Critique > Rouge, l'intégrale - La critique
Critique

Rouge, l'intégrale - La critique

Franco-belge Le 20 oct 2017
1
par LiseF
Rouge, l'intégrale - La critique

L’avis de LiseF9

On a aimé • Un trait sublime • Des personnages attachants • Une histoire passionnante
On a moins aimé • On en veut plus !

En 2008, Florent Maudoux lancait sa série Freaks' Squeele, au label 619 chez Ankama. L'histoire de Chance, Ombre et Xiong Mao, trois étudiants dans une école de super-héros. Quelques années plus tard, il se lancait avec Sourya dans une préquelle en trois tomes dédiée au passé de Xiong Mao. Aujourd'hui, Ankama publie une intégrale des trois tomes, l'occasion de revenir sur ce tryptique. Un tryptique qui, vous l'aurez compris en voyant la note, m'a beaucoup touchée. Laissez-moi vous expliquer pourquoi !

On retrouve donc Xiong Mao, au lycée, avant son entrée à la fac des super-héros. Fille du plus grand patron de la triade, un groupe de mafieux très puissant, elle a du mal à trouver sa place : elle est une bâtarde, sa mère Masiko ne faisant pas partie du clan. Sa famille ne lui fait pas confiance pour reprendre les rênes du royaume, et sa mère a disparu, haïe par la Triade. Au milieu de cette histoire débarque Sélène, une lycéenne qui va trouver refuge sous l'aile de Xiong Mao, et qui a des pouvoirs mystérieux...

De la beauté du récit à la beauté du dessin

Rouge s'écarte résolument de Freak's Squeele, tant sur le fond que sur la forme. Le dessin de Sourya est plus doux, plus poétique que le trait un peu cartoon de la série d'origine. On prend le temps d'admirer le design des personnages notamment qui est très étudié, et les paysages bucoliques laissent rêveur. Bon, je ne vais pas y aller par quatre chemins, le trait de Sourya est un pur délice. On sent qu'il se fait plaisir sur certaines scènes en particulier, et ça marche. Elles sont si étudiées qu'on prend son temps à les contempler, à les apprécier.

La différence avec Freak's Squeele tient aussi à la narration. Là où la série d'origine joue beaucoup sur l'humour et le côté trépidant, Rouge prend son temps. Xiong Mao est un personnage réfléchi : elle n'est pas du genre à péter un câble (et c'est là d'ailleurs que réside sa force), et la BD reflète assez bien cet état d'esprit. Pour autant, l'histoire reste passionnante de bout en bout : si Xiong Mao est le calme incarné, il n'en va pas de même pour les protagonistes qui l'entourent. Sa soeur est une vraie peste avec des pouvoirs bien trop développés, son meilleur ami balance les vannes et la suit partout...

Et si je n'ai pas lu Freak's Squeele ?

Rouge s'inscrit dans un univers assez vaste développé au fil des années par Florent Maudoux. On retrouve donc la série d'origine en sept tomes (éditée en noir et blanc puis en couleurs par la suite), Rouge mais aussi l'autre préquelle Funérailles. Et n'oublions pas le roman,  le jeu vidéo et le jeu de rôle arrivé tout récemment. Et ce n'est pas tout ! Masiko, la mère de Xiong Mao, a même sa BD dédiée avec trois histoires courtes. Bref, ça en fait des personnages, des événements et des détails à découvrir.

Alors comment on fait pour lire Rouge ? En fait, cette intégrale se suffit plutôt bien à elle-même. La BD va nous permettre de mieux comprendre les personnages découverts dans Freak's Squeele, leurs motivations. On apprend par exemple pourquoi Xiong Mao a finalement décidé de s'inscrire à l'université des super héros, alors qu'elle n'a pas de super pouvoirs. Mais il est inutile de connaître la saga pour apprécier Rouge. L'album est une vraie introduction au personnage de Xiong Mao, qui permet de la découvrir si on ne connaît pas Freak's Squeele, et de mieux la connaître si c'est déjà le cas.

Précisons quand même qu'un point reste obscure quand on ne connaît pas l'univers : le passé de Masiko. Ce n'est qu'une petite partie de l'intrigue, mais il est vrai que peu de choses nous sont racontées ici sur la mère du personnage principal, qui tient pourtant un rôle important dans la dernière partie du livre. Si vous voulez être vraiment au clair, je vous conseille donc la lecture de l'album sur Masiko

Rouge est une vraie pépite à lire de toute urgence. Le talent de dessinateur de Sourya est sublimé par cette très jolie édition écarlate, sur la couverture comme sur le bord des pages. Les trois tomes ne sont pas délimités, ce qui donne finalement plus l'impression de lire une très grosse BD. Une très grosse BD qui ne coûte d'ailleurs qu'une vingtaine d'euros !

Auteurs & Mots clés
les dernières news les dernières critiques
Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?