Critique > Les Légendes du Tour, la critique
Critique

Les Légendes du Tour, la critique

Franco-belge Le 14 jul 2014
0
par Sullivan
Les Légendes du Tour, la critique

L’avis de Sullivan8

On a aimé • Jan Cleijne est un vrai amoureux du tour • Immanquable pour les amateurs de cyclisme • Une édition de qualité...
On a moins aimé • ... Mais un format un peu trop petit • La nostalgie du "cyclisme à Papa" • un format

Un peu eclipsé cette année par un autre évènement sportif dont vous êtes enfin débarassés (et encore Bravo à nos voisins Allemands qui l'attendaient depuis 24 ans), Le Tour de France n'en reste pas moins l'un des sommets annuels de l'effort. À l'occasion de ses 100 ans en 2013 - ses 110 ans en vérité, mais c'était sa 100ème édition que l'on célébrait alors -, un artiste Hollandais du nom de Jan Cleijne choisissait de rendre hommage à la Grande Boucle pour son premier album de BD.

Quatre saisons plus tard, voici que Les Légendes du Tour débarque chez nous sous la houlette de Paquet, alors qu'Alberto Contador vient de chuter entre Mulhouse et la Planche des belles filles. Car ce que vous raconte cette BD, c'est l'histoire de faits (presque) ordinaires issus d'un rêve extraordinaire, celui de Henri Desgranges, rédacteur en chef de l'Auto et créateur du Tour de France en 1903.

Le Tour de France est le terreau des plus grands champions, des plus grands seconds et des dépassements (de soi) les plus mémorables. L'occasion pour un auteur de tout remettre à plat et de nous faire revenir, dans les grandes lignes, dans les différentes époques d'une compétition définitivement à part.

Aussi intelligent que fin dessinateur (les visages des coureurs sont reconnaissables au premier coup d'oeil, Bernard Hinault et Laurent Fignon en tête), Jan Cleijne va découper son récit en 10 époques bien distinctes, afin de raconter chronologiquement la progression et les changements du Tour. La première, celle de la fondation, nous est contée comme un film muet, le Paris des cartes postales et les couleurs des frères lumières en renfort.

La suite est aussi dingue que la vraie histoire du Tour de France, et les destins de champions s'enchaînent au fil des pages, qui font également la part belle à l'une des plus belles qualités de la discipline : les magnifiques décors naturels qui sont autant de visages de notre si belle France.

Mais Les Légendes du Tour n'est pas qu'un résumé des différents vainqueurs et des destins brisés (parfois dramatiques) de la Grande Boucle. Il s'agit aussi de transmettre les valeurs du sport, celles-là même qui sont à l'origine de l'existence du Tour, voulues par un Henri Desgranges passionné par l'égalité. Ainsi, l'auteur va raconter ces histoires à travers le prisme du véritable amoureux de Cyclisme (et, naturellement, des Pays-Bas, en insistant sur la carrière ô combien particulière de Joop Zoetemelk), celui qui défend le mérite et l'exploit.

Une nostalgie naturelle s'installe pour ce qu'on appelle désormais le "cyclisme classique", celui où les coureurs ne sont pas équipés d'oreillettes, de vélos en carbone ultra-légers et contraints par la tactique d'un manager tout-puissant. Il est d'ailleurs cocasse de voir dans quelles conditions se faisaient les réparations en 1913, avec Eugène Christophe, contraint de réparer seul sa "bicyclette" chez un forgeron du village de Sainte-Marie-de-Campan, 15 km en bas d'une vallée qu'il a descendu comme un guerrier, son vélo sur le dos. Ce sont toutes ces histoires d'hommes qui ont fait du tour ce qu'il était pendant presque un siècle, avant l'arrivée des nouvelles normes (beaucoup trop nivellantes, d'ailleurs) et des scandales de dopage à la fin des années 90.

Pas tendre avec les insatiables sponsors que sont Festina, US Postal (...) et les coureurs condamnés (Rasmussen, Ricco, Kohl...), Cleijne accuse les dérives de l'un des sports les plus nobles et les plus entraînants du 20ème, devenu en partie un repère de voyous et de tricheurs broyant des carrières, à l'image de celle du courageux Christophe Bassons, qui a fait de la lutte contre la triche son combat avant d'abandonner sa profession en raison de pressions venues du peloton.

Peu importe, le lecteur néophyte et curieux aura découvert la plus grande compétition cycliste du monde et ses histoires les plus marquantes, passants des larmes de bonheur aux larmes de tristesse devant les destins brisés par l'épreuve reine. Qu'importe le futur, le premier siècle du Tour de France regorge de magie, d'histoires bigger-than-life, de coureurs inoubliables et de victoires d'étapes en forme de symboles.

Les Légendes du Tour est un fabuleux regard en arrière, sur 100 ans d'une compétition connue et respectée dans le monde entier, mère des destins les plus fous et des exploits les plus mémorables. Jan Cleijne profite de ce court historique pour y glisser un message sain pour un sport qu'il aime profondément : celui du regret de voir le cyclisme devenir un sujet de polémique(s), où règnent en maîtres les soupçons de dopages et les arrangements les plus obscurs. Peu importe, l'auteur pédale dans le bon sens et nous offre un petit bijou à ranger aux côtés des meilleures anthologies sportives, bien aidé par une narration fluide et une maîtrise solide de l'art séquentiel.

Auteurs & Mots clés
Oeuvre liée
Les Légendes du Tour
Les Légendes du Tour Les Légendes du Tour 2014
les dernières news les dernières critiques
Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?