Critique > Midnight Tales : les filles à l'honneur dans la nouvelle série du Label 619
Critique

Midnight Tales : les filles à l'honneur dans la nouvelle série du Label 619

Franco-belge Le 25 mai
2
par LiseF
Midnight Tales : les filles à l'honneur dans la nouvelle série du Label 619

L’avis de LiseF8

On a aimé • Des héroïnes hyper inspirantes • Un univers prometteur • Une vraie cohérence entre les différentes histoires
On a moins aimé • La dernière histoire est à mon sens en dessous des autres

C'est aujourd'hui que sort le tout premier tome de Midnight Tales, la nouvelle série collective chez Ankama. Celle-ci se calque sur le principe de Doggybags : chaque volume contient plusieurs petites histoires, dessinées et scénarisées par différents auteurs. Mais la principale différence... C'est que toutes les histoires se déroulent dans un même univers, imaginé par Mathieu Bablet, l'auteur de Shangri-La, Adrastée et La Belle Mort, entre autres. Un nouveau projet collectif particulièrement prometteur donc.

Dans Midnight Tales, les moindres traces de magie ont peu à peu été chassées par les humains : les sorcières et autres exorcistes, dernier rampart face aux démons et forces obscures qui menacent le monde, ont été exterminés. Alors en secret est né l'ordre de minuit, une société secrète composée majoritairement de femmes, qui luttent dans l'ombre contre les esprits malfaisants. Dans les volumes de la série, nous rencontrerons différents membres de l'ordre, travaillant chacun à leur façon pour protéger le monde des vivants.

Monstres et démons, prenez garde !

Dans ce premier tome, les membres de l'ordre ont toutes un point commun : ce sont des femmes, jeunes, capables d'entrer en contact avec une dimension magique et dotées de pouvoirs qui leur permettent par exemple de faire apparaitre des armes. Au fil des histoires nous allons découvrir les différentes forces malfaisantes contre lesquelles elles devront lutter.

On sent de multiples influences dans ce premier tome. Mathieu Bablet, Singelin, Sourya, Elsa Bordier et Gax nous font découvrir un univers fantastique, ésotérique et un peu horrifique qui pique la curiosité. Dans la toute première histoire les personnages principaux, quatre lycéennes téméraires, consultent leur mentore, une vieille documentaliste dans une vibe Buffy contre les Vampires qui n'est pas pour me déplaire. Clairement, Midnight Tales apparait comme un bel hommage à de nombreuses oeuvres fantastiques qui ont bercé notre adolescence, avec bien sûr une touche bien personnelle hyper plaisante.

Les femmes au coeur de ce nouveau projet

J'ai été plutôt contente d'apprendre que les héros des différentes histoires seraient principalement des femmes. Pour moi, la représentation des femmes est une vraie question dans le monde de la BD : elles sont rarement les personnages principaux des oeuvres et elles sont trop souvent sexualisées. De fait, cela participe à un imaginaire collectif où les femmes sont condamnées à jouer soit un second rôle, soit le rôle de la bonnasse. Et c'est dommage parce que c'est aussi avec les fictions qu'on consomme au cours de notre vie qu'on se construit en tant que personne !

Alors non seulement les femmes ont le beau rôle, mais en plus ce premier tome est carrément imprégné de féminisme. Suite à la BD de Sourya et Bablet par exemple, on découvre deux pages sur les violences faites aux femmes en Inde, lieu où se déroule l'histoire. Comme pour Doggybags, les BD sont entrecoupées de pages annexes, développant un peu le sujet.

Et ça fait du bien ! Personnellement j'ai toujours aimé le Label 619 mais j'ai longtemps trouvé que ça manquait de femmes. Ici elles sont présentes dans l'oeuvre et à sa conception, puisque Elsa Bordier signe une très chouette nouvelle particulièrement terrifiante !

Et puis on ressent vraiment l'influence Mathieu Bablet au dessus de tout ça : l'univers est fascinant, cohérent et hyper intriguant. En fait, ça donne envie d'en savoir plus sur l'ordre de minuit : comment font-ils pour rester incognitos ? Que deviennent les membres les plus vieux de l'Ordre ? Qui distribue les rôles ? Pas de doute, ce premier tome fait rêver et donne envie de lire la suite ! En attendant la suite justement, vous pouvez découvrir le premier volume chez Ankama au prix de 14 euros.

Auteurs & Mots clés
les dernières news les dernières critiques
Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?