Critique > On Mars - Tome 1, la critique
Critique

On Mars - Tome 1, la critique

Franco-belge Le 04 sept
0
On Mars - Tome 1, la critique

L’avis de Arno Kikoo7

On a aimé • Les planches de Grun • Le mélange des genres • Belle introduction • Les bonus de fin
On a moins aimé • Des thématiques déjà vues • Au final trop court

Non contente d'être une galerie d'arts et d'accueillir prochainement l'exposition Hermann, le nom de Daniel Maghen est aussi lié à une maison d'édition qui propose régulièrement des bandes dessinées qu'on pourrait placer sous la bannière de l'Aventure, avec un grand A, comme Ter - lire notre critique - nous l'avait déjà montré. Nouveauté de cette fin d'été, On Mars se revendique comme un grand mélange d'influences : science-fiction, critique sociale et ambiance carcérale sont au service d'un récit magnifiquement illustré.

Un agréable mélange de styles

Sylvain Runberg, l'auteur, n'en est pas à son coup d'essai dans la bande-dessinée. Auteurs de nombreux ouvrages publiés chez à peu près tous les éditeurs de franco-belge du marché, il se lance dans un nouveau récit qui répond à plusieurs questions que la société peut se poser actuellement. Pour faire face à la sur-population arrivante, l'humanité a ainsi choisi, en 2132, d'envoyer les criminels de toutes sortes dans des camps de travail situés sur Mars. Quitte à faire de l'esclavagisme, autant concilier l'utile à l'agréable, en préparant le terrain pour que l'être humain puisse quitter une Terre à l'agonie. L'histoire se concentre sur l'arrivée d'une nouvelle prisonnière, Jasmine Stenford, au passé lourd, qui va découvrir la vie sur Mars. 

Dans les cinquantes pages qui ouvrent cette saga en trois tomes, on se familiarise avec ce nouvel environnement et ses spécificités : greffe d'un système respiratoire pour pouvoir respirer l'air de Mars sans problèmes, travaux forcés avec son lot d'accidents plus ou moins volontaires, mais aussi la découverte de liens douteux entre certains prisonniers, l'existence d'une secte religieuse aux motifs incertains, ou encore d'une autre population martienne qui ne se laisse qu'entrevoir. Les rapports entre les personnages sont bruts, et durs, comme le voudrait un classique récit carcéral. Mais si Runberg ne révolutionne pas le genre, l'ajout de thématiques sociétales (parce que, quand même, éthiquement, on peut discuter de ce qui nous est montré), le mélange des tons procure un plaisir de lecture assez vif. D'autant plus que l'histoire sait alterner ses moments, avec notamment les flashbacks qui apportent petit à petit des détails sur la raison de l'incarcération de Jasmine. Une belle démonstration du principe connu de l'arroseur arrosé.

En vérité le seul problème à dénoter avec ce premier tome est que Runberg ne propose pas assez de pages pour avoir une amorce plus consistante pour susciter l'envie de lire la suite. L'exposition est rondement menée et l'auteur amène pas à pas ses idées et concepts ; sauf que lorsque l'histoire est prête à décoller : c'est déjà la fin. Certes on peut attribuer ceci au format franco-belge, mais il en résulte une légère frustration. Ce qui peut être vu comme un bon signe, celui que l'auteur a piqué l'intérêt de son lecteur.

Bienvenue sur Mars

Clairement, la partie graphique est un bel argument de lecture pour On MarsGrun profite du format des planches pour livrer de superbes panoramas sur la Planète Rouge, avec une palette de couleurs qui oscillent naturellement dans des teintes chaudes, en contraste avec les quelques scènes nocturnes ou les flashbacks qui profitent d'ambiances colorées qui témoignent d'une vraie direction artistique. Il y a également de belles trouvailles visuelles (la mise en image des respirateurs, par exemple) quant à l'aménagement de cette société sur une planète hostile. Même si on nage dans la science-fiction, l'ambiance n'est pas trop fantaisiste et se raccorde à ce que l'on peut connaître. Une prise de position, et une direction artistique qui sont donc convaincantes et participent à la bonne impression de ce premier tome.

Le trait de Grun est aussi précis dans le détail des personnages, dont on arrive à lire les émotions sans que ça ne paraisse forcé, et si la mise en page est assez traditionnelle, le découpage de l'action est là aussi efficace. En clair, pour peu que vous recherchiez quelque chose virant vers le photoréaliste, les planches de Grun vous convaincront aisément.

Pour compenser la faible pagination, ce tome propose à sa fin un cahier graphique fort bien pourvu. Croquis préparatoires pour les différents protagonistes, recherches sur les décors et objets, et aussi illustration type artwork. Ça se parcourt vite mais ce sont des bonus qui restent très agréables.

On Mars propose un premier tome plutôt convaincant. Le mélange des genres au sein de ce récit de SF fonctionne, la caractérisation est plaisante, et le tout est servi par un très bel ensemble de planches. On pourra regretter une exposition trop longue - ou qu'il n'y ait pas assez de planches pour développer plus de péripéties, mais en l'état, et avec les bonus proposés, les amateurs de science-fiction pourront se lancer dans l'aventure sans trop d'appréhension.

Auteurs & Mots clés
les dernières news les dernières critiques
Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?