme. Un jour, le garçon se bagarre avec sa soeur et provoque un terrible accident : il la pousse dans les cochons, qui s'empresseront de l'attaquer. Traumatisé par son geste, Colas décide de partir loin de la colère de son père, mais surtout de sa culpabilité. Il va alors découvrir un endroit où vivent plein d'autres enfants de son âge, forcés de travailler pour gagner leur pitance.

Une nouvelle vie commence pour le garçon, rendu muet par le traumatisme. La semaine, il travaille, et le dimanche il va à l'église avec ses copains. Là-bas, il apprend les rudiments du christianisme et découvre l'existence de Jérusalem. Un jour alors qu'il s'amuse avec ses amis dans la neige, il découvre dans un lac gelé un cadavre aux longs cheveux et aux grands yeux écarquillés.

Pour lui, c'est un signe. Colas retrouve la parole et propose à ses tout jeunes compagnons de partir à Jérusalem, délivrer la tombe du Christ. Ainsi commence la croisade des innocents, rejointe par des dizaines d'enfants désoeuvrés.

Trouver la tombe du Christ... Ou un sens à la vie ?

L'histoire est librement inspiré de faits réels : la croisade des enfants s'est déroulée en 1212, mais contrairement à ce que son nom indique elle était surtout composée d'adultes pauvres, partis sur les routes pour délivrer Jérusalem. Il s'agit donc plus d'une référence que d'une véritable adaptation. Il n'empêche qu'on sent que le récit est emprunt d'Histoire, Chloé Cruchaudet a d'ailleurs pris soin d'entrecouper ses chapitres de poèmes d'époque. La croisade des innocents nous raconte avant tout la pauvreté : une pauvreté extrême, désarmante, qui incite ces enfants à partir sur les routes à la recherche d'un but, d'un sens à leur existence.

Dès le début de l'histoire, on sent qu'on ne va pas rigoler. L'autrice ouvre le bal avec cette image du père de Colas, terriblement autoritaire, qui brûle les genoux de son fils quand celui-ci se fait trop turbulent. Mais le style graphique lui aussi, est très annonciateur. Les couleurs sont tristes, les fonds sont gris, tout nous rappelle la condition des personnages principaux. Et même si l'ambiance est sinistre, la direction artistique est très belle malgré tout.

Ce qui m'a particulièrement frappée dans La croisade des innocents, c'est la psychologie des personnages, particulièrement bien traitée. Les enfants sont tous différents, avec chacun leur façon de penser : un tel est très pieux, un autre n'hésite pas à user de machinations... Colas lui-même est un personnage complexe, convaincu d'avoir vu le Christ en ce fameux jour d'hiver, mais de moins en moins sûr de sa mission au fil du voyage.

La croisade des innocents est un one-shot comme je les aime : bien épais, qui tient en haleine, avec une très belle direction artistique. Bon c'est sûr, ce n'est pas le genre de lecture qui donne le sourire. Mais c'est une lecture de qualité, indéniablement ! L'album est disponible chez Soleil au prix de 20 euros.

Auteurs & Mots clés
les dernières news les dernières critiques
Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?