Critique > Les Tableaux de l'Ombre : la vengeance des petites toiles
Critique

Les Tableaux de l'Ombre : la vengeance des petites toiles

Franco-belge Le 30 jul 2019
0
par La rédac
Les Tableaux de l'Ombre : la vengeance des petites toiles

L’avis de La rédac5

On a aimé • L'histoire est touchante • Des personnages qui sortent de leur tableau • L'humour
On a moins aimé • Le dessin hésitant • Des couleurs ternes

Les tableaux de l'ombre, c'est l'histoire d'une série de cinq petites toiles perdues dans l'immensité du Louvre. Mais un jour un enfant se perd dans le musée et se prend d'amour pour ces tableaux oubliés qui le réconfortent. Allégorie des cinq sens, on retrouve une femme regardant son miroir pour la vue, un joueur de guitare pour l'ouïe, un paysan tenant une poule pour le toucher, une mère allaitant son bébé pour le goût, et un homme fumant la pipe pour l'odorat. Lorsque tous les visiteurs s'en vont, ces personnages prennent vie et vont jusqu'à quitter le cadre de leur tableau.

 

Jean Dytar donne la parole aux tableaux en manque de notoriété et offre aux enfants l’occasion de réfléchir aux avantages et aux inconvénients de la célébrité. Parmi les œuvres exposées au Louvre, certaines n’attirent l’attention d’aucun visiteur. C’est le cas de cette série de petites toiles dans laquelle Tobias symbolise l’ouïe. Jaloux des peintures les plus célèbres comme la Joconde, les tableaux de l’ombre se révoltent.

La Joconde : "Je suis devenue célèbre parce qu'on admirait ma beauté... Maintenant, je suis admirée parce que je suis célèbre. Les gens ne savent même plus pourquoi ils m'admirent."

Un dessin qui peine à égaler les tableaux

Comment ne pas penser à la scène du film Le Roi et l'Oiseau de Paul Grimault, dans laquelle la bergère et le ramoneur sortent de leur tableau ? Ou encore au film Le Tableau de Jean-François Laguionie, peinture inachevée où s'affrontent croquis et personnages terminés ? Forcément le thème m'a immédiatement plu. Le hic ? Le dessin n'est pas à la hauteur. On parle ici des chef d'œuvres du plus beau musée du monde. Leur donner un aspect cartoon était un passage obligé, mais malheureusement le style graphique ne leur rend pas hommage. Les traits sont hésitants, les poses gauches, l'anatomie approximative. La mise en couleur n'aide pas non plus. Fades, grises, les hachures au crayon de papier donnent un côté sale au décor. Pourtant l'histoire est touchante. Les personnages sont bien construits, quoi qu'un poil caricaturaux, mais après tout ce sont des tableaux. Les émotions trouvent leur équilibre entre la légèreté, l'humour, l'empathie et le sentiment de rejet, la solitude, la colère. Tant de couleurs dans les sentiments et si peu sur la toile. En bref, cette BD laisse un arrière-goût de déception, un gachi de potentiel.

Toutefois, l'histoire ravit par son humour et son originalité. Pour ceux qui sont moins attachés au visuel, et bien sûr les passionnés du musée, je recommande cette BD de la collection Louvre Éditions. Les Tableaux de l'Ombre​ est disponible au prix de 14.95 euros chez Delcourt.

Par RedFanny
son twitter
sa chaîne YouTube

Auteurs & Mots clés
les dernières news les dernières critiques
Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?