Critique > Valérian, Shingoulooz Inc. - La critique
Critique

Valérian, Shingoulooz Inc. - La critique

Franco-belge Le 29 sept 2017
3
par LiseF
Valérian, Shingoulooz Inc. - La critique

L’avis de LiseF8

On a aimé • C'est très drôle mais genre très drôle • Une vrai liberté dans cette adaptation
On a moins aimé • Cet éternel besoin de sexualiser Laureline

Face au regain d'intérêt suscité pour les BD Valérian suite à la sortie du film, Dargaud a lancé une nouvelle série intitulée Valérian vu par. Des auteurs réinterpétent l'oeuvre de Pierre Christin et Jean-Claude Mézières à leur sauce, et pour notre plus grand plaisir.

Pour ce second volume c'est Lupano et Lauffray qui se prêtent au jeu. Lupano, c'est le scénariste notamment des Vieux Fourneaux mais aussi du Singe de Hartlepool, Ma Révérence ou encore l'Ivresse des fantômes. Un virtuose du scénario, à qui on pouvait faire confiance pour inventer de nouvelles aventures à notre duo de voyageurs de l'espace !

Et ça marche ! Le volume est un quasi sans faute, qui peut se lire en one shot, sans forcément s'y connaître sur l'histoire de Valérian et Laureline.

Pourquoi il ne faut pas jouer le destin d'une planète au poker

Valérian et Laureline continuent à se balader dans l'espace pour faire leur job de policiers. Actuellement, ils foncent sur une petite planète balnéaire où se planque un robot dont le super-cerveau appauvrit des millions de gens en quelque secondes à coup de fraude fiscale. Alors que les deux agents sont sur le point de terminer leur job, voilà qu'arrivent trois Shingoulooz. Ils ont besoin d'aide et c'est hyper urgent.

Les Shingoulooz ont réussi, grâce à des bidouillages spatio-temporels, à devenir propriétaires de la planète terre. Et comme si ça n'était pas suffisament grave, voilà qu'ils l'ont perdue au poker, face à un magnat de l'eau potable. L'eau de la terre va être aspirée et revendue au plus offrant ! C'est une catastrophe !

Pas le temps de niaiser pour nos héros. Laureline file retrouver le nouveau propriétaire de la Terre, tandis que Valérian tente d'inverser les bêtises des Shingoulooz.

Imbroglio spatial et pêche au thon

Vous l'aurez compris, le scénario de cette BD part complétement en cacahuète. C'est l'une des particularités de Lupano : l'histoire est complétement dingue, flirtant avec le désopilant, le ridicule et le passionnant, mais on ne s'y perd jamais.

On part d'un postulat déjà compliqué : un robot au super cerveau crée des paradis fiscaux en chaîne au détriment des contribuables, et doit être arrêté. Et de là, les galères s'accumulent et s'enchaînent, et devant tant de bazard je n'ai pu que me demander : mais où vont-ils chercher tout ça ?

Et tout le long de cette désopilante aventure, on éclate de rire à  chaque case. Les répliques peuvent toutes devenir cultes et chaque personnage cache sa petite part de pathétique. Valérian est débordé de travail et ne sait dire non ni à son patron, ni à sa copine. Les Shingoulooz sont allergiques au travail et sont incapables de réparer leurs bêtises. Au fond la seule qui s'en sort dans toute cette histoire c'est Laureline.

Mais où est Laureline ?

Laureline qui est d'ailleurs la seule ombre au tableau dans cette histoire. En effet, les auteurs ne peuvent pas s'empêcher de la sexualiser, comme c'est souvent le cas des héroïnes de franco-belges. Ses admirateurs veulent la cloner pour en faire une playmate multi-usage. Et vas-y que je te dessine Laureline en cow-girl sexy, en lapine mignonne et en soubrette soumise. Certes, la scène ne dure que quelque cases mais à force, je suis vite lassée. Lassée aussi parce que la pauvre héroïne a disparu du titre de cette nouvelle série, alors que dans les années 2000 les BD s'appelaient Valérian et Laureline.

C'est à mon sens la seule ombre au tableau dans cet album qui m'a fait rire du début à la fin, mais m'a aussi captivée. On sent une véritable polyvalence de Lauffray dans le dessin : l'artiste passe facilement du réalisme pour représenter les deux héros, au style cartoon pour d'autres créatures de l'espace. Il faut dire qu'il en faut du talent pour dessiner de grosses bestioles extraterrestres, des vaisseaux colossaux et des robots fraudeurs.

Valérian Shingoulooz Inc. est sans nul doute un album à lire si vous voulez passer un bon moment. On retrouve au départ nos deux héros fidèles à eux-mêmes : beaux, professionnels et pleins de bonne volonté. Mais le vernis va vite craquer face à l'imagination débordante de Lupano, révélant les galères financières de Valérian et l'agacement constant de Laureline. Au risque de ne pas plaire aux fans des aventures d'origine de Valérian. Mais pour tous les autres, c'est un pur délire !

Auteurs & Mots clés
les dernières news les dernières critiques
Vous êtes certain de vouloir supprimer ce commentaire ?