Critique > Road Therapy : embarquez pour un voyage fou, drôle et tendre
Critique

Road Therapy : embarquez pour un voyage fou, drôle et tendre

Franco-belge Le 18 juin 2018
0
par Akkyshan
Road Therapy : embarquez pour un voyage fou, drôle et tendre

L’avis de Akkyshan9

On a aimé • Des personnages attachants • Un récit drôle et émouvant • Des paysages magnifiques • Une très belle leçon de vie
On a moins aimé • RIEN

Les pensionnaires d'un hôpital psychiatrique dans le sud de la France s'apprêtent à partir en voyage en minibus pour visiter quelques châteaux en pays cathare. Monsieur Cèbe, mademoiselle Elise, mademoiselle Léa, monsieur Léon, monsieur Karl et mademoiselle Pomme ont des pathologies lourdes, mais gérables. Ils sont encadrés par leurs infirmiers, madame Hélène et son époux monsieur Jean-Paul. Alors qu'ils attendent leur chauffeur habituel, c'est le mystérieux monsieur Igor qui se présente au pied levé. Heureusement ? Cela reste à confirmer !

Road Therapy est un one shot particulièrement touchant. En moins de 80 pages, il lève le voile sur la diversité des pathologies des patients en psychiatrie, tout en les dédramatisant. C'est un récit fou, drôle et tendre qui a été imaginé par Stéphane Louis, avec l'aide de professionnels de santé. L'oeuvre a été illustrée par Lionel Marty et mise en couleur par Véra Daviet. Sans jamais s'appesantir sur les pathologies des pensionnaires, la BD offre un aperçu de la réalité de telles excursions. L'objectif : changer notre regard sur ces personnes "différentes".

road therapy chateau erioadoc hopital psychiatrique

Road Therapy : changer de regard sur les patients en psychiatrie

En ouvrant Road Therapy, le lecteur est emporté dans un voyage amusant et chaleureux. Mais le premier élément marquant est très certainement le dessin et la colorisation. Si les paysages sont très beaux, il n'en est pas tout à fait de même pour les personnages. Anguleux, leurs expressions sont exagérées au point de déformer leur apparence. Mais, c'est un aspect qui sert complètement le scénario. En effet, cela transforme complètement notre perception de ces pensionnaires, comme de leurs encadrants, et détruit la frontière de la maladie qui pourrait les distinguer physiquement.

road therapy voyage bus

Un à un, on découvre les pensionnaires du château Eriadoc, un hôpital psychiatrique situé dans le sud de la France. A aucun moment les noms de leurs maladies ne sont mentionnés, ni la complexité de leurs symptômes et des handicaps associés. Bien sûr, on comprend immédiatement : tourette, anorexie, mutisme, dépression... Finalement, l'histoire de chacun des patients, appelés pensionnaires, reste mystérieuse. Car, si leurs pathologies les différencient des soignants, elles ne les définissent pas.

Mais l'arrivée de monsieur Igor, le chauffeur remplaçant pour le voyage en minibus, gomme complètement les frontières de notre esprit. Est-il fou lui-aussi ? La fluidité du récit et la simplicité de la présentation des pages rend cette bande dessinée très légère et tendre, alors que les artistes évoquent un sujet difficile. De plus, les situations décrites dans Road Therapy sont drôles et font franchement sourire, sans jamais moquer les patients. C'est une prouesse particulièrement impressionnante qu'il faut souligner ! 

road therapy tourette mademoiselle elise voyage bus

Road Therapy est une superbe découverte et une bande dessinée à lire absolument, tant elle met du baume au coeur. Ses personnages sont attachants, notamment les pensionnaires du château Eriadoc. Bien sûr, leurs différences sont vite repérées, mais elles perdent toute importance par rapport au voyage, que ce soit pour les pensionnaires, les infirmiers et même le lecteur.

Ce one shot est une ouverture vers un monde que l'on connaît peu, à moins que l'on n'y soit confronté. Il élargit les horizons et nous interroge finalement sur notre perception de la folie. Road Therapy est disponible au prix de 16,90 euros dans la collection Grand Angle de Bamboo.

Auteurs & Mots clés
les dernières news les dernières critiques
Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?