Critique > Poussin Bleu, le héros le plus mignon de l'histoire entre en guerre
Critique

Poussin Bleu, le héros le plus mignon de l'histoire entre en guerre

Franco-belge Le 20 aout 2018
0
par LiseF
Poussin Bleu, le héros le plus mignon de l'histoire entre en guerre

L’avis de LiseF7

On a aimé • Un ton affreusement drôle • Un petit héros beaucoup trop adorable
On a moins aimé • Un peu longuet sur certains passages

Aujourd'hui c'est lundi et comme tout le monde le lundi, je broie un peu du noir. J'avais besoin de légéreté alors je me suis décidée à lire Poussin Bleu, qui attendait depuis un moment dans ma pile à lire. Et je n'ai pas été déçue ! Cette série éditée chez Fluide Glacial nous raconte l'histoire d'un poussin au destin hors du commun. Au scénario et au dessin on retrouve Monsieur le Chien, auteur de plusieurs BD d'humour telles que La méthode Champion, L'homme au masque et Les Caniveaux de la gloire.

L'histoire d'un poussin qu'on pousse pas

On suit donc l'histoire de poussin bleu, un poussin sans histoire hormis le fait qu'il est convaincu que son père est un cochon et sa mère une vache. Pendant ce temps chez les dieux rouges, une grande bataille se prépare : le roi est mort et il va falloir désigner son successeur. Chacun doit choisir un champion, qui devra accomplir une quête donnée avant d'affronter les autres dans l'arène. Allez savoir pourquoi, la déesse des animaux choisit Poussin Bleu pour la représenter.

Le tout petit volatile reçoit donc un pouvoir au hasard : celui de la parole. Pas très utile pour combattre de redoutables ennemis ! Mais il ne se décourage pas et le voilà parti sur les routes, à la recherche de l'objet de sa quête, la couronne de Kerléven. Pendant ce temps les autres dieux rouges choisissent eux aussi leur champion : Arek de Puychalon choisi par la déesse de l'amour reçoit le don de la salive acide, Maïsha choisie par le dieu de la sagesse celui des yeux de feu... Et tous partent sur les routes pour accomplir leur destinée ! Pas de doute l'aventure s'annonce sanglante et un peu stupide.

Du rire et du sang

La semaine dernière, Désenchantée le nouveau dessin animé de Matt Groening débarquait sur Netflix. Même si la sortie de Poussin Bleu date d'avant, les deux oeuvres me font beaucoup penser l'une à l'autre. On est ici dans un univers médiéval-fantastique, où le vernis de naïveté se craquelle sous la pression de l'humour noir et des gags cruels. Monsieur le Chien joue astucieusement avec l'humour : ce qui fait rire c'est le comique de situation, mais aussi les dialogues qui pourraient devenir cultes.

Le dessin quant à lui n'est pas mémorable mais fait le job : c'est clair, bien qu'un peu traditionnel dans le découpage. En effet les dialogues et la voix off sont tellement présents que l'image a moins de place, donnant lieu a des gaufriers un peu redondants. Sans compter qu'en s'épanchant en poésie humoristique, l'auteur met parfois de côté l'aspect "trépidant" de l'aventure, donnant lieu à quelques longueurs. Malgré cela Poussin Bleu reste une lecture plutôt agréable, et vraiment drôle. D'autant plus que notre petit héros est tout simplement adorable, et qu'on ne peut que craquer en voyant un mini-volatile s'écrier "c'est d'une lâcheté confondante ! Sordide !".

Vous l'aurez compris, j'ai craqué pour Poussin Bleu dans ce premier tome. Même si la lecture comporte quelques longueurs, on s'amuse des aventures de ces champions hors du commun aux motivations parfois douteuses. L'album est à retrouver chez Fluide Glacial, au prix de 15 euros.

Auteurs & Mots clés
les dernières news les dernières critiques
Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?