Critique > Panique au zoo, quand Zootopie rencontre Sherlock Holmes
Critique

Panique au zoo, quand Zootopie rencontre Sherlock Holmes

Franco-belge Le 30 jul 2018
0
par LiseF
Panique au zoo, quand Zootopie rencontre Sherlock Holmes

L’avis de LiseF7

On a aimé • Un univers soigné • Un humour qui fait (oiseau) mouche
On a moins aimé • Un dénouement un peu rapide • Trop de blagues ont tendance à tuer la blague

Imaginez un monde où les animaux seraient maîtres du zoo. Ce serait le rêve : plus personne ne serait en cage, chacun déciderait de son destin et aucune espèce ne connaîtrait l'humiliation. Enfin... En théorie. En pratique, les choses sont beaucoup moins simples au Zoo du Chanoine. Ici, ce sont les animaux qui gèrent tout, de la répartition de la nourriture aux animation en passant par l'accueil des visiteurs. Mais depuis quelques temps, une étrange épidémie touche ses pensionnaires : certains sont victimes de mutations bizarres. C'est une enquête pour Poulpe et Castor Burma, dans Panique au Zoo !

Des hybrides au zoo

On va donc suivre Castor Burma, doté d'une épaisse moustache et d'yeux indétectables, et son acolyte Poulpe dont la propension à faire des jeux de mots est bien trop élevée pour être honnête, à la recherche de la clef du mystère des mutations. En fait, certains animaux se retrouvent soudainement... Mélangés ! Les ours blancs se transforment en oursins des neiges, un hippocampe est doté d'ailes de colibri, un gorille est affublé d'un bec de perroquet. Un phénomène hilarant pour Poulpe, mais cauchemardesque pour les premiers concernés.

Si l'histoire principale tourne autour de ce mystère des mutations, c'est un peu un prétexte pour nous emmener à la découverte de l'univers surprenant de Panique au Zoo. Frédéric Bagères et Marie Voyelle ont créé un monde étonnant, un zoo qu'on rêverait de visiter. Immense savane, zone marécageuse, ou encore aquarium sous-marin, l'endroit nous est présenté sous toutes ses coutures au fil de l'enquête de nos deux héros, et grâce à de jolies pleines pages où Marie Voyelle s'en donne à coeur joie.

Entre jeux de mots et enquête

Comme dans Sherlock Holmes, Poulpe et Castor Burma forment un duo complémentaire : Castor est discret et réfléchi, il repère les indices et met les suspects face à leurs contradictions. Poulpe est le petite rigolo du duo, toujours partant pour trouver le bon mot. Mais il est aussi malin et c'est un sprinteur de choc, malgré sa collection de tentacules !

C'est un peu LE point faible que je trouverais à Panique au Zoo : les vannes sont très drôles mais elles fusent à toutes vitesse et elles sont trop nombreuses, surtout au début. On a envie de suivre l'histoire, qui est bien trouvée. Quel est le mystérieux agresseur qui mélange les animaux, et surtout comment s'y prend-il ? Mais le surplus de jeux de mots a tendance à gêner un peu la lecture.

Heureusement, au fur et à mesure que l'intrigue se déroule les vannes se font moins nombreuses. De fait, si comme moi vous êtes un peu gêné durant les premières pages, je vous encourage à poursuivre votre lecture ! D'autant plus que graphiquement, l'album est très réussi. Les animaux sont vraiment jolis, avec leur look un peu cartoon qui les rend d'autant plus expressifs.

De l'humour, un bel univers et une enquête à se triturer les méninges, il y a tout ce qu'il faut dans Panique au Zoo ! Une BD très chouette (ou hibou) à lire chez Delcourt.

Auteurs & Mots clés
les dernières news les dernières critiques
Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?