Critique > Roulez jeunesse — L'île aux Diables, l'aventure idéale pour cet été
Critique

Roulez jeunesse — L'île aux Diables, l'aventure idéale pour cet été

Franco-belge Le 11 jul
0
par LiseF
Roulez jeunesse — L'île aux Diables, l'aventure idéale pour cet été

L’avis de LiseF7

On a aimé • Un trait hyper accrocheur • Ça donne envie de partir à l'aventure
On a moins aimé • Plusieurs maladresses au niveau du storyboard • Des facilités scénaristiques

Le 20 juin dernier est sorti L'Île aux Diables, une nouvelle série jeunesse chez Glénat. Celle-ci a été présentée dans Supertchô et j'ai plutôt confiance en l'ADN de Tchô : les séries proposées sont intelligentes, impertinentes, et ne prennent pas les enfants pour des crétins. C'est pourquoi j'avais bien envie de lire ce premier tome et effectivement, c'est plutôt réussi ! Je profite donc de notre rubrique Roulez Jeunesse du mercredi pour vous en parler.

Montez à bord mousaillons !

Ce premier tome est une sorte d'origin story : il va nous permettre de faire connaissance avec les différents personnages, mais l'aventure à proprement parler commencera plutôt vraisemblablement dans le tome 2. On suit donc Alban, un petit garçon fils de bonne famille qui rêve du grand large. Le soir où sa mère meurt d'une maladie, il voit ça comme un signal : le gamin prend ses cliques et ses claques et se rend en secret dans une taverne du port pour trouver un équipage qui accepterait de l'accueillir comme mousse.

Là-bas il rencontre Joao, le garçon à tout faire qui lui aussi veut prendre le large. Ensemble ils tombent justement sur un équipage à l'étrange capitaine : ce dernier veut récupérer son mystérieux trésor, sur L'Île aux Diables...

Avant de partir, l'équipage va accueillir Louise, une fille de noble qui doit rejoindre sa mère à Fort-de-France. Le petit groupe est ainsi créé ! Mais les choses ne sont pas si simples, car Alban va réaliser que leur nouveau capitaine est possédé par une force démoniaque.

Une série pour enfants façon Tchô

Quand on pense à Tchô on pense généralement à Titeuf, Captain Biceps ou Malika : des BD à gags, drôles et impertinentes à la fois. Mais pour moi, Tchô c'est plus que ça : c'est une façon de s'adresser aux enfants sans partir du principe qu'ils sont bêtes ou naïfs. L'Île aux Diables n'a rien de naïf. Raphaël Drommelschlager et Grégory Saint-Félix ont imaginé une histoire sans concession et pleine de rebondissements, qui fera assurément rêver les jeunes lecteurs.

Quelques détails m'ont gênée : l'histoire se permet des facilités scénaristiques (Alban réalise que sa mère meurt d'une maladie et c'est visiblement une surprise pour lui), mais aussi au niveau du storyboard viennent un peu gâcher la fluidité de la lecture. Je croise donc les doigts pour que ces maladresses soient moins nombreuses dans le second tome.

Parce que côté univers, on a envie d'en voir plus ! Les trois personnages principaux sont épris d'aventure et de grand large, et on a envie de partir avec eux à la chasse au trésor. En plus, ce premier tome se termine avec un cliffhanger vraiment bien trouvé, que je trouve audacieux pour une BD jeunesse.

Alors, on fond sur L'Île aux Pirates ? Malgré quelques défauts, ce premier tome est chouette et donne des envies d'aventure. Un récit qui mettra sans aucun doute en joie les jeunes lecteurs, et on attend le second avec impatience. Le premier volume est disponible chez Glénat !

Auteurs & Mots clés
les dernières news les dernières critiques
Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?