Critique > Tempête au Haras, la critique
Critique

Tempête au Haras, la critique

Franco-belge Le 02 nov 2015
0
par Elsa
Tempête au Haras, la critique

L’avis de Elsa8

On a aimé • Un récit très touchant • Le dessin superbe • La thématique du handicap traitée avec subtilité
On a moins aimé • Un ton jeunesse qui désarçonnera peut-être certains lecteurs adultes

Rares sont les dessinateurs à s'être fait un nom aussi vite et aussi puissamment ces dernières années dans le franco-belge que Jérémie Moreau, avec Le Singe de Hartlepool, scénarisé par Wilfrid Lupano. Raflant tous les prix, conquérant à la fois la presse et le public, il choisit pourtant de ne surtout pas céder à la facilité, et revint avec un diptyque surprenant, Max Winson.

Si Max Winson est, pris indépendamment, une vraie merveille, un petit bijou graphique et scénaristique, il est aussi impressionnant de voir comment le dessinateur a su déconstruire son trait et sa narration graphique pour se réinventer et obtenir un résultat viscéral, puissant et magistrale (si vous ne l'avez pas encore lu, vous savez ce qu'il vous reste à faire). Autant dire qu'on attendant avec impatience de voir de le voir à nouveau à l'oeuvre. C'est chose faite chez Rue de Sèvres avec Tempête au Haras.

Une naissance mouvementée...

Au beau milieu de la nuit, au haras de St-James, la jument Belle Intriguante s'apprête à mettre bas, mais Jean-Philippe, le bébé qu'attendent les employés du haras, choisi ce moment pour lui aussi venir au monde. Très vite, le petit garçon développe un lien très particulier avec les chevaux, jusqu'au jour où un poulain le blesse et lui fait perdre l'usage de ses jambes.

Ce drame aurait pu briser le destin de Jean-Philippe, mais son fort caractère et sa volonté farouche de réaliser ses rêves pourraient bien avoir raison de tous les obstacles.

... et une vie qui l'est tout autant.

Tempête au Haras est en fait l'adaptation du roman de Chris Donner, avec qui Jérémie Moreau a travaillé pour réaliser ce passage à la bande dessinée. Roman destiné à la jeunesse, son sujet et la manière dont il est traité lui donne une portée bien plus grande. Graphiquement, c'est une nouvelle surprise que le dessinateur nous réserve. On retrouver la finesse, la spontanéité et toute l'émotion que l'on avait dans Max Winson, mais avec une identité propre à ce nouveau titre, une rondeur parfaitement adaptée à un lectorat plus jeune, et une mise en couleurs aux teintes passées qui offrent une atmosphère douce, un peu rétro et nostalgique à la fois. Et toujours cette manière de transmettre beaucoup de choses par le dessin, en se passant de mots.

On pourra saluer le talent du dessinateur pour représenter les chevaux en action (un exercice loin d'être aisé), en donnant à chacun une personnalité et une âme. Son trait les concernant évoque beaucoup les estampes asiatiques anciennes, et le résultat se fond parfaitement à l'ensemble et ajoute encore du caractère et de la beauté aux planches.

N'ayant pas lu le roman, il me serait difficile de juger par moi-même de la qualité de son adaptation, mais le fait que le romancier soit co-scénariste prouve à lui-seul que l'âme du récit et ses intentions ont été respectées. Cette histoire est en tout cas à la fois passionnante et très touchante, partagée entre des moments sombres et difficiles, et d'autres lumineux, voir très drôles. Et malgré les caractères explosifs de Jean-Philippe et du cheval responsable de son accident, Tempête, il se dégage de l'ensemble une certaine sérénité. Il y a beaucoup d'amour entre les membres de la famille, mais aussi envers les animaux qu'ils élèvent, et il se dégage aussi d'eux une volonté de persévérer face aux désillusions de la vie.

Comme cette histoire est d'abord dessiné à un public jeune, certains lecteurs adultes seront peut-être désarçonné du ton tout public de l'ensemble, mais Tempête au haras n'en reste pas moins un très beau récit, riche en émotion. Ce titre séduira sans nulle doute également un lectorat plus jeune, mais déjà bon lecteur (peut-être 9-10 ans), qu'il soit passionné de chevaux, ou pas d'ailleurs. Les thèmes abordés allant bien au-delà des relations hommes-chevaux et des courses hippiques, en laissant aussi une large place aux interactions et aux liens entre les humains, tout en parlant avec subtilité et intelligence du handicap et des difficultés qu'il peut provoquer.

Tempête au haras est une très jolie bande dessinée. Un récit subtil et plein d'émotion merveilleusement mis en image par Jérémie Moreau.

Auteurs & Mots clés
Oeuvre liée
Tempête au haras
Tempête au haras Tempête au haras 2015
les dernières news les dernières critiques
Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?