Critique > Un putain de salopard, captivante épopée dans la jungle par Loisel et Pont
Critique

Un putain de salopard, captivante épopée dans la jungle par Loisel et Pont

Franco-belge Le 28 avr 2019
0
par LiseF
Un putain de salopard, captivante épopée dans la jungle par Loisel et Pont

L’avis de LiseF9

On a aimé • Un parfait dosage entre aventure mystères et dangers • Une jungle magnifique • Des personnages attachants
On a moins aimé • L'usage abusif d'argot qui rend les dialogues un peu artificiels (surtout au début)

Ce mercredi est sorti chez Rue de Sèvres le premier tome d'une série événement, Un putain de salopard. Pourquoi événement ? Parce qu'au scénario on retrouve Régis Loisel, et au dessin Olivier Pont, pour une toute nouvelle épopée au coeur de la jungle brésilienne. Et vous l'aurez deviné en voyant la note au début de cet article, j'ai été hyper emballée par ce premier volume.

Une recherche au coeur de la jungle

Dans Un putain de salopard on suit l'histoire de Max, un jeune garçon qui a passé les trois premières années de sa vie au Brésil. À la mort de sa mère, il décide de retourner sur cette terre qui l'a vu grandir en quête de la réponse à un secret : qui est son père ? Pour tout indice, Max a deux photographies, qui semblent le montrer à l'époque où il vivait encore avec sa mère au Brésil. Le hic, sur chacune de ces deux photos se tient un homme différent. Lequel est son père ? Notre héros est bien décidé à le découvrir.

Arrivé dans la jungle les mains dans les poches, il fait connaissance avec Christelle et Charlotte, deux jeunes femmes venues travailler en tant qu'infirmières dans un centre de soins. Elles ont d'abord décidé de retrouver Corinne, leur meilleure copine de toujours qui décide spontanément de jeter son dévolu sur le joli Max. Une belle fille, une enquête qui va bon train : ce voyage commence plutôt bien pour notre héros ! Mais rien n'est rose dans la jungle : Max va vite se rendre compte que des choses terribles se déroulent dans le chantier à proximité du village où il enquête. Quant à nos deux infirmières, elles vont rapidement réaliser que les ouvriers qu'elles sont sensées aider ne leur réservent pas le meilleur accueil.

D'un voyage paisible à une fuite pour la survie

Ce qui m'a frappée dans Un putain de salopard, c'est surtout ce changement de ton assez soudain, mais dans le bon sens du terme. Tout commence comme des vacances, nappées d'un peu de mystères. Par un merveilleux hasard Max tombe sur trois françaises hyper sympa, dont une qui a décidé d'en faire son quatre heures. En ville les gens sont accueillants, et l'aident avec plaisir dans la recherche de son père. Et puis, en chemin pour le chantier le ton change radicalement. J'ai été prise de court et j'ai adoré ça : on se sent pris au dépourvu et un peu bête, comme Max.

Le duo réussit à nous embarquer dans un récit passionnant, tout en abordant des thématiques fortes telles que les violences faites aux femmes ou la pauvreté. On est impliqué à fond dans l'histoire parce qu'on tient aux personnages. Les deux infirmières par exemple sont hyper attachantes, pleines de convictions, et de toute évidence en danger dans ce monde sans pitié. Sans compter que ce tome s'achève avec encore une surprise de plus, dont je ne vais bien sûr pas vous parler pour vous laisser le plaisir de la découverte !

Un putain de salopard est donc pour moi un vrai coup de coeur. Le rythme du récit est nickel, les personnages sont attachants, l'univers graphique de la jungle à la fois étouffant et immense. Je n'ai qu'une hâte : lire la suite !! En attendant le premier tome est disponible au prix de 18 euros chez Rue de Sèvres.

Auteurs & Mots clés
les dernières news les dernières critiques
Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?