Critique > Professeur Infini, la critique
Critique

Professeur Infini, la critique

Franco-belge Le 15 juin 2015
1
par Republ33k
Professeur Infini, la critique

L’avis de Republ33k7

On a aimé • Un mélange (réussi) des genres • Ne prend pas son lecteur pour un idiot • Les dessins minimalistes
On a moins aimé • Parfois trop bavard • On veut en savoir plus sur cet univers !

Bande-dessinée parue le 5 juin dernier dans toutes les bonnes librairies, Professeur Infini vous offre l'occaion de replonger en enfance dans une histoire qui mélange les genres, et qui plaira forcément aux petits comme aux grands.

De prime abord, Professeur Infini est une bande-dessinée avant tout destinée à un jeune public : petit format, dessin minimaliste, héros colorés, rien de bien original si on survole le titre édité par Gallimard. Mais en s'y intéressant de plus près,  Professeur Infini, comme tous les cartoons dont il semble en partie inspiré, cache une histoire et un univers qui valent le détour.

Habitué aux dessins minimalistes et aux approches graphiques osées, j'ai très vite plongé dans cette lecture. Et il se trouve que l'histoire de Marc Lataste est assez passionnante pour correspondre à tous les publics, à quelques dialogues - parfois un peu long - près. Avec une intrigue qui nous parle de monde parallèles et des héros dotés de divers pouvoirs, le fan de science-fiction et de super-héros que je suis était d'ailleurs en terrain familier.

Il faut dire que les personnages du scénariste/dessinateur sont terriblement attachants, alors même qu'ils semblent sortis d'univers radicalement différents. Et c'est là la grande force de cette œuvre, qui conjugue des influences européennes, japonaises et américaines à merveille. Un régal pour les yeux des initiés qui reconnaîtront les maîtres de Marc Lataste, tandis que les plus jeunes découvriront, subtilement et via le trait de l'artiste, les bases de trois écoles construites sur des codes bien précis. Seul bémol, quand on voit ce dont est capable l'artiste, on aurait aimé plus de folie dans la composition des planches, qu'on aperçoit à l'occasion d'une chouette double page.

Autre qualité que je tenais à saluer, l'intelligence et la richesse de cette histoire, qui se base sur des idées toutes simples mais terriblement efficaces, quelque soit le niveau de lecture employé pour dévorer cet album. Incontestablement, l'auteur ne prend pas ses lecteurs, aussi jeunes puissent-ils être, pour des imbecilles. Ainsi, l'histoire ne se contente pas d'enchaîner les rebondissements et les personnages très visuels : il se dégage de Professeur Infini une certaine sincérité. Quelques passages pourraient certes passer au dessus de nos têtes blondes, mais on connaît leur faculté à lire et relire une même histoire, redécouvrant ainsi ses enjeux et ses idées.

En attendant, les plus grands découvriront dans cet ouvrage une richesse d'influences et une intrigue plutôt astucieuse dans laquelle on cause voyage inter-dimensionnel, créatures étranges et héros surnaturels. Seul regret, comme les bons complétistes que nous sommes, on finit par en vouloir plus. Et plus encore après un final qui ménage parfaitement le suspense dans des planches qui ne sont pas sans rappeler les plus grands classiques de l'animation.

Bande-dessinée jeunesse mais pas que, ou pas trop, Professeur Infini est une vraie bouffée d'air frais, portée par un riche cocktail d'influences et plusieurs niveaux de lectures, tous passionnants. À mettre entre vos mains et celle des plus jeunes sans hésiter.

Auteurs & Mots clés
les dernières news les dernières critiques
Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?