Critique > Le roi des scarabées, la critique
Critique

Le roi des scarabées, la critique

Franco-belge Le 09 oct 2014
0
par Elsa
Le roi des scarabées, la critique

L’avis de Elsa8

On a aimé • Des personnages forts • Un récit subtil sur la quête d'identité • Le dessin fort et délicat
On a moins aimé • Un récit qu'il faudra peut-être éviter si on n'a déjà pas le moral

Après Mine, une vie de chat et la très belle adaptation de L'Astragale, déjà chez Sarbacane, Terkel Rijsbjerg pose à nouveau son trait plein d'émotions sur les mots d'Anne-Caroline Pandolfo.

"Je serai poète !"

Aksel est le fils de Klara. Une femme rêveuse qui vit mal son morne quotidien d'épouse de propriétaire terrien. Pour lui rendre son sourire, le petit garçon lui fait une promesse : il deviendra poète. Il vit une enfance pleine de créatures imaginaires et d'aventures incroyables jusqu'à l'arrivée dans sa vie de Fredrik, son cousin, bien plus impétueux et sombre que lui. 

Cette rencontre est la première d'une longue série, de personnages forts qui vont le bouleverser, le changer, le perdre sans réellement l'amener à se trouver...

"Tu n'auras qu'à rêver... et je réaliserai tes rêves !"

Le roi des scarabées raconte l'errance douloureuse d'un homme qui, trop fasciné par ceux qui croisent sa route, ne parvient pas à savoir qui il est. Paralysé par les passions qui l'animent, par son extrême sensibilité, il veut devenir sans avoir le sentiment d'être. Alors Aksel avance, conservant en lui l'espoir d'accomplir enfin ses promesses.

Anne-Caroline Pandolfo et Terkel Risbjerg nous plongent dans le Danemark du début du vingtième siècle, entre le calme rustique de sa campagne et l'ébullition de Copenhague. Le héros, à la recherche de son identité, passe de l'un à l'autre sans réel but, comme embrumé dans ses doutes et ses regrets. Aksel est un véritable héros romanesque, dont le destin torturé évoque avec subtilité ceux qui peuplent la littérature de l'époque où il évolue. Entre deux eaux, il a conservé la naïveté et l'innocence de son enfance et se heurte violemment à sa vie d'adulte, la subissant plus qu'agissant. Le récit d'Anne-Caroline Pandolfo est puissant, un peu suspendu, nous laissant évoluer au même rythme un peu hasardeux que l'est la vie d'Aksel.

Le trait gracieux de Terkel Risbjerg met superbement en image cette histoire, évoquant en quelques traits la fragilité d'Aksel et de son univers, son côté féérique et lumineux qui fait face aux pénombres de la 'vraie vie'. Les yeux racontent énormément de choses, et les femmes, créatures ensorcelantes que le héros ne parvient jamais vraiment à atteindre, hantent les cases de leur sensualité troublante. La subtilité avec laquelle est utilisée le noir et blanc laisse vraiment exploser les émotions, appuyant le tragique sans jamais en faire trop.

Le roi des scarabées est une bande dessinée pleine d'émotion et de poésie qui raconte la quête d'identité d'un homme. On accompagne le sensible Aksel pendant qu'il grandit, impuissant pour le protéger face à la dureté du monde...

Auteurs & Mots clés
Oeuvre liée
Le roi des scarabées
Le roi des scarabées Le roi des scarabées 2014
les dernières news les dernières critiques
Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?